:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Terminé] Difficultés de la vie. [Nikola A. Masao] [R18]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Dim 13 Déc - 17:07
Difficultés de la vie.
Feat Clarence Umea
Désir, plaisir, douleur, bonheur. Tous ces mots se mêlaient en moi alors que son gémissement parvenait à mes oreilles. Je ne pouvais m'empêcher de repasser les scènes que je venais de vivre quelques secondes avant, sa langue pénétrant ma bouche sans me demander mon avis, son regard ardent, le poids de son corps sur le mien, ses bras me serrant contre son torse. Je voulais savoir ce qu'il allait se passer ensuite. J'avais du mal a refréner mon désir à ne pas l'obliger à me prendre maintenant tout de suite, sur le champs. Je voulais découvrir ce dont il était capable, je voulais voir son visage découvrir le plaisir de la chaire masculine, je voulais le voir perdre son innocence. Oui, parce qu'une fois qu'il aurait perdu cette part de lui, plus jamais il ne pourrait m'oublier, chaque jour, chaque instant, ou il repenserait à sa « première fois »  mon visage lui reviendrait à l'esprit et je serais graver à jamais dans sa mémoire et dans sa vie.

Ses mains écartèrent mes cuisses à mon plus grand plaisir, si j'avais pu le faire je l'aurais fait moi même et depuis bien longtemps. Mes iris ne se décrochaient pas des siennes, je savais qu'il allait me prendre et pour rien au monde je n'aurais voulu louper ce visage délicieux que je pus découvrir au moment même ou je sentis son membre entrer en moi avec une brutalité que je n'avais pas prévu. Contre toute attente cette douleur réveilla mon autre moi, celui qui me tourmentait depuis que j'étais nu sur ce lit mais que j'empêchais de faire surface. Parce qu'il ne fallait pas, parce qu'il ne connaissais pas ce bonheur que je pouvais ressentir dans la douleur et parce que pour toute personne normale ce désir était... Anormal. Alors je me contenterais de prendre ce qu'il me donnerais, de me délecter des petits plaisir que je trouverais si et là au sein de ses gestes maladroit et parfois brutaux. Et pourtant j'avais beau penser que j'étais le seul à aimer ça, j'avais l'impression que parfois lui même était en proie à un conflit interne.

Je gémis contre ses lèvres sans aucune retenue, ressentir tant de désir devrait être interdit. Jamais je n'avais atteint des summums dans la douceur et pourtant, lui parvenait à me faire ressentir plus de plaisir que je n'en avais ressentit jusqu'au aujourd'hui. Mais c'était un plaisir bien différent, inexplicable, je prenais de plaisir charnel certes, mais le fait qu'il dévore mes lèvres, caresse mon corps, me domine, ne regarde que moi me remplissait de joie, d'égoïsme, d'une possessivité nouvelle qui allait naître en moi et donc je ne connaissais pas encore les limites. A mon tour, le souffle court je me saisis de sa nuque pour le plaquer avec force contre mes lèvres, laissant ensuite descendre mes doigts jusqu'à ses fesses sans oublier de laisser mes ongles dessiner des stries rosé le long de son dos. Agrippant ses fesses, les malaxant à mon tour tout en venant dévorer encore une fois cette bouche dont je voulais être le seul propriétaire. Ses dents vinrent alors s'en prendre à mon cou, sans hésitation je penchais ma tête vers l'arrière lui offrant un accès illimité à l'objet de sa convoitise, mes cris ne furent pas retenus quand je sentis ses dents aller plus profond dans ma chaire, Clarence devinait mes désirs les plus sombres sans que je n'ai à en prononcer le contenue . Il avait relevé mon bassin à mon grand plaisir, je pouvais le sentir progresser dans cette position, prendre plus de terrain, venir plus profond et dieu que c'était bon. Que devrais-je payer en échange de ce moment de pur extase ? Toutes nos envies ont un prix à payer, quel sera le mien ? Pêché de luxure, pêché de gourmandise. Il perdait le contrôle, qu'il le perde. Soyons deux fous que la vie accable, soyons deux pêcheurs qui s'unissent dans le plaisir de la luxure et de la gourmandise. Clarence soit mon pacte d'impureté, soit mon serpent d'éden.

Alors que je perdais pied, il se retira brusquement. Surpris je me redressais sur les coudes avant de le voir poser mes jambes sur ses épaules. Le voir ainsi prendre mes jambes me sorti immédiatement de ma torpeur, j'ouvris la bouche dans l'espoir de protester mais il se renfonça en moi avec une telle force que je lâchais un cri de douleur en me laissant reposer sur le matelas. Je ne pouvais plus réfléchir, à peine bouger, juste me délecter. J'agrippais sa chevelure afin de me redresser et d'apposer mon front contre le sien, les yeux mis clos, le visage rouge, ma gorge lâchant des gémissement bruyant. Ses gestes se faisant de plus en plus brutaux, de plus en plus douloureux. Je redécouvrais l'autre Clarence, celui qui était sombre, celui qui en avait voulu à ma vie quelques minutes avant. Il marquait mon corps à une vitesse folle, des marques qui ne disparaîtrait pas avant un bout de temps j'en étais sur. Tout d'un coup, comme une parcelle de douceur dans cette bestialité, ses doigts recouvrirent les miens. Je les serraient alors doucement alors que sa puissante main venait torturer mon intimité, c'était insoutenable, je resserrais mes doigts autour des siens. Alors qu'il me torturait de plus belle je levais mon regard embrumé vers lui, ses cheveux commençaient a se coller à cause de la sueur et c'était affreusement sexy.. Ne pouvant me résoudre à autre choses, je lâchais sa main et me saisis de ses joues afin de l'embrasser langoureusement, tendrement alors qu'il me malmenait. Je voulais le garder près de moi, je voulais m'enfermer dans une bulle avec lui et ne plus jamais en sortir.

Mes lèvres ne relâchait pas les siennes, ma langue aussi s'enroulait autour de la sienne. Posant ma main sur son ventre je le stoppais avant de l'observer quelques secondes. J'hésitais. Finalement je passais mes bras autour de son cou et prit un certain élan afin de le faire basculer sous moi. Maintenant allongé sur son torse j'haletais. Je vins embrasser son torse avant d'y planter mes dents jusqu'à sa chaire, juste retour de la douleur qu'il m'avait infligé auparavant. M'appuyant sur ce même torse je me redressais pour le regarder. L'une de mes mains vint chercher la sienne pour la poser sur ma hanche droite endoloris.

- J'aurais besoin que tu me soutiennes un peu.

Puis, je vins chercher la gauche et la déposé sur mon corps. Doucement, je me mis a faire de léger mouvement de vas et vient.

- Il faut que tu suive mes mouvements et les aide.. J'aimerais faire ça moi même..

Je pris de la vitesse, l'obligeant ainsi à suivre mon mouvement et à l’amplifier. Volontairement je me resserrais autour de son membre. Puis cessant mes mouvements, je le tirais à moi pour qu'il s'assoit. Je passais alors mes bras autour de son cou et plaquais violemment mes lèvres aux siennes.

- Fais de moi ce qu'il te plaira.
FICHE PAR DITA EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Sucettes : 286
Date d'inscription : 02/05/2015

Your Identity Card
Âge: 28
Amoureux: Nobody
Présent/Absent: Présent
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Clarence Umea
[✘SEKE✘]
Mar 15 Déc - 8:31
Frissons et grognements de plaisir. Chaque mouvement était un véritable supplice tandis que je plongeais dans ses chairs serrées un peu plus fort à chaque fois, me faisant tressaillir, mes pupilles se retrouvant masquées parfois, pendant quelques secondes, par mes paupières qui s'abaissaient pour me permettre de mieux profiter. Je me concentrais sur chacun de ses gestes, m'adonnant totalement à lui dans le baiser, me laissant aller, simplement heureux. Puis d'un coup, une immense frustration monta en moi. Sa main sur mon ventre me ramenait à la réalité et je tentais de saisir la raison pour laquelle il m’empêchait de continuer. Pourquoi m'interdire le paradis alors qu'il me l'avait clairement offert quelques minutes plus tôt ? Etait-ce un jeu pour lui de me frustrer ? Je sentis mes épaules se tendre, jusqu'à ce qu'il me retourne sans que je ne parvienne à comprendre comment. Aussitôt je sentis mes joues rougir. L'incompréhension monter. Comment avait-il réussi à faire ça alors que ses jambes ne pouvaient pas bouger ? Avais-je sous estimé sa force ? Je fronçais le nez. Me redressant sur les coudes avant me laisser retomber sur le matelas à la morsure sur mon torse, rejetant mon visage vers l'arrière comme pour lui confier ma gorge, tandis que mes lèvres s'entrouvraient dans un gémissement de plaisir. Ca non plus je ne l'expliquais pas. Mais à chaque nouvelle morsure, un choc électrique parcourait ma peau et se répandait dans mes pores, vague de plaisir puissante et grisante qui me laissait pantelant, dans un autre monde.

Puis sa voix me ramena. Je lâchais un léger grognement, posant mes mains sur son corps comme il me le demandait tout en frémissant longuement, ne le laissant pas tout faire tout seul puisque je remuais moi même mon bassin, comme avant mais plus difficilement peut-être à cause de la position inhabituelle. Je n'étais pas un expert après tout. Cette confiance en moi que j'avais montré était complètement fausse. Pourtant j'essayais de faire de mon mieux, enfonçant le pers de mes yeux de nouveau dans les siennes, cherchant à l'accrocher pour qu'il ne voit que moi, pour que ce moment ne soit plus qu'associé à moi. Égoïsme à l'état pur, que je n'aurais jamais soupçonné avant. Seulement avec lui. Songeais-je une seconde avant de me laisser redresser par ses doigts tandis qu'un gémissement rauque passait mes lèvres.

"Tu es si serré Niko." Murmurais-je avant de caresser sa joue.

Avec douceur, presque en accord avec mes mouvements de bassins que j'avais intentionnellement ralentis, radoucis avant de soudain changer de rythme pour l'assaillir de nouveau, ma deuxième main entourant son dos pour le maintenir contre moi, mes dents revenant dévorer sa gorge, son oreille, le contour de sa mâchoire, un grognement passant mes lèvres, suivit par mon souffle court, trop.

"Nikola..."

Je gémis de nouveau. Enfouissant mon visage contre sa gorge juste pour le sentir, le plaquant contre le mur lui même posé contre le lit afin de le soutenir sans mon bras que je glissais jusqu'à son sexe pour le saisir de nouveau, râlant, des larmes venant noyer le coin de mes yeux. Je jurais. Me haïssant de ce que j'allais dire, ne voulant pas déjà être à ce point, mais il me rendait trop dingue. Ca faisait trop longtemps. J'avais l'impression d'être déjà épuisé.

"Niko je vais jouir. Merde."

Je soufflais, tout bas contre sa gorge, et n'aurait pas parié un instant qu'il avait entendu dans le feu de l'action. Je plaquais fortement mon torse contre le sien, mes doigts continuant leur jeu sans fin sur son membre, alors que mes mouvements se faisaient plus puissants, mais parfois plus désordonnés. Que la fatigue me gagnait de plus en plus et que mes jambes tremblaient, de plaisir mais aussi sous la fatigue que me procurait l'effort. Rien à foutre qu'on nous entende, je vins mordre une nouvelle fois sa peau, avant de déposer des suçons dessus. Qu'il pense à moi jusqu'à ce que ces marques disparaissent. Qu'il ne s'autorise du sexe avec personne d'autre durant ce laps de temps. Et qui sait, peut-être qu'entre temps je reviendrais lui en faire s'il voulait bien de moi ? On ne pouvait pas prévoir. Toutefois je le serrais contre moi d'une manière possessive alors que l'orgasme me gagnait, ma main se resserrant sur sa queue tandis que je lâchais un long gémissement, venant le noyer dans un baiser. Honteux ? Légèrement. Ma voix me paraissait être la chose la plus immonde, si forte alors que je me rependais en lui. Mes cheveux étaient plus collés encore, et mon torse luisait de sueur. La sienne ou la mienne ? Peut-être les deux. Et les larmes qui avaient coulées sur les joues quant à elles s'étaient mêlées au baiser avide que je lui offrais, dingue de son corps, dingue de ses lèvres et de son odeur. Je n'avais pas envie de le quitter.

_________________

Merci beaucoup Hiro ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Lun 11 Jan - 14:47
Difficultés de la vie
Feat Clarence Umea
Si  l'on m'avais dis que cette journée de merde allait virer de cette façon je n'y aurais pas cru. J'étais simplement venu pour passer des examens en nombre, j'étais arrivé complètement atterré, mort de trouille angoissé. J'avais passé l'une des pire matinée de ma vie. Et j'étais allé manger. Juste manger. C'est a ce moment que tout a basculé... Enfin je crois. Je ne me souviens plus bien. Je sais juste que maintenant ma vie va changer. Lui ne s'en doute certainement pas, mais je le sens.

Mon corps n'était plus mien, le jeune chirurgien en avait prit la pleine possession et mon esprit était maintenant trop faible -et surtout consentant- pour se montrer belliqueux. Je ne cessais de gémir au creux de ses bras, criant sous ses attaques incessantes, ne tentant pas de feindre ses assauts qui ne faisait que me rapprocher d'un plaisir qui m'avait manqué depuis trop longtemps. Ma gorge, mes oreilles, ma mâchoire, Clarence n'oubliait aucune parties de mon corps. Cependant rien ne fut plus délectable que le gémissement de mon prénom franchissant la barrière de ses lèvres. Je voulais l'entendre encore, je voulais qu'il ne gémisse que pour moi, que mon nom. Alors que mon esprit égoïste commençait a s'accaparer son être sans même lui demander son avis je sentis ses doigts s'enrouler fermement autour de mon membre. Le reste ce passa à une vitesse on ne peut plus folle. J'entendis vaguement Clarence parler dans un souffle, j'avoue ne pas avoir compris les quelques mots qu'il avait prononcé de plus j'étais au bord de la jouissance. Conscience évanoui, esprit consumé, corps dominé quand je sentis alors la chaleur du brun me gagner au plus profond de mon être. Ce fut la goutte de trop, la goutte qui fit exploser le feu ardent qui brûlait en moi depuis plusieurs minutes. Minutes, heures ? Je ne savais pas. J'avais perdu le fil du temps au moment même ou je m'étais retrouvé seul avec Clarence. Quand j'ouvris les yeux avec difficultés,  j'aperçue la main de mon amant recouverte de ma semence, nous avions aussi changé de position. Relevant doucement la tête vers lui j'observais calmement mais tout en haletant son visage. Il était en sueur, ses cheveux collés à son visage le rendait affreusement sexy et son torse trempé de sueur ne faisait que renforcer cette image. Soulevant doucement sa mèche humide je vins l'embrasser avec une douceur extrême. Son baiser précédent était encore ancré sur mes lèvres et je n'étais pas près de l'oublier alors il fallait que je continue de perpétuer cette sensation qui ne cessait de les irradier. Je lui souris alors doucement. Il fallait que cet homme soit mien. Peu importe le nombre de fois qu'il me repousserait, peu importe les douleurs que j'allais subir j'avais besoin qu'il soit à mes côtés. Souriant doucement je me retirais difficilement de son étreinte afin de m'étendre sur le lit.

- Je suis désolé pour ta main.. J'aurais du te prévenir. Soufflais-je simplement alors que je reprenais peu à peu mes esprits.

Au bout de quelques secondes je m'assis avec lassitude sur le bord du lit, le regard vide. Comment pouvais-je le posséder ? Il ne comprendrait pas cette soudaine déclaration si je l'a lui faisais. De plus il avait l'air extrêmement colérique, peureux, renfermé. Je ne savais décidément pas comment le prendre.

- Clarence ? Il fallait que je me lance.. Au moins un petit peu. Je pris alors doucement sa main dans la mienne, légèrement gêné par ma nudité je rougis. Ca te dirais qu'on se revoit ?

Maintenant il avait toutes les cartes en mains, il ne tenait qu'a lui d'accepter ou de refuser. Il détenait notre avenir commun. Choisit bien Clarence, s'il te plait choisit bien.. souffla mon esprit avant de s'éteindre silencieusement, les yeux rivés sur son visage humide. Attendant sa réponse dans un silence de mort.
FICHE PAR DITA EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Sucettes : 286
Date d'inscription : 02/05/2015

Your Identity Card
Âge: 28
Amoureux: Nobody
Présent/Absent: Présent
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Clarence Umea
[✘SEKE✘]
Mar 12 Jan - 8:31
L’étreinte n’avait pas duré assez longtemps. Son corps, je me demandais pourquoi il s’échappait ainsi du mien, pourquoi il ne voulait pas rester en place encore quelques secondes, le temps au moins que je récupère mon souffle correctement et que je redescende de ce nuage sur lequel je planais, confortablement installé. C’était difficile de revenir à la réalité, et je vins échouer mon visage contre le matelas, porteur encore de son odeur, mes lèvres frémissantes encore de ses baisers, tendres ou non. Je n’avais même pas remarqué pour ma main. Ou du moins cela m’importait peu sur l’instant. Pourtant, lorsque je compris, je jetais un regard un peu perdu à cet homme, - que je devais considérer comme mon amant ? – jetant plusieurs fois mes yeux pleins de questions contre les siens, avant de finalement me saisir d’un mouchoir en rougissant pour m’essuyer. J’ignorais si c’étaient ce que voulais les convenances, mais je ne savais absolument pas quoi faire d’autre. « Ce n’est rien. » Aurais-je voulu lui dire, seulement aucun mot ne voulait passer mes lèvres, et j’étais encore trop dans les vapes pour les obliger à se faire entendre. Aussi je me contentais de secouer légèrement la tête, déposant un minuscule baiser sur son épaule opaline avant de me redresser trop lentement, d’une manière plus mécanique que naturelle, mes muscles rouillés, et mes articulations presque douloureuses.

Mon regard resta lové contre le sien et j’écoutais dans un silence d’église, les mots que lui avait pu prononcer sans problèmes. Comment faisait-il pour être autant en forme ? J’avais l’impression d’être totalement vidé de mes forces, d’être encore plus épuisé qu’auparavant. Et déjà mes paupières s’abaissaient, mais je les en empêchais comme je le pouvais, fronçant le nez, me concentrant pour ne pas sombrer et continuer à l’écouter. Sa proposition me fit sursauter et je détournais pour la première fois le regarde, la gorge serrée et soudain réveillé. Personne ne voulait jamais me revoir, personne ne voulait continuer à faire un bout de chemin avec moi, alors que pouvais-je lui répondre ? Mon estomac me serrait si fort que j’en avais la nausée. Est-ce que j’étais prêt à me laisser apprivoiser ? Je passais une main dans mes cheveux, nerveusement. Me faire apprivoiser voulait dire lui accorder une confiance aveugle, lui confier peu à peu mes secrets et mes craintes, les éléments de mon passé que je ne pouvais oublier, que je ne voulais oublier. Mais s’il m’apprivoisait, il voudrait que je les oublie. Il tenterait de faire taire les cris de ma mère qui hantent mon esprit, et tous ces cauchemars qui me réveillent lorsqu’enfin je grappille quelques heures de sommeil tant méritées. Et le jour où il m’abandonnerait, peut-être pour toujours, je verserais des larmes intarissables, perdrait une nouvelle fois le goût de vivre, et ressentirais encore une fois cette immense solitude qui me compose habituellement. Toutefois, au fond, je savais que ce petit bonhomme avait déjà changé ma vie d’une façon telle qu’il resterait à jamais gravé en moi. Comment pourrais-je un jour oublier ces deux orbes d’émeraude plantées dans ce visage frais, dont la douceur enfantine incrustée dans chacun des traits contrastait avec sa mentalité peut-être un peu trop mature pour son âge ?

« Non. »

Mon ton était parfaitement maîtrisé. Je le fixais un instant à la dérobée, un instant qui me sembla durer bien trop longtemps, avant de soupirer et de me détourner pour m’asseoir sur le bord du lit, posant mon visage contre mes mains ouvertes en soufflant, les jambes tremblantes. J’ignorais quelles étaient ses pensées sur le coup, sûrement était il déçu ou énervé.

« Non, je ne te reverrais pas tant que tu ne m’auras pas fait la promesse de ne pas m’abandonner. »

Mes joues rougirent et les palpitations de mon cœur s’intensifièrent. Je me remis sur mes pieds, perturbé, cherchant mes sous vêtements sans plus savoir où ils avaient atterris, finissant par retrouver mon boxer que j’enfilais trop rapidement, n’osant plus le regarder à nouveau, gêné soudain par notre nudité. Je devenais un enfant à mon tour, gêné pour rien, refusant de regarder une réalité bien simple en face. Il voulait me revoir, et j’avais simplement peur qu’il me laisse tomber comme beaucoup d’autres. Alors j’avais envie de fuir, mais je ne le faisais pas car ce n’était pas moi ça. Je ne fuyais jamais mes responsabilités, et lui l’était devenu à partir du moment où j’avais posé mes mains impures sur son corps pâle et magnifique, son corps précieux d’homme blessé et peut-être traité plus durement qu’il n’aurait jamais dû l’être. J’avais aimé le toucher et désormais le considérais un peu comme mien. Je savais que je n’aimerais pas si quelqu’un d’autre virait mon odeur de sur sa peau pour y ancrer la sienne. Pourtant je haïssais l’idée de lui appartenir, d’appartenir un jour à quelqu’un d’autre qu’à Elle, et je ne savais plus comment agir. Mais peut-être qu’il ne voulait me revoir que pour discuter et devenir ami avec moi ? Ami. Mot étrange…. Moi qui n’avait jamais eu le profil pour être un ami.

_________________

Merci beaucoup Hiro ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Jeu 21 Jan - 16:08
TITRE ICI
Feat Machin & Truc
Mon cœur se stoppa net. le temps cessa de s'écouler, ma respiration se fit presque inaudible. Son « Non » raisonnait dans mon esprit comme un écho dans un néant complet. J'étais bouche bée. Je n'avais pas prévu une réponse aussi sèche, je n'avais pas prévue cette réponse tout court pour être sincère. Pour moi Clarence était instantanément devenue une évidence dans ma vie au moment même ou il avait accepté de partager un lit avec moi. En fait non ce n'était pas tout à fait vrai. Il était devenue une évidence dans ma vie à partir du moment ou je l'avais décidé. Et entendre cette réponse si inattendu me coupa le souffle. Je restais alors là, réfléchissant à une vitesse folle, enfermé seul dans mon esprit. Que pouvais-je faire pour le faire changer d'avis ? Pouvais-je l'obliger à me revoir ? Devrais-je l'enfermer pour qu'il veuille bien de moi ? Des idées plus ou moins stupides naquirent les unes après les autres dans mon esprit sans que je ne puisse vraiment les en empêcher. De plus je ne pouvais me résoudre à ne pas repasser en boucle les images des minutes précédentes. Ses mains glissant sur mon corps, ses dents s'enfonçant inlassablement dans ma peau, la faisant rougir peu à peu. Doucement je vins caresser mon cou. Il y avait laissé sa marque. Allait-il rester ? Je n'avais pas fière allure, mon regard fixait le vide, mon esprit tournait dans le vide. Je ne remarquais même pas qu'il s'était installé juste à côté de moi . Même ma nudité ne me gênait plus tant j'étais sous le choc.

Mon regard se tourna immédiatement vers les joues roses du chirurgien, puis sur son corps lorsqu'il se baissa pour ramasser son caleçon. Il était beau. Vraiment beau. Mes mains n'avaient qu'une envie : Caresser ce torse. Brusquement ses paroles vinrent résonner dans mon esprit. Comme des balles de tennis par milliers ces mots rebondissaient dans tout les recoins possible et imaginable.  Donc il voulait me revoir ?! Vraiment ?! Sa condition était largement réalisable, et encore plus pour moi. Je n'étais pas du genre à abandonner mes amis ou … Lui. C'était un premier pas. Un premier pas vers ce qui allait largement changer une vie. Changer ma vie. Changer sa vie. Je voulais changer sa vie, cette vie ou il souffrait, cette vie ou il s'épuisait au travail. Je serais l'épaule sur laquelle il pourrait se reposer, le corps sur qui il pourrait se défouler. Oui, peu importé ce qu'il ressentirait pour moi. Peu importe s'il me haïssait. Je serais la pour lui. Même si je ne devenais qu'un substitue de ce qu'il recherchait ça me conviendrait.

Je ramassais alors mon caleçon sur le sol puis me mis à l'enfiler avant d'attraper mon jeans et de faire de même. Une fois fait de relevé le visage vers lui.  Le fixant avec un léger sourire.  Sans prononcer un mot je me transférais dans mon fauteuil d'un geste habile, requinqué par sa réponse. Glissant doucement mes doigts autour du métal froid qui encerclé mes roues j'avançais face à lui m'arrêtant à quelques centimètres de lui. Avec délicatesse mes doigts se glissèrent sous ses mains pour les soulever doucement.

- Je serais toujours la Clarence. Toujours !

Je répondis avec un peu trop d'entrain à mon goût mais je n'arrivais pas à retenir ce sourire qui se dessinait sur mes lèvres, les étirant contre ma volonté. Lui lâchant les mains je récupérais mon haut à côté de lui et l'enfilé sans trop de problème. Effectuant un demi tour totalement maîtrisé -bah oui après presque 5 ans dans ce putain de fauteuil je ne pouvais que le maitriser.- je souris tout en penchant légèrement la tête en arrière.

- Fait moi confiance tu ne seras pas déçu ! Lâchais-je à son attention. Puis lui offrant un dernier sourire je me tournais vers la sortie et avançais doucement. J'allais reprendre mes derniers examens, j'étais peut être même déjà en retard. Mais je m'en foutais clairement. Il faisait maintenant partie de ma vie. Et je ne comptais pas le laisser partir.
FICHE PAR DITA EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Sucettes : 286
Date d'inscription : 02/05/2015

Your Identity Card
Âge: 28
Amoureux: Nobody
Présent/Absent: Présent
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Clarence Umea
[✘SEKE✘]
Jeu 28 Jan - 17:47

Mon cœur tambourina dans ma poitrine dès le moment où il remit son caleçon. Je ne savais pas comment me comporter, l'attente de sa réponse me semblant être bien trop longue et je ne le regardais que du coin de l'œil, cherchant dans ma mémoire, quelques images heureuses où je pouvais me réfugier en attendant, juste dans l'espoir de me faire patienter, et que la peur ne prenne pas dessus. Pourquoi me rejetterait t'il après tout ? Il avait proposé que l'on se revoie, ce n'était pas moi. Mais le mot ami me faisait peur et je ne savais pas comment le lui dire sans passer pour un pervers qui voulait simplement ses fesses et sa queue alors que ce n'était pas le cas. D'ailleurs je ne pouvais même pas dire m'attacher à lui pour le moment. Tout ce que je savais c'est que je ne voulais pas que quelqu'un le touche, même si moi je ne le faisais plus jamais. J'étais décidément un sacré novice en relations, que ce soit avec une femme ou un homme. Comment est-ce que c'était arrivé avec mon bouquet d'étoiles ? Comment avions nous commencé à nous parler, à nous sourire, à nous toucher ? Comment s'était-elle imposée à moi comme une évidence ? Et comment faisait-on avec un homme ? J'avais l'impression que tout était plus compliqué avec un homme. Rien que faire l'amour m'avait semblé être bien plus dur, même si je ne l'avais pas montré. J'avais suivit mon instinct et ce qui me semblait naturel, mais rien n'était naturel pour moi qui avait vécu avec une femme ou tout seul.

Alors il allait falloir m'expliquer, parce que je ne savais plus faire, mais c'était honteux de devoir avouer tout ça, que je n'avais jamais eu d'amis ou d'autre relation d'ailleurs. Alors oui j'angoissais terriblement, mais son naturel finit par me détendre légèrement. Il avait recouvert ses jambes de son boxer et s'était ensuite glissé sur son fauteuil pour s'avancer vers moi, prenant mes mains dans les siennes, ses petites mains chaudes et douces, comme une peau de petit enfant. Je soupirais un peu, fermant à demi les yeux sans cesser pourtant d'observer le sourire sur ses lèvres, mais j'eus à peine le temps de réagir que déjà la chaleur de ses mains quittaient les miennes, et que ses mots s'évanouissaient lentement de mon esprit. Il serait toujours là pour moi, c'était tout ce que j'avais besoin d'entendre, ou plutôt de sentir. Je voulais qu'il me le fasse comprendre autrement que par des mots, ne serait-ce pas mieux ? Pour l'instant en tout cas il m'offrait sa gorge, ou semblait au moins me l'offrir, et je ne pu que me lécher les lèvres sous cette vision pour le moins plaisante, mon cœur battant si fort qu'il me faisait presque souffrir, mon souffle se raccourcissant l'espace d'un instant alors que je fermais finalement entièrement les yeux pour échapper à cette vision. J'aimais ces marques rouges qui commençaient à s'étendre sur sa peau que j'avais maltraité. J'aimais à croire que j'y planterais à nouveau mes dents. Un côté de moi que je venais de découvrir, et ça me faisait flipper. Il fallait être cinglé pour aimer mordre n'est-ce pas ?

Ca voulait dire qu'il m'appartenait et ce n'était pas le cas. Ce petit être, ce petit ange, ne voudrait jamais du monstre que j'étais seulement pour lui. Il risquait de me clamser dans les pattes dans quelques mois en plus vu comment mes relations avaient tournées. Ma mère cinglée, mon père qui s'était barré, moi qui n'avait jamais su mettre un nom sur ma ville de naissance, mon étoile envolée, Sariel, mon petit ange, qui avait lui aussi préféré fuir ce monde. Ô joie, vraiment. Ma bouche se tordit en une grimace alors que j'écoutais le fauteuil s'éloigner.

"Je te ferais confiance... Oui... J'espère y arriver..."

Je courus par la suite à sa suite. Attrapant le fauteuil avant qu'il ne sorte. Lui déposant un baiser sur le front, avant de lui donner une carte avec mon numéro, piochée à la va-vite dans ma poche. Pour qu'il puisse me contacter lorsqu'il voudrait qu'on se revoie.


_________________

Merci beaucoup Hiro ♥️
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[Terminé] Difficultés de la vie. [Nikola A. Masao] [R18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» The beginning of a new life [PV : Logan] terminé
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: