:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une blessure et plus si affinité ? [PV Masaki Yamasaki]

avatar




Invité
Invité
Lun 13 Avr - 15:38

La surprise qui passa sur le visage du jeune médecin failli lui décrocher un sourire. Il devait être rare qu'on l'aborde devant l'hôpital ou alors il s'attendait à voir quelqu'un d'autre. Il n'y avait rien de mal à arrêter une personne dans la rue pour lui demander un renseignement, non ? Même au vu de l'heure tardive, n'est-ce pas ? Le silence de son interlocuteur l'inquiéta, peut être qu'il allait l'envoyer balader ou alors il se contenterait de ne pas lui répondre et s'en irait de son côté. Il nota à nouveau de la surprise à la dernière remarque qu'il lui avait faites et ses yeux glissèrent eux aussi sur le kimono du jeune homme avant de remonter très vite sur son visage.

* De miens en mieux ! Tu le mates maintenant ? En plein milieu de la rue et sans aucune gêne ! Mon pauvre ami... *

Il se mordit presque la langue de constater que la petite voix dans sa tête n'avait pas vraiment tort, mais le sourire du docteur le rassura, il n'avait rien vu ! Akihiro esquissa lui aussi un sourire en entendant la réplique de son vis-à-vis, il n'avait pas tout à fait tort. Peu d'hommes portaient les cheveux longs dans ce pays, à peu près autant que ceux qui portaient des kimonos en pleine rue.

« Je constate que vous m'avez démasqué ! »

Il se mit à rire de concert avec le médecin, le regardant bien en face, visiblement plus détendu. Au moins, il se sentait moins bête maintenant que l'atmosphère était plus légère. Dépendre de quelqu'un ou de quelque chose était très très difficile pour Akihiro, aussi, il évitait avec énormément de talent tout ce qui aurait pu rentrer dans les deux catégories précitées. Seulement, ce soir, il dépendait du bon vouloir du médecin, ça ne l'enchantait pas, c'est pourquoi il se donnait du mal pour rendre cette situation plus agréable, plus maîtrisable.

« Je vais porter mes affaires, déjà que je vous importune à une heure tardive, je ne voudrais pas, en plus, vous voir faire le groom ! »

Il tenta de passer sa main libre dans ses cheveux, mais son épaule se rappela à son bon souvenir et il suspendit son mouvement. Il hocha la tête en suivant le docteur, balançant le peu d'affaires qu'il avait sur son épaule. La plaisanterie du médecin lui fit arquer un sourcil, était-ce une remarque pour lui signifier qu'il aurait du mal à se défendre contre quelqu'un ? Il secoua la tête, se disant que c'était sans doute une blague un peu vaseuse comme aurait pu lui faire son colocataire.

« Vos infirmières, maintenant vous, cet hôpital serait un repère de dangereux pervers ? »

Il lui lança un petit regard de biais, souriant en repensant aux paroles du docteur sur le personnel féminin de l'hôpital. Le suivant toujours, Akihiro se stoppa devant la voiture blanche dans laquelle le docteur semblait vouloir monter. Il inspecta les lignes, il n'était pas trop branché voiture, mais même lui pouvait se rendre compte que celle-ci devait valoir un joli pactole. Il déposa ses affaires à l'endroit que lui indiqua le conducteur et pris place dans l'habitacle de la voiture. Un sifflement admiratif lui échappa quand les portières se refermèrent et tout en s'attachant, il lança.

« Je vois que la fonction médicale paye bien, cette voiture est... sublime ? »

Pendant tout le trajet, il n'ouvrit plus la bouche, il ne voulait pas déconcentrer le conducteur. Il commença par observer l'intérieur de la voiture, les finitions étaient vraiment impeccables et magnifiques. Son regard dériva du tableau de bord jusqu'au levier de vitesse et il aperçut une des jambes du docteur. Il resta à l'observer bêtement, avant d'inspirer soudainement pour reporter son attention sur le paysage extérieur. Il regarda les lumières défiler rapidement et ils furent bientôt arrivés à destination.

« Non, je ne fais pas partie des personnes qui ont peur en voiture, même dans ce genre de bolide. »

Il laissa la discussion retomber et prit conscience du fait qu'il n'était pas descendu et que son chauffeur ne l'avait pas encore mis dehors. Il se détacha lentement pour ne pas abîmer ou réveiller son épaule et resta assis. Le silence lui parut pesant, le médecin semblait être sur une autre planète, il se mordillait la lèvre, ce qui était intéressant, mais pas d'un point de vue informationnel.

* Oh ! Coco ! Je sais que ton épaule te fait mal, mais tu vois bien qu'il attend quelque chose là ! Il te plaît alors fait pas ta mijaurée ! *

Pour cacher le grognement qui aurait pu lui échapper, il se racla la gorge, certainement que ça attirerait l'attention du jeune homme à ses côtés. Il fixa son regard sur le visage opalin, ne voulant pas dériver plus bas, comme par exemple sur l'étendue de peau de sa jambe.

« Vous voulez entrer cinq minutes ? Comme ça, vous pourrez vous assurer que je prends soin de moi. Je vous assure que cette proposition n'est en rien malhonnête ...»

Ses yeux s'allumèrent d'une étincelle rieuse, il n'avait pas repris mot pour mot ce que lui avait dit le jeune homme, mais il espérait qu'il saisirait l'allusion. Il sortit de la voiture, n'allant pas trop vite pour que le docteur puisse sortir en même temps que lui. Il s'approcha du coffre pour récupérer ses affaires et prit la direction de l'immeuble pour tenir la porte à son invité. Il monta rapidement les quelques escaliers et marqua un temps de pause devant la porte, la clef déjà dans la serrure. Akihiro repensa à son colocataire et il se tourna légèrement vers le médecin, hésitant sur la marche à suivre. Après une discussion rapide avec lui-même, il lança d'un air un peu contrit.

« Je partage cet appartement avec... j'ai un colocataire, un colocataire un peu bordélique et très impudique...» Il fit un petit sourire d'excuse et déverrouilla la porte pour entrer. « Normalement, il ne viendra pas nous déranger, mais il se pourrait qu'il ait laissé traîner quelques affaires. J'espère que ça ne vous dérange pas.»

Comme si son chat l'avait entendu, perfide animal, la boule de poil orange trotta jusqu'à lui alors qu'il tenait la porte au médecin. Il put voir une chose informe dans la gueule de l'animal avant que celui-ci ne dépose à ses pieds ce qu'il perçut comme un caleçon. Un soupir las lui échappa et il se retourna vers son invité pour lui lancer un regard d'excuse.

Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mer 15 Avr - 15:41
Alors que Masaki voulu porter les affaires de son patient mais, ce dernier ne semblait pas vouloir de son aide. Il ramena ses mains vers lui, se mordillant la lèvre du bas un peu gêner. Il rougit un peu gêner il baissa son regard soufflant un peu timide. « Go... Gomen je voulais juste soulager votre épaule... » Puis viens au moment ou il lui proposa de le raccompagner essayant très maladroitement de faire une petite plaisanterie. Sentit que celle-ci fut pris pas dans le sens qu'il essayer. Il serra ses sourcils un peu gêner, il secoua ses mains devant lui rougissant.

« Non non... Je.. les... pour les infirmières c'était de la plaisanterie. Je … Je suis désolé je ne voulais pas que penser que vous êtes un petit fragile car vous êtes blesser. Je... Je voulais juste détendre un peu l'ambiance... Ex... Excusez-moi... » Dit-il en inclinant le haut de son corps devant l'homme, laissant ses longs cheveux bleu marine tomber devant lui. Il se redressa un peu faisant non de la tête. « Non non je... cet hôpital est très bien réputer... C'est moi qui est extrêmement maladroit... Excusez-moi... »

Puis vient au moment ou il s'approcha de sa belle voiture blanche. Et d'ailleurs, le jeune patient ne pu s'empêcher de dire un petit mot. Masaki fit un petit sourire, il regarda le jeune homme pour dire. « Même si chirurgien est bien payer. C'est pas avec ma paye que j'ai pu m'offrir cette voiture, non cette petite merveille je me le suis offrait avec l'héritage de mes parents. Et j'en est une autre même que celle-là en rouge dans le garage. »

Soulignant qu'il vient d'une famille très riche mais, c'était pas d'une façon arrogante. Il avait même utiliser une voix légèrement triste. Il fut rassuré par la suite en entendant le jeune homme lui dire qu'il n'avait pas eu peur même avec ce genre de voiture. Le silence savait de nouveau installer, qu'est-ce que Masaki attendait ? Pourquoi il n'ouvrit pas la portière pour le laisser rentré chez lui ? Pourquoi il attendait ? À oui ! Il avait encore envie de rester avec lui ! C'était bizarre c'était la première fois qu'il avait ce sentiment avec un de ces patients. À vouloir rester avec lui bien entendu. Peut-être que en tant chirurgien cardiaque il as pour habitude de laisser ces patients quitter l'hôpital une fois qu'il sont totalement guérie. Là, il devait laisser son patient rentré sans une rétablisation complète peut-être que sa l'inquiéter au fond ? Ou avait-il autre chose ? Masaki retira ces lunettes de soleil pour les ranger il avait détourner le visage se mordilla la lèvre du bas un peu fort. Il devait y aller il ne pouvait pas s'imposer comme ça... quand soudain il entendit un raclement de gorge. Ce qui attira son attention, il tourna sa tête légèrement sur le coter pour regarder le jeune homme.

-Vous voulez entrer cinq minutes ? Comme ça, vous pourrez vous assurer que je prends soin de moi. Je vous assure que cette proposition n'est en rien malhonnête ...

Lui dit-il alors, Masaki fronça les sourcils. Il avait un peu l'impression de lui forcé la main, il se mordilla la lèvre du bas. Penchant la tête sur le coter il voulu dire quelques choses mais pensa à la dernière phrase du jeune homme. Cela lui fit pensé à ce qu'il avait dit un peu plus tôt devant l'hôpital, il fini par lui faire un grand sourire avant même de rigoler légèrement.

« Êtes-vous un dangereux pervers ? » Il tira un peu la langue la coinça entre ses propres dents. Avant de le dire en le regardant de ces yeux bleuté. « Rassurez-vous jeune homme. Je sais aussi me défendre, vous savez ce qu'ont dit ? Méfiez-vous de l'eau qui dort... » Masaki sortie de sa voiture et l'accompagna au coffre de sa voiture pour qu'il puisse reprendre ses affaires. Il pris soin de fermer bien sa voiture, il la regarda un moment puis suivit le jeune homme. Il monta les quelques marches restant de nouveau silencieux, il regarda la porte d'entrée, il observa le jeune patient qui semblait hésitant à ouvrir. Il fronça les sourcils, peut-être qu'il avait peur que Masaki le jure... c'est vrais que beaucoup de gens permettais de jugé les gens sur tout. Leur façon de s'habiller, sur la façon qu'ont gère et tiens un appartement. Bref les gens jugé un peu sur tout mais, Masaki n'était pas comme ça. Loin de là... il leva ses yeux bleuté vers le jeune homme qui lui dit :

-Je partage cet appartement avec... j'ai un colocataire, un colocataire un peu bordélique et très impudique... ... -Normalement, il ne viendra pas nous déranger, mais il se pourrait qu'il ait laissé traîner quelques affaires. J'espère que ça ne vous dérange pas.

Masaki leva un sourcils, à ces mots. Un colocataire ? Il fut un peu surpris qu'il lui dise qu'il espérais que cela ne le dérange pas. C'était chez lui et chez son colocataire la question serais est-ce que ça dérange à Aki, pas à lui. Cependant il ne préféra rien dire à ce sujet, il le laissa ouvrir la porte il attendit que le maître de maison entre pour pénétrais à son tour d'un pas timide. Soudain, il vit un petit boule de poils orange arriver, il fit un grand sourire les yeux émerveiller. Il adorait les animaux, il fit un grand sourire il voulu tendre sa main pour le caresser mais il vit qu'il porter quelques choses. Ce dernier le posa au pied de son maître il remarqua alors, que c'était … un sous-vêtement ?! Masaki se sentit mal tout d'un coup, il se mit à rougir fortement il se redressa et détourna le visage. Il avait les joues aussi rouge qu'une tomate, il se mordilla la lèvre du bas timidement. Il sentit le regard se poser sur lui, posa ses pupilles bleu sur lui il se sentait gêner il ne pu s'empêcher d'allait vers le salon sans vraiment demander la permission. Il se tourna demandant timidement :

« P-. .. Puis-je m'assoir ? » Souffla t-il doucement avant de s'assoir d'un geste vraiment timide sur le canapé. Il avait peur de déranger, il avait peur de mal faire. De s'assoir sans être invité... Il se tripota les doigts nerveusement, ou était le médecin très sur de lui et froid ? Il était rester à l'hôpital ? Là ont avait la personnalité la plus enfuit de Masaki. « Je... J'abuse... mais... je... est-ce je … je pourrais avoir un verre d'eau s'il vous plaît ? » Il avait chaud à rougir comme ça. Il fallait qu'il se calme allait c'était juste un caleçon ont va pas tomber dans les paumes pour si peu ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mer 22 Avr - 9:30

Akihiro se demanda s'il ressemblait vraiment à un ours quand il parlait ? Sans doute vu les réactions de son interlocuteur ! Il tenta un petit ricanement quand il entendit les excuses du jeune homme, il avait seulement voulu faire un trait d'humour, mais le médecin ne semblait pas l'avoir compris. Assez vite, il essaya de clarifier les choses, pour ne pas plomber l'ambiance.

« Vous n'avez pas besoin de vous justifier, je voulais juste... faire une plaisanterie. »

Dit comme ça, ça ressemblait fortement à une justification ! Voir même à l'excuse d'un pauvre type incapable de se faire comprendre et d’être drôle ! Il fronça le nez à cette remarque, soit sa blague était vraiment pourrie, soit il avait un vrai problème de communication. Ne s'était-il pas déjà posé cette question ? Certainement que oui et pas qu'une fois malheureusement ! Il médita le sujet un moment avant d'en changer en voyant la voiture du médecin. Sa réaction sembla plaire au jeune homme et la réponse de celui-ci lui fit froncer les sourcils. Il était rare que quelqu'un d'aussi jeune avoue de but en blanc que s'il pouvait mener un train de vie pareil, c’était grâce à ses parents. Il évita soigneusement le sujet en le laissant retomber de lui-même. Il n’était pas particulièrement gêné par ce genre de confidence, mais il jugeait que ça ne le regardait pas et que toutes questions qu'il aurait pu formuler auraient été déplacées.
Par contre, il nota le changement rapide de comportement quand il invita ce bon docteur à boire un verre. Il aurait pu rester à l'observer pendant un moment si celui-ci ne lui avait pas souri avant de répondre à une de ses blagues pour le moins tendancieuse. Les yeux de Akihiro s’accrochèrent au bout de langue coincée entre les dents du jeune homme en face de lui et, un peu déconnecté, il s’entendit répondre d'une voix plus grave.

« Seulement si on m'y autorise... » Un blanc suivit, un blanc pendant lequel le cerveau de Akihiro sembla lui courir après pour rattrapa cette énormité et il lança rapidement. « Enfin... je veux dire... » Un rire lui monta dans la gorge et il se laissa aller. Quoi de mieux pour détourner la conversation ? Parce que là, il ne voyait vraiment pas ce qu'il aurait pu dire pour rattraper le coup !

Il était toujours en train de réfléchir à ça quand il monta jusqu'à l'appartement et qu'il ouvrit la porte. Il aurait même dû se demander avant s'il avait des projets pour la soirée quand il avait invité le jeune homme. Peut-être que cette invitation à boire un verre n’était pas tout à fait désintéressé, surtout au vu de son dernier commentaire. Était-ce le cas ? Se l'était-il caché ? Son chat mit fin au questionnement, le remplaçant par une pléthore de noms d'oiseux envers l'animal. La réaction de son invité le choqua presque autant que cet enf*** de chat, le jeune homme était visiblement mal à l'aise. Il haussa un sourcil en le voyant partir et se baissa rapidement pour récupérer le bout de tissu, le serrant dans sa main pour le dissimuler.

* Il n'a jamais vu de boxer de sa vie ? Ou alors il pense que c'est un piège de ma part... mais non Aki... pour ça, il aurait fallu que tu prévoies toute la soirée ce qui n'est pas le cas ! C'est ce qu'on appelle un concours de circonstances ! *

« Asseyez-vous, je vous en pris ! »

Il s'approcha de la table de son salon où il posa rapidement toutes ses affaires et jeta un regard vers le canapé pour s'assurer que le jeune homme était bien installé. Il planqua le caleçon au milieu de ses affaires et localisa son chat pour le garder à l’œil, on était jamais trop prudent avec ce genre de bestiole. La voix du médecin se fit entendre et Akihiro se gifla mentalement de n'avoir pas pris soin de son invité en premier. Apparemment, le jeune homme n’était pas encore remis de la découverte du boxer, mais il fit comme si de rien n’était. Il s'avança vers le canapé et passa une main dans ses cheveux tout en soupirant.

« Je suis vraiment un hôte pitoyable ! J'aurais dû m'occuper de vous avant de... hm... » Il fit un vague mouvement de main vers le tas d'affaires qui trônait sur la table. « Je vais aller vous chercher un verre, mais vous êtes sûr que vous voulez de l'eau ? J'ai du jus de fruit ou même de l'alcool si vous préférez. Je peux même faire du thé, si vous voulez une boisson plus traditionnelle. »

Il se stoppa, sa transformation en serveur le perturba un peu. Où était le juste-milieu entre trop et pas assez ? Là, clairement, c’était trop ! Sa bouche s'arqua un peu sur les coins en pensant qu'il devrait s’acheter le livre 'la sociabilisation pour les nuls : comment parler et se faire comprendre ?'. Il jeta un nouveau coup d’œil sur son invité et reprit.

« En fait, je suis même en train de me dire que, vu l'heure tardive, on pourrait commander à manger, comme ça vous pourriez me laisser vous inviter pour vous remercier de m'avoir ramené chez moi. »

Observant toujours son interlocuteur, il se demanda si cette proposition n’était pas 'trop' ! Après tout, son invité n’était pas à son aise, c’était visible, alors pourquoi lui demander de rester encore plus ? Ses yeux prirent conscience de la rougeur persistante qui s’étalait sur la peau pale, une partie de son cerveau dérailla sur ce détail, alors que l'autre partie tentait de garder le cap. Akihiro était presque sûr que le médecin allait répondre à son invitation par la négative, aussi, il rajouta rapidement.

« Cependant, il ne faut pas que vous vous sentiez obligé d'accepter ma proposition... »

Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mer 29 Avr - 13:40
Visiblement les deux jeunes hommes avait du mal à communiquer. Et pourtant les deux avez plaisanter sans comprendre la plaisanterie de l'autre. Quoi qu'il en soie, Masaki ne voulu pas continuer dans ce sujet pour ne pas empirais les choses. Il passa vite à autre chose et conduit le jeune homme proposa alors au docteur de rentré cinq minutes. Alors, Masaki demanda si il était un dangereux pervers ce dernier répondit qu'uniquement si ont lui autorisé. Masaki fronça les sourcils, le regard soulevant des questions que voulais t-il dire ? Que cette phrase voulait dire Masaki ne la comprit pas. Veux dire ? Ou que voulais t-il dire ? Le jeune patient ne semblait pas décider à lui dire ce qu'il voulait lui dire. Masaki laissa tomber cette phrase un peu curieux quand-même, peut-être reviendra t-il au sujet plus tard. Quoi qu'il en soit Akihiro amena le jeune médecin chez lui, l'informent de son colocataire. Alors, que Masaki entra il vit un bout de poil s'approcher avec un sous-vêtement ce qui rendit Masaki mal à l'aise. Il se pressa à aller s'assoir, sous l'autorisation d'Aki, Masaki une fois installer regarder le jeune homme installer ces affaires sur la table du salon. Voyant bien qu'il cacha le sous-vêtement, il rougit puis demanda un verre d'eau. Son hôte fut alors gêner, se rabaissant en disant qu'il était pitoyable et qu'il aurait du s'occuper de lui avant tout. Masaki se redressa il lui fit un doux sourire comme pour le rassuré, qu'il n'avait pas de mal. Il garda ces petites rougeurs mais, il semblait aller mieux.

« Voyons ne vous rabaissez pas ainsi, c'est moi qui abuse un peu. Mais, je … je m'attendais pas à que votre animal m'accueil de cette façon. Remarque... c'est assez pratique... Il pourrait ramener le journal... Ou le numéro d'une fille que vous convoité... » Souffla t-il en rougissant un peu plus n'osant pas regarder le jeune homme dans les yeux. Alors qu'Aki lui demanda si il était sur qu'il voulait de l'eau, si il ne voulait pas une autre boisson. Jus d'orange, de l'alcool ou du thé. Masaki fronça les sourcils, chercher t-il à le rendre soule pour mieux l'atteindre. Il lui avait dit dehors qu'il savait se défendre, si il est complètement soule il ne pourra plus aussi bien se défendre. Non, Masaki refuser d'y croire il ne penser sincèrement pas ce jeune homme dangereux ou remplie de mauvaise attention. Bien le contraire, il le trouver très gentil et puis... il était vraiment très beau.

Mais Masaki voulait voir au delà de la beauté de ce jeune homme. Au fond, il avait envie de le connaître un peu plus. Mais, il ne voulait pas être un poids pour lui et il ne voulait pas s'incrustait alors, qu'Aki ne souhaite pas de sa compagnie. Alors, qu'il était plonger dans ses pensées il réalisa qu'il n'avait pas répondu à sa question. Alors, puisque son hôte lui proposer un verre d'alcool aller t-il refuser ? Il fallait qu'il songe qu'il avait sa belle voiture à ramener. Que conduire alors, qu'il as bu n'est pas approprier et il ne voulait pas abuser de la gentillesse de son hôte. Et puis, même si il boit il n'aura qu'à rentré à pied il avait réaliser qu'ils était voisin. Sa voiture n'était donc pas loin. Il fini par faire un sourire hochant la tête.

« Puisque vous me le proposez, j'accepte un verre de saké si vous avez s'il vous plaît. Merci beaucoup... » Souffla t-il d'avance. Il posa ses pupilles bleu sur le regard du jeune homme en voyant qu'il stoppa ces gestes. Il lui dit alors, qu'il réalisa qu'il se faisait vraiment tard et qu'il serais peut-être mieux de commander à dîner. Pour le remercier ? Que Masaki comprenne bien il l'invité à dîner ? Le samouraï ne pu s'empêcher de plonger son regard dans le siens les joues en feu. Il ne savait pas quoi dire, il se fut prendre un peu au dépourvu. Avait-il envie ? Oui ! Follement envie de passé la soirée avec lui. Avez t-il peur ? Oui drôlement peur d'être maladroit avec lui et de gâcher cette soirée. Mais, il savait que si il laisser cette peur l'envahir c'est ce qu'il allait se passé. Il était un samouraï et devra se comporter comme tel. Sûrement à cause du silence de Masaki, Aki rajouta essayant de le rassuré qu'il n'était pas forcé d'obliger son invitation. Masaki, fit un grand sourire il se leva puis inclina un peu le haut de son corps.

« Rassurez-vous. Vous ne m'obligez en rien. C'est moi qui vous ai un peu forcé la main tout à l'heure. En vous proposant de vous raccompagnez. J'admet... quand vous voyant seul devant l’hôpital j'avais qu'une envie c'était vous raccompagner. Pas car je pense que vous êtes faible et sans défense, tout simplement car l'image de vous voir juste seul et blesser m'était insupportable. Alors, excusez-moi de ce comportement non approprier de ma part. »

Masaki se redressa doucement pour poser son regard sur son hôte. Il fit un petit sourire rougissant un peu, il sourit doucement.

« J'accepte avec plaisir votre invitation... Mais, si vous acceptez qu'avant que je parte je vous face le bandage de votre épaule... » Dit-il en se mordillant la lèvre du bas en le fixant dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une blessure et plus si affinité ? [PV Masaki Yamasaki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
» Edmonton (blessure Horcoff)
» Comme quoi, la peinture a aussi du bon [PV Masaki]
» Spectre de la Mandragore étoile Celeste de la Blessure [ok]
» Blessure d'un main-eventer champion de la WWE ! Fin de carrière pour Edge?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: