:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Apparence trompeuse [Pv: Nadeshiko][Abandonné]

avatar




Invité
Invité
Mer 15 Avr - 8:59




Apparence trompeuse
- PV Nadeshiko T. Ueda -




L'hiver s'en était allé, le printemps rayonnait. Et il amenait avec lui douceur et renouveau. Les température plus douce, le soleil plus chaleureux, la nature qui revenait à la vie. Ça et là, les parterres de fleurs rivalisaient par leurs teintes chatoyantes, les cerisiers blancs et roses étendaient leurs branches chargées. Leurs pétales emportés par la brise printanières ressemblaient à des giboulées parfumées. En cette fin d'après midi, alors que le soleil déclinait, le parc était baigné par ses rayons. Le rire des enfants résonnait tandis que quelques passants marchait paresseusement le long des allées. Une atmosphère paisible et pleine de vie se dégageait dans ce petit parc de quartier.

Depuis son retour des States, il ne s'était pas accordé un instant de répit. Entre heures supp' et  rapporter des dossiers à la maison, il n'avait cessé de bosser. Même pour une maison d'édition de second ordre c'était juste incroyable de voir qu'elle n'ai pas encore coulée. Il y avait un manque flagrant de motivation et de désir de réellement d'être sur les devants de la scène. Et le voilà aujourd'hui à enfin profiter réellement d'un jour de repos. Oui réellement, car jusque là même en repos, il travaillait chez lui. Il sortait mais c'était brièvement, pour faire des courses. Pas une fois jusque là il avait pris le temps de marcher simplement, de se poser et souffle, de sortir en randonnée.

Enfin, aujourd'hui était la première fois qu'il s'était accordé ce plaisir. Il avait enfin terminé de réorganisé et pris contact avec ses clients. Il avait écoulé tous les dossiers qui lui avait été assigné, un amas que les autres membre de sa section n'avait pas voulu, ou simplement mis de côté car ils se trouvaient trop chargés. Le voilà ainsi donc, ici, aux abords du parc. Deux sacs de provision dans les mains. Il entendait le rire des enfants, leurs voix joyeuses monter dans le ciel. Il jette un œil dans la direction des haies qui bordaient l'espace vert. Son regard accrocha d'ailleurs un cerisier solitaire dont les branches s'étendaient majestueusement. La brise souffla plus fort, faisant s'envoler de nouvelles pétales. Il ferma alors un instant les yeux et huma l'air à plein poumon avant de pousser un long soupir. C'était reposant et paisible.

Soudain, il fut tiré de sa contemplation méditative. Une main venait d'agripper son imper' beige pour attirer son attention. Une petite voix enfantine lui fit baisser les yeux et il capta le visage angélique d'une petite fille. Une adorable enfant d'environ huit-dix ans, avec de long cheveux noués avec de petites barrettes à tête de lapin. La petite lui offrait un sourire ingénue et doux alors qu'elle l'invitait à sa vente de crêpes. Interpelé au début, il finit par lui rendre son sourire, bienveillant et attendrit par cette bouille. Il n'était qu'à un pas de l'entrée du parc et il doutait qu'elle soit seule. Les parents du quartier avait certainement organisé cette vente pour une raison ou une autre. Ça permettait aussi de connaître et rencontrer ses voisins tandis que les enfants s'amusaient. Il finit par répondre par la positive et suivre la petite fille.

Il avait de toute manière l'intention de profiter aussi du parc, alors s'il pouvait en plus de ça faire plaisir aux gosses du quartier, c'était un plus. Kaname était certes un homme strict dans le travail, mais en dehors, il était plus que normal malgré cet air toujours sérieux. Et honnêtement, vu la bouille de la petite, il aurait eut du mal à dire non. Elle réveillait sa fibre paternel en lui. Il ne l'avait pas perdu cette fibre, elle était juste enfouit et fut repoussé peu après son divorce. Ce doute qui s'était insinué en lui alors qu'il regardait le visage rondouillard d'Hiroki, alors que le petit était innocent était juste insupportable. L'adulte suivit l'enfant ainsi, à moitié dans ses pensées, jusque dans le parc. Son regard quitta la petite silhouette qui lui tenait la main à présent et s'arrêta sur le stand dont les enfants vantaient avec autant de fierté.

Les prunelles d'un bleu profond s'agrandirent soudain. La raison? Et bien elle était gigantesque et elle se tenait de l'autre côté du petit stand. Une grosse brute, proche du yeti, si vous lui demandiez, se tenait là et préparait les crêpes que les enfants vendait ensuite aux quelques passant, mais aussi dont ils se régalaient. Cet homme avait l'air de tout sauf d'un parent. Cette tenue, cette coupe, cet air était plus que suspect et les enfants tournaient et gravitaient autour de lui malgré tout avec un tel naturel. Kaname se tendit soudain, son regard se fit plus acerbe et dur alors qu'il fixait de bas en haut cet homme. Sa voix claqua soudain dans l'air tel un fouet, menaçant.

« Qu'est ce que vous comptez faire avec ces enfants. Choisissez bien vos mots sinon je préviens la police sur le champ. »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Sucettes : 83
Date d'inscription : 24/03/2015

Your Identity Card
Âge: 38 ans.
Amoureux: Personne.
Présent/Absent: Présent.
Voir le profil de l'utilisateur



Nadeshiko T. Ueda
Menma, la maman du forum.
Sam 9 Mai - 15:42



Le temps état parfait, aujourd'hui. Ce matin, une petite brise fraîche avait poussée et m'avait donné un bouffée claire dans le nez pour me réveiller, le soleil encore trop bas. J'avais commencé cette journée par un footing des plus banales avant d'être rentré chez moi pour me doucher à nouveau et me changer. Je devais m'habiller correctement pour cet après-midi, après tout, il fallait être présentable pour la vente. Aussi, j'optais donc pour un petit T-shirt blanc un peu trop petit, qui me moulait donc trop à mon goût et pour un jean large mais assez serré au niveau du postérieur. Je n'aimais pas me sentir si compressé dans mes vêtements, mais tout les autres étaient au lavage, donc...

J'étais d'assez bonne humeur quant à la suite des événements. A ma sortie, l'astre brûlant était enfin réveillé et la ville grouillait déjà aux premières heures de ses travailleurs pressés. J'avais de la chance de ne travailler que de nuit, tantôt videur de boîte de nuit, tantôt docker. Pour le premier emploi, j'avais eu de la chance, mon passé de mercenaire avait joué en ma faveur. De plus, ma stature puissante ne donnait pas envie aux petits idiots de tenter de passer par la force ; ils abandonnaient simplement. Pour le second travail, par contre, ça avait été un peu plus compliqué, seulement jusqu'à ce que je fus embauché par recommandation du patron lui-même, qui me connaissait par le biais de sa femme.

Cette femme, justement, avait inscrit son plus jeune petit garçon à la garderie. En effet, les mini vacances scolaires obligeaient les parents à inscrire les enfants dans des centres afin de ne pas les laisser seuls à la maison. Moi, j'aidais l'une de ses garderies, la garderie Yokoyama, vers le nord de la ville. Elle était assez modeste et ne comportait que trois jeunes femmes pour s'occuper des plus jeunes enfants, et, par chance, les parents m'avaient adoptés après beaucoup d'effort, me pensant trop effrayant.

J'arrivais après quarante minutes de marche et me fit accueillir à bras ouvert par les plus petits comme les plus grands. Il n'y avait pas beaucoup d'enfants, mais c'était assez convivial comme endroit. L'une des filles, Haruka-chan, m'apporta le nécessaire pour les crêpes de la fin de journée, mais en attendant, il fallait passer le temps. Entre les tournois de foot et les ateliers de coiffures, j'étais, toute la journée, assaillit par les enfants.

Vers quatorze heures, nous décidions enfin de partir pour le parc. Le temps de s'installer, nous fûmes prêt après une heure de branchements de machine, de montage de stands et de présentoir. Leur donnant le feu vert pour les laisser chercher des potentiels clients, je leur intimais de ne pas aller trop loin même si je leur faisais confiance ; tout pouvait arriver. C'est donc en enfilant mon tablier bleu à carreaux que je commençais à faire des crêpes.

Quelques clients affluèrent sans mal, d'abord un peu perplexe devant ma stature mais vite emporté par la joie des cinq enfants m'accompagnant qui les servaient avec le sourire, verre de limonade et crêpe chaude. L'objectif ici était d'amasser assez pour la kermesse qui aurait normalement lieu une semaine après, pour mieux financer quelques commandes. Et ce petit manège durant jusqu'à ce qu'il y ai moins de monde.

Jusqu'à ce que Rina-chan amena un nouveau client à l'air moins commode. Je ne lui avais dit qu'un vague "bonjour" pour être poli, trop occupé sur le plat que je lui faisais, quand ces quelques mots claqua dans l'air comme un fouet, m'interloquant. Je ne réagissais pas, car finalement, j'avais l'habitude ; même si la façon extrême de me menacer de cet homme  m'emplissait de joie. Il devait vraiment aimer les enfants, surement autant que moi, pour réagir aussi violemment. Mais alors que j'allais répliquer, Rina-chan me devança en lui lâchant la main, une petit bouille mignonne sur le visage et tapotant les cuisses de l'homme à lunettes.

- Non, non! criait-elle. Vous avez pas le droit de menacer Menma, il est gentil! Vous, vous êtes méchant!
- Oui, vous êtes un méchant! surenchérit Kokoro-chan, une petite aux longues cheveux noirs lâchés.

Affolé, j'éteignais la machine à crêpes au risque d'en jeter une pour retirer les bras de la petite de l'homme.

- Rina-chan, ce n'est pas bien de dire ce genre de choses.
- Mais...
- Pas de "mais", souriais-je simplement. Tu t'excuses devant le monsieur et tu vas te laver les mains, ok? On va faire la prochaine crêpe ensemble. Kokoro-chan, tu t'excuses aussi.

Devant moi, les deux petites filles firent la tête mais s’exécutèrent avant de me réclamer que je leur fasse un bisou sur la joue, ce que je fis. Chacune d'elle reprit ses fonctions, alors que je rappelais à l'ordre les trois autres enfants un peu trop curieux. Me relevant pour faire face à l'homme, je lui souris en tentant de le rassurer du mieux que je pouvais.

- Navré pour ça, monsieur, dis-je dans une courbette. Je m'appelle Menma, j'aide la garderie Yokoyama durant mon temps libre. Aujourd'hui, nous récoltons des fonds pour pouvoir organiser la kermesse qui aura lieu dans une semaine.

Hiroki-kun, un jeune garçon aux grands yeux ambrés et à la petite cicatrice sur la joue lui tendit le prospectus de la kermesse en souriant, la dent en moins. Je souris devant tant de politesse ; ces enfants sont tellement mignons, je ne pouvais pas m'en passer, je les adorais. Après tout, j'aimais les enfants malgré mon corps imposant et massif, ce qui surprenait souvent, malheureusement, je dirais.


Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mar 26 Mai - 3:45


Il est vrai que la menace avait été dure et sans appel. Mais vu la carrure du bonhomme face à Lui, Kaname n'aurait pas fait le poids dans une confrontation directe. Et bien souvent, même si les types étaient plus carrés, la simple menace de la police suffisaient à les faire détaler comme des lapins. Il ne pouvait permettre qu'un individu pareil tourne autour des enfant. Il fallait dire que oui, cet homme n'avait, en allure, rien d'une nounou. En tout cas de prime abord, il n'aurait jamais laissé Hiroki avec un homme comme celui-là. Ainsi, il fixait presque froidement ce géant, se tordant presque le cou pour planter ses prunelles dans les siennes alors qu'il s'était déplié de sa station de travail.

Pourtant la plus grande surprise n'arriva pas de ce géant mais des enfants. Il sentit de petits coups alors que la petite qui l'avait amené ici lui avait lâché la main pour marteler ses cuisses en s'emportant. Kaname resta un instant stupéfait, arquant un sourcil. Puis ce fut le tour d'une autre petite fille. Ces dernière le prenait à partie, défendant le grand bonhomme avec force et courage. Memna ? C'était le nom de cet homme. Un peu incrédule il faut le dire, il les observait tour à tour et avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche c'est le grand balèze qui pris la parole. Il les réprimanda de sa grosse voix ferme et pourtant pleine de gentillesse et de douceur.

Il allait de surprise en surprise. Malgré une petite moue triste et un peu coléreuse encore les deux petites s'excusèrent et s'exécutèrent. Les enfant lui semblaient tellement attaché à cet homme. Avait-il sauté trop vite sur les conclusions ? En tout cas c'était l'impression que cela donnait, et les quelques autres passant alentours qui avaient tourné leur regard sur la scène un peu interloqué n'arrangeaient rien. Ce fut de nouveau la voix de celui que les enfants appelaient Memna qui le sorti de sa stupeur. Il se tordit le coup pour le fixer à nouveau. Celui-ci s'excusait en prime pour les enfants avant de se présenter.

La stupeur laissa place à la confusion. Il pris le prospectus de sa main libre et qui lui était tendu par un autre enfant. Il le parcouru rapidement, sentant soudain la honte peser de tout son poids sur ses épaules. Il avait réellement eut méprise alors. Un peu plus et Kaname aurait rougit. Il fallait dire que oui, ce grand costaud n'avait vraiment pas la tête d'une nounou ou d'une gardienne de garderie. Ses lèvres se pincèrent alors qu'il s'inclina alors face à l'homme. Les mains et les sac près du corps alors que son dos se pencha à quatre-vingt dix degré. Il s'était vraiment attaché aux apparences, tellement habitué à Tokyo et Aux states à se fier uniquement au visuel au lieu de simplement chercher d'abord à comprendre.

« Je vous présente toutes mes excuses Memna san! J'ai été trop hâtif dans mon jugement et j'ai été très impoli. Je suis sincèrement désolé. »

Se redressant lentement, Kaname revint trouver le regard de l'homme. Il était vraiment désolé et mal à l'aise. Il n'y avait qu'à voir alentour, les enfants riaient et courraient gaiement autour de ce géant, les quelques personnes présentes ne semblaient pas inquiètent de sa présence. Voyant que la scène s'était calmée, ils étaient retournés à leurs occupations après quelques mots échangés entre eux. Il émit alors un sourire navré mais aussi plus sincère, adoucissant ses traits sévères. Il jeta ainsi un regard vers le stand où les petites semblait attendre le colosse.

« Vous faite donc une vente pour récolter des fond? Je devrais peut être bien apporter ma contribution dans ce cas. Et en guise d'excuses, permettez moi de vous offrir à vous et aux enfants une crêpe. Une... Tournée générale... ? »

Il se dirigea, après avoir incliné la tête une nouvelle fois en guise d'excuse au géant, vers le stand.

« Je ne sais vraiment pas comment m'excuser, vraiment Memna san. »

Tout à cette nouvelle excuse, Kaname s’accroupit devant les deux petites filles qui le fixaient encore un peu avec sévérité.

« Rina chan, Kokoro chan. Je m'excuse aussi. Je ne savais pas. Je ne voulais pas vous blesser en disant du mal de Memna san. Vous... Me pardonner ? »

Kaname eut un léger sourire, le regard doux et tendre. Oui, les enfants, surtout aussi adorable et bien élevé de la sorte, réveillaient définitivement sa fibre paternelle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Sucettes : 83
Date d'inscription : 24/03/2015

Your Identity Card
Âge: 38 ans.
Amoureux: Personne.
Présent/Absent: Présent.
Voir le profil de l'utilisateur



Nadeshiko T. Ueda
Menma, la maman du forum.
Mer 24 Juin - 13:10

En un sens, l'attitude de l'homme à lunettes en face de moi me toucha ; il semblait clairement s’inquiéter pour les enfants d'une présence aussi étrange que la mienne. Je ne pouvais pas lui en vouloir, il avait tout simplement eu une réaction humaine devant ma stature imposante générale, que ce soit pour les asiatiques et les occidentaux. Et puis, je n'avais pas rechigner, je faisais souvent cet effet aux gens, voilà pourquoi j'étais videur de boîte de nuit.

D'ailleurs, j'avais pu voir sa grimace colérique se changer en confusion lorsque les petites Rina-chan et Kokoro-chan s'étaient excusées en boudant, agrippées toutes deux à mes jambes comme le ferait mes propres enfants - supposant. Elles s'étaient retournées, l'une rejoignant le deuxième garçonnet tout blondinet pour qu'ils attendent mon aval pour aller chercher des clients ; la petite altercation avait rameutée pas mal de monde, curieux, aussi, c'est d'un mouvement de tête que je leur intima d'aller faire ce qu'ils voulaient.

Puis, le salaryman s'inclina respectueusement en face de moi, clairement désolé de sa méprise. Un petit sourire m'échappa, les arcanes de la politesse japonaise étaient rares de nos temps, heureusement que les hommes et femmes de son âge savaient comment se comporter face à ce genre de problèmes. Ses oreilles étaient d'un petit rose, je compris bien vite qu'il était embarrassé.

- Menma, vite-euh! appelait Rina-chan derrière moi, prête à faire les crêpes promises.
- J'arrive, attend moi, répondis-je.

Je me retournais vers l'homme qui s'était redressé et me regardait l'air embarrassé sur le visage. On aurait dit qu'il attendait une sentence mortelle, le pauvre. Je voulais lui montrer que sa réaction donnait à son intérêt une plus-value que je respectais profondément, mais je ne savais pas comment m'y prendre, alors je me contentais de lui sourire.

Cependant, il enchaîna avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, ayant envie de se racheter et proposant une tournée générale de crêpes pour les enfants. Je leur avais déjà promis celles-ci à la fin de la journée, et les goinfrer de sucre et de pâte à tartiner n'était pas la meilleure des solutions ; ça n'était pas sain. Triturant mes méninges, une solution bien plus simple m’apparut. Il essayait de se faire pardonner, mais je ne voulais pas qu'il dépense trop d'argent ; c'était comme si je l'extorquais, sinon.

- Vous êtes déjà pardonné, monsieur, commençais-je.

Les deux petites filles s'étaient approchées de moi, l'une impatiente, l'autre curieuse, alors que le binoclard s'excusait sincèrement devant elles. La petite brune, elle, lui sourit en acquiesçant d'un vigoureux "Oui!", alors que la petite avec les tresses fit la moue avant de détourner la tête à l'air hautain, arrivant vers moi pour me tirer le jean et m'ordonner de venir aux fourneaux.

- Tu as dit qu'on ferait des crêpes... chouinait-elle, avec l'envie de m'attendrir.
- Menma, dis, dis, appelait le petit blond du nom de Kakeru-kun, qui n'avait pas parlé jusque là. Le monsieur, i' peut pas rester..?

La petite dernière, amoureuse du garçonnet, juste derrière lui, fit un petit oui de la tête. Elle ressemblait à une poupée japonaise, avec sa coupe noir au carré et sa frange qui cachant ses petits yeux bleus, elle parlait très peu, réservée, timide, mais très gentille. Elle était toujours d'accord avec ce que disait Kakeru-kun, la petite Aiko-chan. Accessoirement, il avait pensé à la même chose que moi. Je me tournais vers l'homme, alors que Kokoro-chan et Hiroki-kun partirent chercher des clients.

- Plutôt que de leur donner du sucre, et si vous avez le temps, que diriez vous de nous aider à faire des crêpes? Je suis sûr que Rina-chan voudra bien vous montrer.

Elle paru bouder mais elle rétorqua.

- Pff! Si il le faut!

Avant que tout ne soit froid, je souris en faisant signe à l'homme de me suivre, me dirigeant vers les ustensiles de cuisine et retirant mon tablier pour le laisser sur le côté afin qu'il le mette pour se protéger. Aussi, la petite aux tresses étaient déjà prête, ayant courru jusqu'aux fourneaux, trépignant sur place : elle était un peu capricieuse, comme sa mère, mais qu'est-ce qu'elle était mignonne avec ses grands yeux noirs pétillant! J'aurais voulu avoir des enfants comme eux, et une petite fille comme elle...

- Au fait, demandais-je vers lui. Comment vous appelez vous?

Autant se présenter s'il restait un peu de temps avec nous ; et puis, avoir un adulte de plus pour surveiller les gosses n'étaient pas de refus, même si j'avais confiance en eux, il pouvait toujours y avoir des problèmes, où des pauses pipi que je ne pouvais pas gérer car il fallait garder tout le monde à l'oeil.



Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Apparence trompeuse [Pv: Nadeshiko][Abandonné]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» BENJI Shih tzu abandonné à 10 ans (02)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: