:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prévention routière

avatar




Invité
Invité
Mar 7 Avr - 20:40
    Debout comme un imbécile face à ma voiture, je l'observe d'un œil sceptique. Je n'ai pas très envie de l'utiliser, pourtant je n'ai pas vraiment le choix. Il faut que je me rende à l'extérieur de la ville, ce qui me prendrait pas mal de temps en usant des différents transports en commun, alors qu'en roulant je n'en aurai que pour quelques dizaines de minutes. Ce serait stupide de ma part de faire autrement.

    Voilà près de trois ans que j'ai obtenu mon permis, non sans difficultés. Je l'ai raté deux fois, en fait. Après ça, je me suis donc acheté cette voiture – une petite toyota yaris noir – en prenant bien soin de m'en servir le moins souvent possible. Je n'aime pas conduire. Je ne me sens pas très à l'aise derrière le volant, j'ai toujours peur de n’emmêler les pinceaux avec les pédales ou encore les vitesses. Et puis, il y a beaucoup trop de boutons. Entre les essuie-glace, les anti-brouillards, le klaxon, les phares ; sans parler de ceux de la radio, du chauffage ou encore de la climatisation. Vraiment, je m'y perd.

    Puis, je crois que je suis bien trop rêveur pour parvenir à rester suffisamment concentré sur la route. Je fini toujours par me perdre dans mes pensées. Il m'arrive de m'apercevoir soudainement que j'ai déjà parcouru une bonne partie du trajet, sans même m'en être vraiment aperçu tellement j'étais ailleurs. Du coup, je repère les panneaux trop tard Je suis parfois obligé de faire plusieurs fois le tour d'un rond point avant de parvenir à trouver ma destination. Pourtant, je ne roule pas vite. La vitesse non plus, ça ne me rassure pas. Lorsque je suis côté passager, ça ne me gène pas vraiment. Mais chaque fois que j'accélère avec le volant entre les mains, j'ai la désagréable impression que je vais finir par m'envoler.

    Un soupir s'échappe de mes lèvres. Je suis déjà blasé du trajet avant même de ne l'avoir entamé. Je fiche la clé dans la serrure avant de me glisser sur le siège conducteur, résigné. Je m'installe rapidement et ajuste quelques petites choses avant de boucler ma ceinture et de démarrer. Je cale dans l'instant. Je peste, agacé. Ça commence mal. Je met de nouveau le contact et le moteur ne bronche pas cette fois. Je commence à rouler, et tente de rester le plus concentré possible. Tout se passe bien dans un premier temps.

    Lorsque j'arrive aux environs du centre ville, je soupire bruyamment. Voilà une autre chose que je déteste, en tant que conducteur : la circulation. Je ne supporte pas tous ces gens qui klaxonnent de tous les côtés, qui hurlent,s'insultent et manquent de rentrer dans quelqu'un d'autre chaque fois qu'ils perdent de leur patience. J'aurai sans doute mieux fait de me déplacer un peu plus tôt. La journée est déjà suffisamment avancée et le premier flots de travailleurs, pressés de rentrer chez eux affluent de toutes parts. Il est presque impossible d'avancer, tant la rue est bouchée de tous les côtés.

    J'allume la radio, histoire de prendre un peu mon mal en patience. Je zappe quelques stations avant d'en trouver une qui me plaît. J'écoute tranquillement la musique, jetant un œil ici et là de temps à autre. On avance. Lentement, mais on avance. Au bout d'un temps plus ou moins long, le trafic commence à se fluidifier et je parviens à reprendre la route. Je roule un moment avant de devoir finalement tourner à un carrefour. Un panneau stop est fixé au bas de la route. Ma main agrippe la poignée du levier de vitesse que je tente de faire bouger pour pouvoir freiner et ainsi anticiper mon arrêt. Je panique un instant, suffisamment pour en perdre mes moyens et me tromper de vitesse. Je peste et quitte la route du regard pour être capable de voir ce que je fais. Je respire un coup et prend le temps de passer sur la bonne vitesse. C'est bon, tout va bien.

    Je relève alors la tête et pile d'un geste brusque au moment ou je passe devant le panneau d'arrêt. Mauvaise idée de ma part, puisque j'ai le temps d'avancer encore un peu avant que la voiture ne s'arrête définitivement. Me voilà désormais au milieu de la route. J'aurai sans doute mieux fait de tracer en face sans me poser de questions, vue la situation. Je n'ai pas le temps d'esquiver le moindre geste que je me sens poussé assez rudement contre la porte de la voiture, au moment où un bruit de ferraille se fait entendre. Je grimace alors que mon épaule encaisse le cou. Il me faut plusieurs secondes avant de comprendre que quelqu'un m'est rentré dedans. Paniqué, j'ouvre la portière pour me précipiter dehors au plus vite, sauf que ma ceinture de sécurité est toujours attachée. Le souffle coupé, je me détache rapidement puis sors enfin de la voiture pour en faire le contour. J'espère que la personne ne sera pas blessée, ou alors de façon très superficielle, au moins. C'est de ma faute, je m'en veux tellement, si seulement j'avais été plus attentif … Je me mords la lèvre, coupable.

    Est-ce que tout va bien ? Je suis vraiment désolé, j'espère que vous n'êtes pas blessé ! je m'exclame, tandis que mes yeux se posent enfin sur la personne que j'ai renversé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Ven 10 Avr - 0:09
Il avait fallu qu’il prenne l’air et pour ça, il s’était levé de bonne heure. Renji avait d’ailleurs bien faillit éclater son smartphone contre un mur en apprenant que son père avait communiqué son adresse personnelle à Satsuki, la prétendante qu’il lui avait choisie en vue de l’omiai prévu depuis sa naissance. Alors histoire de se changer les idées, il avait décidé de faire une balade à moto en pleine campagne afin d’éviter de passer ses nerfs sur tous ses meubles et de réfléchir à trouver rapidement une solution.

Il ne savait pas comment mais le basané devait couper toute envie à la jeune fille de le revoir et de s’accrocher à lui comme une huître à son rocher. S’il avait fui le domicile familial et monter sa propre affaire, c’était justement pour fuir tout ça. Son père insistait bêtement, lourdement mais de là à envoyer sa prétendante jusque chez lui….non, son paternel avait purement et simplement dépassé les bornes.

Les personnes avec qui il se montrait salaud étaient nombreuses : son père, sa mère et ses anciens camarades. Mais ELLE…elle n’avait rien fait si ce n’est obéir aux ordres de ses propres parents. Parfois le basané se dit que tout aurait été tellement plus simple s’il était né dans une famille modeste où il aurait libre de ses choix dès sa naissance. Au moins il n’aurait pas été obligé d’en arriver aux extrémités qu’il avait employées avec ses parents et ses anciens camarades de classe, quant à cette fille, il n’en serait pas venu à faire d’elle un dommage collatéral malgré lui.

Pourtant c’est malheureusement ce qu’il s’apprêtait à faire en enfourchant de nouveau sa « Trinity » et en quittant les champs pour retourner dans le centre-ville afin de dire à Kaname qu’il doit prendre sa journée pour régler une histoire personnelle .

La vitesse et le vent fouettant son visage aidant, Renji atteignit rapidement le centre-ville en l’espace de quelques minutes. Il avait eu de la chance de n’avoir croisé aucuns radars ou agent de police sur sa route et passait à présent par les raccourcis qu’il connaissait afin de se rendre au plus vite à sa boutique. Il venait tout juste de traverser une ruelle qui débouchait sur une intersection par la droite.

A peine sortait-il de cette ruelle à toute vitesse que sa moto percuta une Toyota Yaris noire, le faisant chuter au sol encore sur sa moto. Heureusement que cette fois-ci, il avait songé à mettre son casque car ce fut sa tête qui dans le choc de la chute, percuta la première le bitume avant le reste de son corps.

Coincé sous sa moto, Renji ouvrit les yeux puis releva sa visière avant de relever un peu la tête en entendant la portière du véhicule s’ouvrir. A la question du conducteur qui lui demandait comment il allait et en s’excusant, Renji désangla son casque avant de l’enlever, révélant ses yeux vairons au conducteur.

-Je crois ouais, je sais pas. Mais c’est aussi de ma faute, j’allais si vite que je vous aie pas vu arriver…

Tant bien que mal, Renji se redressa en grimaçant en essayant de se dégager de sa moto qui pesait encore sur lui et le clouait au sol…
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Dim 12 Avr - 21:20
    Mon regard se pose alors sur la moto étendue sur le sol. J'aperçois bien vite la silhouette d'un homme, coincé dessous. Je suis encore plus mortifié si c'est possible. Il a fallu que je percute un motard. Pas une voiture ou un camion, non. Une moto. J'espère vraiment qu'il s'en sortira avec seulement quelques bleus et une égratignure. Pris de panique, je m'agenouille à ses côtés bien qu'il me confirme à ce moment là que tout à l'air d'aller. Enfin peut-être. D'après ses dires, il roulait tellement vite qu'il n'a rien vu venir mais je ne peux m'empêcher de culpabiliser pour autant. Si je n'avais pas pilé en plein milieu de la rue, on ne se serait pas percuté. Je l'observe, prêt à prendre la parole de nouveau.

    Et c'est alors que je les remarquent. Ses yeux. Ils ne sont pas de la même couleur. L'un est doré, l'autre bleu sombre. C'est la seule partie visible de son visage, puisque le reste est caché par son casque. Ça les fait ressortir encore plus. Peut-être est-ce pour cette raison que je ne peux m'empêcher de les fixer.

    Le motard tente alors de se redresser, me ramenant brusquement les deux pieds sur terre. Je me redresse d'un bond, soudain mal à l'aise. Je me maudit intérieurement de ne pas avoir songé à le tirer de là plus tôt – trop occupé que j'étais à lorgner sur ses yeux – et me précipite sur la moto pour la redresser.

    Désolé, je vais vous aider à sortir de là.

    Il serait peut-être temps, oui. Je joins le geste à la parole et me retrouve surpris par le poids de l'engin. Purée, c'est super lourd ce truc ! Mes mains sont moites et je galère un peu avant de parvenir à relever totalement la moto. J'essaye de la maintenir la plus droite possible en attendant de réussir à trouver un moyen de la faire tenir debout. Je n'y connais vraiment rien à ces engins mais je suppose qu'il doit y avoir une béquille comme sur les scooters. Je finis par la trouver mais dois m'y reprendre à deux fois pour parvenir à l'enclencher. Je la délaisse presque aussitôt pour reporter mon attention sur l'homme que je viens de renverser.

    A première vue, il n'a pas l'air trop amoché. En tout cas, il ne se plaint pas. C'est plutôt bon signe, non ? Je ne sais pas. Peut-être qu'il s'est fait une commotion cérébrale, une hémorragie interne ou encore une autre horreur du même genre et qu'il ne se rend compte de rien pour l'instant. Si ça se trouve, il ne va pas bien du tout en fait. Je l'inspecte d'un œil inquiet.

    Vous êtes sûr que ça va ? Je ferai bien de vous emmener à l'hôpital, vous êtes peut-être blessé.

    En voilà, une bonne idée. Les médecins sauraient quoi faire et aviser en cas de besoin. L'hôpital n'est plus tout à fait à côté puisque nous avons quitté la ville mais je suis certain qu'avec ma voiture, on pourrait y être en une vingtaine de minutes. Bien que je ne sois pas du tout certain d'être capable de conduire, là tout de suite. Je crois que je suis encore un peu sous le choc. Je ferai sans doute mieux d'arrêter simplement de conduire de toutes façons, j'étais sûr qu'il allait finir par arriver un incident de ce genre avec cet engin de malheur. Je savais bien que je n'aurai pas dû la prendre cette voiture. Voir même ne jamais passé le permis. Certaines personnes ne sont tout simplement pas faites pour ça.

    Sans plus attendre, je me penche alors sur l'homme étendu au sol et lui tend la main pour l'aider à se relever.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mer 22 Avr - 23:29
J’essaie vainement de me sortir de sous ma bécane mais déjà, je me dis que si je commençais par enlever mon casque, ce serait déjà un bon début, non ?

Le conducteur de la voiture – plutôt bien foutu, je dois reconnaître que j’en ferais bien mon quatre heures de celui-là _ a l’air de buggé complètement sur la couleur de mes yeux. Et quoi de surprenant : c’est pas tous les jours qu’on croise un basané avec des yeux vairons comme les miens,  un doré et un bleu nuit.

Lui avec sa chevelure sombre, ses yeux marron et son air rebelle…il a juste de la chance qu’on soit en public autrement, je lui aurais très certainement fait des avances. Après l’avoir détaillé un moment à travers la visière de mon casque, je désangle ce dernier et le retire en soupirant.

Ma première réaction après ça est de tenter de me décoincer de ma bécane qui pèse quand même son poids en la soulevant pour la redresser mais seul j’y arrive pas. Le brun sort alors de sa contemplation en voyant que j’ai du mal avec ma moto et vient me prêter main forte en relavant cette dernière après s’être excusé.

N’ayant, enfin, plus le poids de la moto sur moi, je me relève difficilement en saisissant sa main et chancèle un peu avant de retrouver un semblant d’équilibre avec une tête qui tourne légèrement. La secouant un peu, je finis par retrouver mes esprits alors que le brun m’inspecte à recherche de la moindre blessure en me demandant si je vais bien et en me proposant de m’emmener à l’hôpital au cas où je serais blessé.

Je le regarde un instant et me tâte avant de secouer la tête puis le regarde en me massant la nuque de ma main droite…

-Non…enfin, je pense pas avoir quoi que ce soit de grave. Peut-être juste quelques hématomes et égratignure mais ce doit être tout. Je suis désolé pour votre voiture.

Je le regarde un peu longuement et je sais pas pourquoi mais je sens que c’est peut-être lui qui pourra calmer mes ardeurs côté sexe.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Prévention routière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La taxe carbone
» Lac Azuei laisse son lit et complique la circulation routière vers la frontière
» Que signifie direction de la circulation de la PNH ?
» Solution pour lutter contre la faim dans le monde.
» La signalisation routière...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: