:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parce que nous craignons les ombres ~ Pv Hellmuth B. Sellæg [Abandonné]

avatar
Messages : 87
Sucettes : 202
Date d'inscription : 11/04/2015
Localisation : Loin de toi ~

Your Identity Card
Âge: 21 ans
Amoureux: Qu'est-ce que c'est ?
Présent/Absent: Présent
[✘UKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Kojima Seto
[✘UKE✘]
Lun 18 Mai - 18:41


 

 
Parce que nous craignons les ombres

 
Peut-on se satisfaire d'une vie banale ? Tout le monde n'en est pas capable mais Seto le peut. Il le peut parce qu'il le veut. Ne désirant que calme et plénitude, aussi jeune qu'il soit il vit la vie banale d'un quinquagénaire, collant au typique "métro, boulot, dodo". Malheureusement même une vie banale apporte son lot de problème. Hier était une mauvaise journée, la nuit elle aussi avait été mauvaise et quand son réveil sonna à 5h00, Seto avait le pressentiment que cette journée ne serait pas meilleures que l'autre. Cette vieille femme, agaçante et exigeante l'avait épuise et il devait encore s'occuper d'elle pendant quatre jours, enfin ça c'est ce qu'il pensait avant de se redresser pour s'assoir au bord de son lit. La douleur vive qui saisit son dos à cet instant le fit grimacer. La fatigue se faisant sentir et attaquait son corps pour l'alerter, il devait lever le pied. Mais est-ce que c'était son genre ? Bien sûr que non. Le jeune homme s'étira en soupirant:

    Allez...On y va.

Secouant la tête, il se dirigea vers la salle de bain ouvrit sa pharmacie et en tira deux comprimé contre la douleur qu'il avala sans eau avant de se préparer pour sa journée. Pantalon noir, chemise blanche et veste noir. Seto enfila ses lunettes, passa une main dans ses cheveux et quitta son appartement pour une journée banale dans sa vie banale. Ça aurait du être une journée des plus simple. Arriver, saluer les collègues, arborer son plus beau sourire et commencer sa journée. Cette douleur lancinant dans son dos ne le quittait pas et malgré ça il devait sourire. Jusqu'à ce qu'il ne puisse plus sourire. Jusqu'a ce que la douleur le crispe et laisse voir son vrai visage. Oh pas devant les client bien sûr, il travailla toute la matinée comme un bon soldat et quand l'après midi commença il s’éclipsa sur ordre de son patron. Un tour chez son médecin, deux antalgique et le voilà devant la porte du cabinet.

Seto n'aime pas être malade, faible devant des étrangers mais pour une fois depuis longtemps tout son corps lui faisait sentir qu'il était faible et qu'il avait besoin d'aide. La jeune homme lâcha un nouveau soupire et poussa la porte en réajustant ses lunettes. Ses yeux furent agréablement agressé par le blanc saisissant de l'entrée. Cette absence d'obscurité lui tira un soupire d'aise. Non il n'aimait pas particulière les pièces lumineuses mais dieu qu'il détestait le noir... Ses pas le menèrent jusqu'à une petite salle. Il était venu sans rendez-vous et avec son ordonnance mais l'endroit ne semblait pas crouler sous les patient il pensa donc qu'il ne patienterait pas longtemps. Le passage à l'accueil terminé il se dirigea à l'étage, grimaça à chaque fois que son pied se levait pour se poser sur une marche. L'ambiance de ce petit lieu d'attente n'avait rien à voir avec l'accueil du bas. Plus chaud... L'attirant fauteuil rouge fit admirablement son travail et Seto lentement s'y installa en lâcha un soupire d'aise sans s'être demandé si s'extirper de ce fauteuil ne le ferait pas bien plus souffrir. Combien de minute laissa t-il filer avant de tendre le bras et de se saisir d'un livre en arrangeant ses lunettes. Littératures anglaise. Il tournait les pages lentement quand finalement une des portes s'ouvrit.
Feat
Hellmuth





Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Lun 18 Mai - 19:57

La chaleur tapait un peu trop violemment aujourd'hui, pour moi en tout cas. Mes collègues, eux, semblaient se plaire dans cette ambiance pseudo estivale mais immigré d'un pays nordique, je ne supportais pas l'air lourd de l'été arrivant à grand pas. Je transpirais sous mon T-shirt malgré la climatisation en fond dans les pièces générales du centre, mais étant donné que je n'y passais pas le plus clair de mon temps, je ne pouvais pas en profiter.

Le pire fut lorsque je du participer à la rééducation d'un quadragénaire qui devait soigner un défaut de colonne vertébrale en faisant des exercices dans la salle de sport ; cette dernière était rafraîchissante, mais bouger avec l'homme pendant ses abdos m'avait achevé, quand bien même j'étais très à l'aise dans le renforcement musculaire. C'était indéniable : l'été au Japon, si on pouvait dire que c'était déjà l'été en presque mois de Juin, était des pires. Comment allais-je survivre?

- Tu tiens le coup, Chiregu-san?
- Comme je peux, merci Takeshita-san, avais-je répondu à ma jolie collègue brune lorsqu'elle s'inquiétait pour moi.

En y repensant, les japonais n'arrivaient jamais à dire mon nom de famille correctement, donnant souvent un Chiregu simple ou juste "Chire", suivit d'une marque de politesse de fin. Ca me faisait sourire car l'accent était très spécial et il me plaisait, dans le sens où je ne savais pas quel accent je devais avoir moi... Il devait être ridicule, le mien.

Vers les coups de dix huit heures trente, je lâchais un vieil homme et fini de nettoyer la salle, mon dernier camarade kinésithérapeute dans la salle de sport à l'étage inférieur. Aussi, je descendis pour voir si j'avais quelqu'un d'autre de prévu dans l'agenda et la lumière allumée de la salle d'attente attira mon attention après coup. J'ouvrais donc la porte.

Je tombais nez à nez avec un jeune homme, probablement plus jeune que moi à l'air guindé. Il n'avait pas rendez-vous, vu que je n'attendais personne ; mais comme j'aimais mon travail, je me rapprochais de lui en souriant chaleureusement pour le mettre à l'aise. Et surtout, il fallait toujours rester poli, qui que soit le patient.

- Bonsoir monsieur, dis-je doucement. Puis-je vous aider?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 202
Date d'inscription : 11/04/2015
Localisation : Loin de toi ~

Your Identity Card
Âge: 21 ans
Amoureux: Qu'est-ce que c'est ?
Présent/Absent: Présent
[✘UKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Kojima Seto
[✘UKE✘]
Jeu 21 Mai - 18:00


 

 
Parce que nous craignons les ombres

 
Caler au fond du fauteuil, bercer par l'ambiance chaude et apaisant de cette petite salle d'attente, les yeux de Seto suivait les ligne du livre sans vraiment les lire. Il devait avoir relu la même phrase au moins trois fois avant de s'en rendre compte. Il poussa un soupire de lassitude, lui qui était patient pourtant si patient dans son travail détestait attendre. Il réalisa qu'agacer par son état, cinq malheureuses minutes perdu dans un livre lui avait paru des heures. De plus, entendre du bruit mais ne voir personne avait quelque chose de frustrant. Il craignait que personne ne repasse pas ici et qu'il se retrouve à devoir retourner chez lui ainsi. Il s'était pourtant enregistré à l'accueil, ces craintes était infondées. Secouant la tête la jeune homme retira ses lunette pour se frotter les yeux et laissa sa tête s'appuyer au dossier du fauteuil dans un nouveau soupire. Trop de temps, trop de silence, le livre dans une main, les lunettes dans l'autre il fixait le plafond en se laissant aller à une longue et profonde réflexion. Trop profonde d'ailleurs, au point qu'il n'entendit pas la personne s'approcher.

C'est donc en sursautant que Clay rencontra une homme travaillant ici. Ses yeux le détaillèrent rapidement, avant qu'il ne remette ses lunettes sur son nez. A voix, et son accent, Clay comprit qu'il était étranger. A travailler dans un grand hôtel, il avait l'habitude d'en croiser des tas.  Son sourire ne l'avait pas atteint, qu'il est été honnête ou non pour la jeune hôte c'était une sourire commercial, comme il en en faisait, à longueur de journée. Et en plus il n'était pas franchement d'humeur à sourire. Du coup, dans son costume noir de travail avec, ses lunettes et quelques mèches devant les yeux le bougre paraissait bien austère. Il lui fallait desserrer les lèvres et se lever maintenant. Se lever... Fermant le livre d'une main avant de le ranger, il prit appui sur l'accoudoir et s'extirpa du douillet fauteuil non sans grimacer:


Je savais que ça serait douloureux de sortir de là...Excusez-moi, bonjour.

Répondit-il en tendant sa main vers l'inconnu. Après une courte poignée de main il plongea celle ci dans la poche intérieur de sa veste pour en sortir le petit papier blanc. L'ordonnance qui justifiait sa présence. Son médecin n'avait put que lui prescrire quelque comprimé qu'il prenait déjà et quelques séance chez un kiné. Et une radio aussi, que le jeune s'était bien garder de faire, d'après lui quelques massages suffiraient:

 
  Mon médecin m'a vivement conseillé de vous consulter en espérant que vous pourrez me remettre d'aplomb pour demain. Mon dos à décidé e me faire vivre un petit calvaire

La situation avait été poliment résumé. En gros, avec courtoisie Seto lui disait: " J'ai mal, arrange toi pour que je puisse allez bosser demain!". Même s'il détestait cette femme elle faisait partie des meilleurs clientes de l'hôtel, il n'était pas question qu'un autre rafle le fruit de son dur labeur. Son attention fut attiré vers la porte, quelqu'un devait être passé et pendant l’espace d'une seconde les lumière grésillèrent. Seto n'y prêta aucune attention, attendant la décision de son jeune interlocuteur. Peut-être aurait-il du s'en soucier...
Feat
Hellmuth





Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Lun 25 Mai - 19:19

L'homme semblait froid, et pâle. En sortant du fauteuil, j'avais senti qu'il avait clairement besoin de se détendre. Je me courbais lorsqu'il me dit "bonjour", et, en un sens, l'idée d'avoir un nouveau patient surprise me plaisait, un sourire heureux se dessinait sur mes lèvres. C'était plutôt réjouissant, et je devinais les courbes tendus des muscles.

Comme il me tendait la main, je la lui prit pour la serrer avec une infinie application, on m'avait déjà reprocher d'avoir la poigne forte due à mes petites années d'expériences sur le terrain et ce malgré mes mains relativement lisses. Je le lâchais enfin en sursautant très peu lorsque la lumière fit des siennes ; ces derniers temps, le générateur de tout l'immeuble faisait des siennes mais un réparateur devait bientôt régler le problème pour mon plus grand bonheur.

J'écoutais les directives de mon nouveau patient, le sourire toujours collé aux lèvres par le fait qu'un médecin m'aie conseiller. Évidemment, je savais que c'était ce centre et pas moi en particulier, mais ça me plaisait quand même. Nous gagnions en réputation à après tout.

- Par ici je vous prie, lui montrais-je d'un revers de main les escaliers derrière la porte de la salle d'attente.

Je lui emboitais le pas derrière les marches et le conduit à une petite salle blanche et en bois lattée très cozy, avec une lumière assez tamisée pour ne pas agresser les yeux. Je tirais la table à massage en y mettant le roulant de papier déplié dessus, laissant un trou pour qu'il y mette sa tête.

- Je vais commencer par vous dénouer les tensions pour ensuite détendre le dos. Si vous le voulez, je vous mettrais une bouillote pendant plusieurs minutes pour que toutes vos toxines s'évaporent, d'accord? Je vais chercher le nécessaire, retirez votre haut, s'il vous plaît.

Sur ces derniers mots, je sorti de la pièce en refermant derrière moi pour aller jusqu'à la petite malle, y sortant l'huile et la crème. Ensuite, j'allais me laver les mains, je n'allais pas toucher les gens les uns après les autres sans bien retirer toute la crasse qu'il aurait pu accumuler sur leur peau, c'était évident. Puis, une fois fait et le tout dans les bras, je toquais à la porte en attendant que le brun me dise d'entrer.

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Parce que nous craignons les ombres ~ Pv Hellmuth B. Sellæg [Abandonné]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Parce que nous le valons bien... ♥
» Ruby ~ Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux
» Keith C. Bradigan - parce que nous ne sommes pas seuls dans ce monde
» Selurus dit "le Fils de l'Etna" ₪ Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux
» VOICI NOS MEMBRES ♦ parce que nous sommes curieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: