:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

God fucks me (pv)

avatar




Invité
Invité
Dim 16 Aoû - 5:30
Parfois quand on a un bon filon faut en profiter. J'avais réussi à gagner pas mal de Yen cette semaine, chose rare. Comme quoi la garde de chien ça peut rapporter. Mon stock de précieuse était à block alors... je décidais pour une fois de refaire un peu ma garde robe. Ça me ferait pas de mal. Non parce que bon les mites avaient bouffés pas mal de mes t-shirt les salo****. Puta*** sa mère, si jamais j'en trouve une je la défonce. Elles me niquaient toutes mes fringues les con*****. C'est à cause de ce squatt ou je vis, y en a des tas. J'ai bien tenté de foutre un t-shirt de Jimmy les mains vives dans mes affaires en guise d'appart mais ça n'a pas fonctionné des masses. Merde quoi.... du coup voilà j'étais obligé de gaspiller ma tune à racheter des fringues. Pas de la merde... j'allais pas m'habiller chez les pauvres non plus. Faut pas déconner. Non il fallait.... des trucs qui claquent ! J'aimais bien mon blouson en cuir, ça faisait badboy un peu c'était cool. De toute façon les économies ça sert à que dalle alors autant en profiter et même si ces bonnes vendeuses pour bourgeois me regardaient de travers....je les emmerde et je les baise. Je s'uis pas un voleur j'viens pas volet et j'ai de quoi payer si si madame. Bref quelques sacs, j'avais refait mon stock et j'avais plus un rond, même pas de quoi me payer une glace.

C'est peut être parce que je sortais d'un grand magasin que je me suis fait avoir comme un con. Vol à l'arrache. Moi ? On avait osé me voler moi ? Soan ? Une blague. Agresser les petites vieilles bourgeoises mais pas moi nom de zeus. Ce con*** de voleur allait comprendre à qui il avait à faire. J'étais peut etre bien habillé pour une fois mais j'allais lui éclater sa tronche contre un mur, la foutre dans le caniveau, le défigurer. Con** de sa race. Ni une ni deux je lui couru après en profond nombres d'injures. Spèce de batard quoi. Je tenais absolument à récupérer les sacs et le co*** qui avait osé me les voler. Y en avait pour une fortune la dedans he. Pour une dois que je payais honorablement et que je prenais pas des trucs tombés d'un camion einh. Merde quoi. J'étais vénère et ça se sentait mais ça fit pas ralentir le mec pour autant, je l'aurais à l'endurance, je lacherais pas, je lacherais pas c'est clair ? J'allais lui faire la peau, lui faire regretter d'être né.

Je me sentais bien là, ça donne des ailes d'être vénère. J'étais à deux doigts de le rattraper quand je me suis pris de plein fouet quelque chose...quelqu'un. Dah fuck... woh woh woh. C'était quoi ça. J'en eu le souffle coupé sous le choc. Faut dire que se prendre quelqu'un à pleine vitesse..... c'est assez violent. Assez...très violent même. Sur le coup je cru que je m'étais pris un poteau en pleine face. Le cul par terre...j'étais le cul par terre je vous le dis. Et ça faisait mal. On venait deme tuer, de m'achever, sûrement un complice du mec. Je me relevais furieux...disparu. Mon voleur avait disparu avec mes fringues. C'était pas croyable...j'hallucinais. Tout cet argent parti en fumée.... D'abord on me volait et ensuite un abrutis sorti de nu part tenait de m'achever c'était quoi le délire ? Un crime, une honte ! Je regardais le débile qui avait croisé ma route de plus près. Complice du voleur ? Qu'importe il allait payer pour deux.

« Bordel mais c'est pas vrai j'hallucine ! »

Je le fusillais du regard avant de le choper par le col. Si j'avais le pouvoir de tuer..des yeux revolvers. Ah ouais ça serait le pied, j'allais le zigouiller sur place cet enfoiré de mes deux. Je venais de perdre.....beaucoup d'argent, beaucoup trop. Je suis pas vénal mais y a des limites. En plus de ça j'allais sûrement être défiguré pour le coup que je m'étais pris. Oui mine de rien ça faisait mal de se prendre quelqu'un. Mon corps c'est aussi précieux que mes fringues, double raison de lui en vouloir à ce paumé. De la bouillie, de la charpie, le faire mijoter dans un pot au feu avec des oignons, ronger même ses os le … j'allais le.... raaaaaah. Malheureusement le tuer ne me rendrait pas mon argent, ça soulagerait mais nerfs mais c'était bien tout.

« Tu peux pas regarder ou tu vas espèce d'imbécile ! Putain mais je rêve mais bordel quoi ! Tu sais ce que tu viens de me faire perdre einh ? TU LE SAIS ? Mais est ce que TU LE SAIIIIS ? Un putain de sac et dedans y en avait au moins pour 103 266 yens.... tu viens en gros de me faire perdre.... 100 000 yens. Raaaaaah spèce d'enflure ! »

Je le secouais très énervé, oui très très vénère. Tout cet argent ma ma mia. Peut être j'exagérais un peu...à peine. Le sac venait quand même prendre la poudre d'escampette. Ma fortune.... Je poussais un horrible grognement furieux à la limite de l'étrangler. Ce qui est bien c'est qu'aucun passant n'avait essayé de m'aider et d'arrêter mon voleur et de même aucun n'allait essayer de sauver la vie à ce pauvre ère. Au contraire ils s'étaient bien écarté. Je finis quand même par le lacher parce que bon...les gens étaient peut être égoiste à ne pas se meler de leurs affaires et surtout faire comme si rien ne se passait...Mais appeler les flics en douce ils en étaient capable et alors que j'étais la victime je finirais par être arrêté comme un coupable. Nouveau grognement je le fixais. J'en avais pas fini pour autant avec lui. Chez moi.... j'ai une philosophie, la dette. Ce type avait désormais une dette envers moi. Je fis vaguement le signe du pistolet et le shooter. Juste une provocation. Je réfléchissais (ouais ça m'arrive). .

«  T'as de la chance je suis d'humeur à arranger ça à l'amiable. Alors tu me rembourses ce que je viens de perdre...plus les intérêts évidemment et je te fous la paix, marché conclu ? »

Je ne doutais de rien. C'était comme ça la vie.


Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Lun 17 Aoû - 10:23

God fucks me




«Quand une journée commence mal... retournez vous coucher.»


Bordel.. il y a des jours comme ça où il voudrait tout simplement mieux rester enterré au fond de son lit jusqu'à ce que le lendemain arrive. Pourquoi s'était-il levé ce matin déjà ? Ah oui, pour aller travailler.. quelle idée aussi. S'il avait su, il aurait simulé une maladie pour ne pas y aller. Pour ne pas avoir à mettre un seul orteil en dehors de ses draps. Déjà lorsqu'il s'était levé, c'est au radar qu'il s'est dirigé pour aller à la salle de bain se laver. Il n'avait pas manqué de se cogner dans tous les meubles possibles et imaginables, même des trucs qu'il ne pensait même pas avoir bordel ! Il s'était péniblement habillé entre quatre bâillement et trois étirements avant de prendre sa canne blanche pour aller se préparer un truc à manger avant de partir sur le chemin du travail. Sur ce même chemin, tout s'était miraculeusement bien passé, il n'avait rencontré personne et c'est sans encombre qu'il était arrivé. Les clients s'étaient enchaînés toute la journée et visiblement, ils s'étaient tous donné le mot pour le faire chier et faire de sa journée un enfer.

Entre les exigeants qui voulaient être massés d'une telle manière, avec telle produit, dans tel sens, n'arrêtant pas de multiplier les demandes et de le faire changer à chaque fois de méthodes. Ceux qui avaient les mains un peu trop baladeuse pendant que l'aveugle les massait.... et les autres qui ronflaient tellement le massage les détendait efficacement. Merci bien. Enfin, il ne pouvait pas trop râler. Masato était déjà heureux d'avoir réussi à dégoter un job. En étant aveugle, il s'était demandé si un jour il pourrait faire quelques chose de ses dix doigts. Masseur était un truc qui lui avait plu directement lorsqu'il en avait entendu parler. Enfin bon, heureusement il y avait des clients qui tapaient la causette et qui faisait passer le temps plus vite, avec qui il pouvait rire et sourire. Malheureusement aujourd'hui ils étaient aux abonnés absents,tss. Quelle merde, journée de merde. Sérieux.

A la fin de son temps de travail, Masato osa croire qu'il était libéré de ce fardeau, de cette journée. Il allait tranquillement retourner chez lui, manger un truc quelconque qui lui tomberait sous la main en ouvrant le frigo avant d'aller se réfugier et s'enterrer sous ses draps pour les nombreuses heures à venir. Mais la vie n'en avait pas terminé avec lui. La poisse non plus. Alors qu'il prenait le chemin de son domicile, le connaissant par cœur, ayant enregistré chaque trou, chaque nid de poule, chaque poteau... tout. Tout devait être sous contrôle sur ce chemin. Mais non. Un truc non identifié le percuta violemment et Masato lâcha un petit cri de surprise et de douleur mêlé tout en rejoignant le bitume qui l'accueillit douloureusement. L'aveugle pouvait presque entendre sa poisse se foutre de sa gueule. Rahh, bon sang ! Masato avait beau être gentil, souriant, avenant, amical et tout ce qu'on veut, il y a des jours où on a juste envie de péter un plomb quand les merdes nous tombes dessus les unes après les autres. Et c'était le cas. Alors quand il se fait chopper par le col et qu'il commence à se faire arroser d'insultes et de cri, ses yeux aveugles fixent un point devant lui, sans le voir évidemment. C'était un homme, celui avec lequel il était entré en collision sûrement. Un peu groggy du choc, il laisse l'inconnu déverser toute sa colère et sa haine, encaissant silencieusement tout en se faisait secouer. Lorsqu'il a terminé, c'est au tour de l'aveugle de s'emporter. Oublié son calme habituel, ce n'était pas son genre de s'emporter mal là, il en avait juste marre.

-"Putain mais fiche moi la paix ! J'ai déjà passé une journée de merde sans avoir besoin qu'un con en rajoute, sérieux ! NON, je ne peux pas regarder où je vais parce que je suis aveugle. Tu n'as pas vue la canne blanche que j'avais à la main ? ALors c'est que toi non plus tu ne regardais pas où tu allais bon sang ! NON, je ne sais pas ce que je t'ai fait perdre parce que je viens tout juste de débarquer et que tu as commencé  m'agresser sans que je puisse me rendre compte de quoique ce soit, c'est quoi cette histoire de fringue ? On s'est rentré dedans, je t'ai rien pris moi ! En plus j'ai perdu ma canne en tombant ! "

Dit-il avait de poser ses mains sur celles qui tenaient encore le col de son haut. Il était habillé d'un jean troué avec design, un t-shirt et un pull moulant. Le tout dans une couleur bleue pastel. Masato ne peut pas voir cette homme, ni les gestes qu'il effectue. Mais en l'entendant, il pouvait clairement se rendre compte qu'il était plus qu'en colère. Il pouvait le comprendre s'il avait perdu une telle somme en fringues. Mais Masato n'en pouvait rien bordel, il n'avait rien fait, il n'allait pas se laisser marcher dessus et engueuler comme une merde alors qu'il ne faisait que marcher pour rentrer chez lui et espérer s'enterrer dans sa couette ! Putain quoi, il était gentil mais pas totalement con. Alors quand l'inconnu lui parle de dette, le blanc de cheveux fronce ses sourcils en se tenant debout, penchant légèrement la tête sur le côté.

-"Je peux parfaitement comprendre que tu sois vénère pour tes affaires, même si j'ai pas trop compris ce qui s'était passé, mais j'y suis pour rien moi ok ? J'vais pas te refiler du fric alors que je ne faisais que marcher dans la rue pour rentrer chez moi. J'suis pas un naïf à qui on peut soutirer du fric comme ça, en claquant des doigts. "

Enfin si, ça lui arrivait d'être naïf mais bon, là non. Il était remonté et ça primait sur toutes les autres émotions. Masato avait beaucoup d'argent, il n'était pas dans le besoin et ce n'était pas le fait de dépanner financièrement quelqu'un qui le dérangerait. C'était la manière donc ce psychopathe s'adressait à lui. Merde quoi, il n'avait rien fait. Il n'allait certainement pas accepter d'avoir tous les torts.

Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Sam 22 Aoû - 4:49
Put** j'étais tombé sur un malain, un vrai malin. Je venais de perdre mon sac de course à cause de cet abrutis. Einh parce qu'il avait regardé au lieu de suivre son petit chemin jusqu'à son domicile il aurait vu le voleur primo et deuxio il m'aurait vu moi essayant de l'arrêter. Mais non les gens ne voulaient surtout pas voir, ça les regardait pas einh ? Out** de bordel de m****. J'avais la poisse, l'était ou mon totem. Le mec au lieu d'arranger ça tranquillement à l'amiable, me payer ce que j'avais perdu par sa faute osa user de l'argument suprême de l'handicapé. Mais bien suuur et moi je suis le pape c'est ça ? Je dois genre avoir pitié et dire désolé tant pis si j'ai perdu mes fringues. Peut etre qu'il voulait aussi que je le raccompagne chez lui tant qu'on n'y était ? C'est dégueulasse de se faire passer pour un handicapé franchement. Ce mec avait aucune morale. Même moi j'ai jamais fait ça de ma vie, je suis pas le meilleure gars sur cette planète mais y a des limites quoi. Mon regard devait en dire long, je le croyais pas.

« De un il ne s'agit pas de soutirer du fric mais de réparer un accident. De deux non je ne te prends pour un naif. Et de trois je ne vais pas te traiter différemment oarce que tu es aveugle n'est ce pas ? C'est vrai après tout...question d'égalité. »

J'allais le prendre à son propre piège ce con****. Il croyait vraiment m'apitoyer ? Sérieusement ? Y avait écrit banane sur mon front. S'il lui l'était pas naif je ne l'étais pas non plus désolé. Puisqu'il décidait de jouer aux gars aveugle et bien...ok soit. Mais on m'a toujours dit que les handicapés voulaient être traité comme des gens normaux. Genre...parce qu'ils sont normaux eux aussi, ils veulent être intégré, pas qu'on fasse de différence de traitement. Bah voilà....j'allais donc le traiter comme un mec civilisé avec lequel j'avais un différent. Je le fixais de bas en haut...canne blanche ? Ouais non...il l'avait perdu comme par magie. Sûrement mon voleur qui lui avait pris avec mon sac tiens, non mais n'importe quoi. C'était qui le pigeon franchement ?

« Je suis tout à fait pour le constat amiable. Entre gens civilisé on devrait s'entendre ? Je reconnais m'être un peu emporté. »

Là voilà je montrais même ma bonne foi, si c'était pas merveilleux ça ? Ci-vi-li-sé on a dit. Après tout vu la valeur que je venais de perdre... ouais aveugle ou pas je devais être un minimum poli pour régler l'affaire. Pourquoi tout tournait autour de l'argent dans cette société put***. C'est vrai quoi. J'étais pas spécialement vénal à courir derrière l'or c'est juste que....malheureusement pour vivre on est obligé de cracher les billets. Franchement ça me fait pas plus plaisir qu'à un autre. Je paye même pas de loyer rien, je mange n'importe quoi. On peut pas dire que je gaspille vraiment l'argent.....sauf peut être en achetant des fringues chères mais c'était mon petit plaisir à moi, on en a tous non ?

« Je résume ? A 500 mètres là, il y a la boutique Louis Vuitton on est d'accord ? Il se trouve que je sortais de là quand ce type a volé mon sac à l'arrache. Type que je poursuivais pour récupérer mon sac. Et type que personne a tenté d'arrêter. La seule personne qui ait été arrêtée je te laisse deviner qui c'est ? Moi même.... grâce à toi. »

Là il pigeait mieux l'histoire ? Notre ami l'aveugle voulait toujours faire semblant de rien ? Dans la vie je soutire pas de l'argent moi. J'ai des dettes je les règles et quand on a une dette envers moi j'entends qu'on la règle également. C'est un peu œil pour œil.... fin dans le sens pacifique. J'allais pas le cogner.... encore que j'en avais bien envie parce que à jouer l'idiot et l'aveugle là...ça me tapait sur le système, réellement. J'étais entrain de ronger mon frein patiemment. Très patiemment....mais comme on le sait, toute patience a des limites et j'étais pas sur de rester calme hyper longtemps. Mauvais pour les nerfs ça...ma précieuse allait devoir me calmer ce soir à n'en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
God fucks me (pv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: