:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Utopiosphere | PV Ibiki

avatar




Invité
Invité
Dim 23 Aoû - 20:38
Ça faisait un moment qu'il travaillait d'arrache-pied sur ses chansons, il passait littéralement ses nuits dessus, notant, effaçant, enregistrant sans arrêt. La fatigue commençait réellement à se faire sentir alors qu'il se redressait pour se craquer le dos, lâchant un petit soupir de soulagement. Ces dernières nuits lui avaient paru infinies, vissé à sa chaise, casque sur les oreilles, à peine l'avait-il enlevé qu'il se sentait plus libre d'un coup. C'était tout un programme – et surtout un entraînement que de rester focalisé sur quelque chose pendant plusieurs heures, voir plusieurs jours. Toute fin de compte, ça relevait plus de la volonté que de l'entraînement. Soupir. Il fallait se rendre à l'évidence, le travail n'allait pas être bouclé en si peu de temps. N'importe qui aimerait pouvoir tout réussir en quelques heures, seulement l'enregistrement, le mix, le mastering … Ça prenait tellement sur son temps que cela faisait un moment qu'il n'était pas allé faire un peu d'airsoft. La sensation sur le terrain, la peur de se faire prendre en joue ou l'excitation de viser quelqu'un. Haa, qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour prendre un break.

Affamé après tant d'efforts et de concentration, il daigna se lever de sa chaise pour aller chercher de quoi grignoter. Déjà que le sport lui manquait un peu, si en plus, il ne mangeait pas, c'était la fin. Seulement, son pas était lent, ses épaules lourdes et l'expression qu'il avait n'allaient sûrement pas ravir son frère. Lui qui s'inquiétait même quand il allait bien, le voir dans un état pareil n'allait pas le mettre de bonne humeur. Enfin, prenant les quelques journaux qui se trouvaient sur la table, il les feuilletait sans grand intérêt. Quelques articles de mode qui pouvaient peut-être plaire à Ibiki, des infos économiques dont il ne se préoccupait pas trop vu que leurs discours lui paraissaient parfaitement incompréhensibles la plupart du temps. Ceci dit, une petite annonce était tranquillement imprimée sur le coin de la page. Deux bons pour un bain aux sources thermales. C'était pile ce qu'il leur fallait pour se détendre, parce que mine de rien, le cadet travaillait pas mal, lui aussi. Tout content de sa trouvaille, il la découpa pour la caler sur un petit coin de la table avant de reprendre sa lecture. Rien de bien important qui ne pouvait finalement attiser toute son attention, Yuu reposa le journal avant de longuement s'étirer. Ses pieds vinrent se caler sur le pied de la table pour se donner une impulsion et ainsi tenir sur les deux pieds arrières de la chaise. Le seul hic, c'est que, malgré le fait que les chaises étaient relativement neuves, il ne savait pas si elles allaient correctement supporter son poids sur seulement deux pieds, ajoutons en plus que niveau économie, ce n'était pas encore ça, ils ne pouvaient pas se permettre de casser quelque chose de trop cher. Nouveau soupir.

Il entendit alors la porte d'entrée claquer et se remit convenablement en place. Si jamais le brun se retrouvait à terre, aux pieds de son frère après une mauvaise chute, il n'avait pas fini d'en entendre parler. Il attendit donc patiemment que sa moitié fraternelle entre dans la pièce principale pour se lever et lui tendre le morceau de papier. À peine lui laissa-t-il le temps de lire qu'il déclara :

« Prépare tes bagages, on part pour deux nuits aux sources. »

Sur ces mots, Yuu sortit un sac de voyage de taille médium, largement convenable pour leur week-end, et y fourra sans trop d'attention quelques affaires, des sous-vêtements, ses consoles portables, deux téléphones au cas où l'un lâcherait, plusieurs chargeurs pour qu'ils n'aient pas à se battre pour la place et le nécessaire, brosse à dent, crème, que sais-je encore. Toujours est-il que le brun était loin d'être organisé et mettait beaucoup, mais vraiment, beaucoup moins de temps à choisir ses habits. Il était même presque sûr que Ibiki allait mettre une bonne heure pour accorder tel vêtement, avec tel accessoire, paire de chaussures, même les sous-vêtements. C'était tellement vital pour lui, apparemment. Fermant son sac, il laissa quelques secondes de silence avant que son ventre ne se manifeste. C'est vrai qu'il ne s'était pas nourri... D'un pas nonchalant, le japonais fit chauffer la bouilloire remplie d'eau et se prépara des nouilles instantanées. Consistantes en plus d'être bonnes, c'était le parfait en-cas de nuit blanche, il aurait dû en prévoir pendant ses séances nocturnes. Yuu finit donc par s'adosser au comptoir en jetant un coup d’œil dans la chambre de son frère.

« Au fait, oublie pas d'appeler ton employeur pour dire que tu seras absent. Et oublie pas ton portable. Prends pas trop d'affaires non plus, on part pas un mois, je te rappelle. Et-- »

Il se stoppa net quand il réalisa enfin ce qu'il disait, le même discours que sa mère. Soupir. Ça commençait bien... Le principal était qu'il n'oublie rien. L'aîné prit donc son sac en attendant son frère à l'entrée. Avec le voyage et le bus, il avait gardé un peu d'argent au cas où, dans sa poche. Fin prêt, seul Ibiki manquait à l'appel.

* * * *

Après le trajet et les courbatures à cause de la pose inconfortable dans le bus, ils étaient enfin arrivés. Leur chambre était déjà prête et l'accès aux bains étaient libres, Yuu n'hésita donc pas à traîner son frère jusqu'au vestiaire. Arrivé là-bas, il se déshabilla non sans pudeur, il n'aimait pas trop les regards sur lui, et passa rapidement une serviette autour de sa taille avant de finalement entrer dans ce qui allait le détendre complètement. Et coup de chance, il n'y avait encore personne. Le brun ne se fit pas prier et se glissa lentement dans l'eau, retirant sa serviette juste avant de se plonger entièrement dedans. Un long soupir de soulagement lui échappa lorsqu'il fut enfin capable de détendre ses muscles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Lun 24 Aoû - 7:14
Utopiosphere
Btw bless u pour ce titre
ft. Yuu-Yuu ♥

Tu marches d'un pas léger, et même allègre, peut-on dire. Encore une journée assez remplie qui s'achève pour toi. Mais plus qu'une journée, c'est aussi une semaine qui se termine, tu vas pouvoir faire la grasse mat' demain ! Et passer deux jours -hormis le travail l'après-midi- avec Yuu-Yuu ! Des fois, tu l'envies un peu de rester bosser à l'appart', mais tu te rappelles ensuite qu'il peut passer plusieurs jours sans dormir et au final tu t'inquiètes plus qu'autre chose. Il faut que tu prennes soin de lui, car tu sais que lui a du mal à faire ça. Mais ça ne te dérange pas vraiment, tu es spécialiste pour ça, après tout. En rentrant, tu vas pouvoir le secouer et l'emmerder comme tu aimes tant le faire, parce que quand même, c'est marrant et ses réactions sont trop mignonnes quand tu fais ça !

C'est d'autant plus joyeux que tu arrives à l'appart', en plus s'il bosse pas tu vas pouvoir lui raconter plein de trucs ! Tu te doutes qu'il s'en fout, mais tu te fous qu'il s'en foute. C'est dommage pour lui. Tu rentres donc et refermes la porte un peu trop fort, elle claque. Trop de joie, et donc trop d'énergie en toi, même si tu es relativement fatigué. Le week-end ne va pas être un luxe. Après avoir enlevé tes chaussures, tes jolis escarpins que tu adores trop parce qu'ils sont trop beaux, tu pousses une deuxième porte vers le salon/cuisine/tout ça tout ça, et t'exclames joyeusement : «Tadai— … Ma ?» Ouh là, tu t'attendais pas à ce que ton frèrounet chéri d'amour brandisse deux— euh t'as même pas le temps de lire en fait, qu'il t'explique : «Prépare tes bagages, on part pour deux nuits aux sources.» … Oh ? Ooooh ? Le temps que ça monte au cerveau, il est déjà allé chercher son sac, mais toi au lieu de faire pareil, tu sautilles sur place, avec ton coupon dans la main, trop, trop, trop content. «Kyaaa trop cool, Yuu-Yuu ! Trop bonne idée !» Vraiment, vraiment, tu as trop hâte, maintenant. Et si tu avais perdu un peu d'énergie (?) à cause de la fatigue, la voilà revenue au grand galop.

Tu t'empresses donc de gagner ta chambre pour faire ton sac, car, toi comme Yuu-Yuu savez que tu vas mettre dix ans à choisir tes fringues, alors que tu pars que trois jours. Mais il te faut au moins une tenue par jour, de fille ET de mec. Donc ça fait six. Donc tu sors pas le sac mais la valise. Parce qu'on compte en plus les accessoires, le maquillage, les chaussures, et aussi les autres affaires de base, telles que le portable, les crèmes hydratantes, un ou deux magasines et deux ou trois trucs à faire pour la fac. Tout ça pour trois jours, oui oui. «Au fait, oublie pas d'appeler ton employeur pour dire que tu seras absent. Et oublie pas ton portable. Prends pas trop d'affaires non plus, on part pas un mois, je te rappelle. Et--» Ça te fait rire, comment il parle. Tu rétorques, moqueur : «Oui Mamaaaan ~», riant. T'es vraiment trop trop trooooop content, au point que finalement un de ses conseils sera utile, tu aurais complètement zappé d'appeler ton boss, s'il te l'avait pas rappelé. Ton portable, tu l'as déjà, et ne pas prendre trop d'affaires, c'est impossibles. Désolé, Yuu-Yuu.

T'essaies de pas trop mettre de temps à faire ta valise, mais c'est un échec critique. Au moins, t'auras essayé. Tu as donc pris deux robes d'été, une perruque, une chemise, un débardeur, un bermuda, et ton jean jaune que tu as acheté l'autre jour parce qu'il est vraiment trop kakkoi. Ajoutons à ça des ballerines et des chaussures en toile, un gilet noir sans manches, un autre gilet un peu plus chaud si tu as froid, quelques colliers, le minimum de maquillage requis (mascara, gloss, fond de teint liquide, blush, et fard à paupières, et oui c'est peu par rapport à tout ce que tu aurais pu prendre), ta montre et trois jolis bracelets. Au final t'as pris des vêtements que pour deux jours car aujourd'hui c'est genre déjà le soir et tu vas mettre des habits (de mec !) que tu pourras remettre demain ou après demain. Te voilà (enfin) prêt !

 ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Tu te rends compte, après coup, que tu as dû faire passer un enfer à ton frère dans le bus. Bien trop excité à l'idée d'aller aux sources, tu lui as raconté tous les potins de la fac, mais vraiment tout tout tout, avec plein de gens qu'il connaissait pas. Mais en même temps il avait ses écouteurs, donc tu sais pas s'il t'écoutait vraiment. M'enfin, tu as pu parler, raconter tout ça, donc c'est pas si grave. Tu te précipites donc à la chambre pour simplement poser ta valise (qui paraît bien grande à côté du sac de Yuu-Yuu, même si en fait elle est assez petite) et découvrir un peu les lieux (surtout la salle de bains en fait), puis ton frère t'entraîne aux vestiaires et tu lui suis sans broncher, au contraire arborant un grand sourire.

Tu as mis un peu plus de temps à te changer, parce que plus d'habits à retirer, et faut faire attention, tout ça tout ça, mais te voilà fin prêt. Tu vois que Yuu-Yuu es déjà dans l'eau, mais ça ne va pas t'empêcher de faire ce que tu faisais tout le temps quand vous étiez petits et que vous alliez au sources avec vos parents. En plus y a que lui que ça dérangera puisqu'il n'y a personne d'autre. Extatique, tu prends ton élan et cours comme un dératé vers le bassin, avant de sauter dedans comme un gros gamin en poussant une sorte de cri de guerre. La chute est totalement maîtrisée (l'expérience), si bien que même si ce n'est pas profond tu ne te fais pas mal. Le seul bémol avec cette façon d'entrer dans l'eau, c'est que tu ressors la moitié de ton corps aussitôt, t'écriant : «HYAA, c'est trop chaud !» Eh oui. Tu t'en rappelles jamais qu'après avoir sauté (et éclaboussé tout le monde). M'enfin, tu as quand même un grand sourire, car t'es fier de toi, en plus. Bon, ta serviette est trempée, mais c'est pas comme si t'avais pas l'habitude, alors tu vas la poser au bord de l'eau, en espérant qu'elle sèche (même si ce sera jamais le cas). Et puis tu regardes ton frère pour voir l'étendue des dégâts. Trempé. Sûrement pas content. Sauf que toi, tu rigoles rien qu'à sa tête. Tu t'approches et lui tires les joues, très amusé. «Meeh, fais pas la tête, Yuu-Yuu. Tu savais à quoi tu t'exposais en venant, non ? Promis, j'arrête les conneries, maintenant ! Enfin, je vais essayer !» Ah là là là… T'es vraiment trop joyeux pour arriver à t'empêcher de faire de la merde. Pauvre Yuu-Yuu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mar 1 Sep - 17:28

L'inconvénient de détendre les muscle quand ils ont été travaillés, c'est que ça fait assez mal au début du processus. Tu avais entendu ton dos craquer, tes hanches aussi, comme si tu avais pris un coup de vieux et que tu n'étais plus capable de rien. C'était pathétique. L'airsoft ne te suffisait pas à garder la forme ? C'était plutôt étonnant, vu que tu courrais, te cachais, montais aux arbres sans arrêt. … Le truc, c'est que ça faisait un moment que tu n'y étais pas allé. Eh bien, tu te ratatinais vite. Soupir. En tout cas, l'atmosphère était plutôt agréable. S'il n'y avait pas eu ton frère pour TOUT gâcher. Il avait trop d'énergie à ton goût. Tu l'aimais bien hein, mais perturber ton calme était une très mauvaise décision. Surtout que tu avais décide de venir ici dans l'unique but de te calmer, de faire redescendre le stress et la pression, mais non, il fallait que Ibiki trouve un moyen de t'embêter même quand tu essayais d'être moins froid. Et après il s'étonnait que tu n'étais pas plus énergique que ça. Enfin. Le pire, c'est qu'à chaque fois il te faisait le coup, mais à chaque fois il le regrettait. Parce que, même si l'eau n'était pas bouillante, y entrer d'un coup c'était un peu … Il fallait avoir du cran. Mais il se faisait avoir tout le temps. Tout. Le. Temps. Et toi tu riais un peu, comme toujours.

« HYAA, c'est trop chaud ! »

You don't say captain obvious. Tu haussais un sourcil assez provocateur avant de détourner la tête pour rire discrètement. L'avantage, c'est qu'il t'avait complètement trempé, du coup, tu t'étais plongé dans l'eau jusqu'aux épaules, l'inconvénient, c'était tes cheveux qui étaient complètement aplatis – sauf quelques rares boucles qui ont survécus, donc tu ne voyais plus rien. Ca t'arrangeait un peu, comme ça, ça te détendait un peu plus, sauf que la sensation des cheveux mouillés dans les yeux n'avait strictement rien d'agréable. D'un bref coup de main, tu ramenas tes cheveux en arrière en grognant légèrement. Puis vint la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Ibiki s'était mis à te tirer les joues pour te faire sourire. Te tirer les joues. Quand a-t-il cru que c'était une bonne idée ? Tu n'étais déjà pas d'humeur, mais il te cherchait. Vraiment.

« Meeh, fais pas la tête, Yuu-Yuu. Tu savais à quoi tu t'exposais en venant, non ? Promis, j'arrête les conneries, maintenant ! Enfin, je vais essayer ! »

C'était perdu d'avance. Obligé. Ton frère, ne plus faire de conneries ? Car n'arrivera jamais. Ce serait la fin du monde, de tout. Même quand il essayait d'être rigoureux, il arrivait à faire n'importe quoi – évidemment, tu extrapolais, mais c'était tout comme. Il n'y avait pas une journée sans que tu ne le visses faire... Faire des conneries, c'est tout. Visiblement très agacé, tu l'obligeais à te lâcher pour s'approcher de son visage. Hm, comment allais-tu te venger … ? En essayant de le couler. Non, c'était trop peu profond pour que le résultat soit optimal. En le chatouillant alors ? … Non, trop pacifique. Tu mis tout de même cinq bonnes minutes à le fixer droit dans les yeux tout en réfléchissant, sans vraiment aboutir à quoique ce soit d'ailleurs.

« Tu me soûles, Ibiki... », marmonnas-tu en te reculant.

Bon, le meilleur moyen c'était de t'amuser à le couler. Ton corps prit alors impulsion au bord de la source avant de se jeter littéralement sur lui pour le plaquer en arrière, sous l'eau. Rien de bien méchant évidemment, de quoi le refroidir un peu. … Ou pas. En y repensant, le plus jeune était très joueur. Trop même. D'accord Yuu, tu venais de faire une bourde. Une énorme bourde même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Dim 27 Sep - 7:32
Utopiosphere
Btw bless u pour ce titre
ft. Yuu-Yuu ♥

… Woopsie, on dirait que ton frère était encore moins d'humeur que d'habitude à te voir faire des conneries. Le stress, sûrement ? Bah… Les sources, ça sert à le faire partir, non ? Et quoi de mieux qu'un bon petit jeu pour aider ? Tu ne vois pas trop pourquoi il tire cette tête-là, toi tu étais super content de venir, et tu pensais que lui aussi. Ça risque de passer. Tu lui lâches bien sûr les joues, mais tu vois qu'il a vraiment l'air, euh… Vexé ? Agacé ? Pas que tu n'aies pas l'habitude, mais tu flippes toujours un peu quand il fait cette tête-là, surtout quand tu sais que c'est ta faute. Erf, voilà que tu t'en veux, maintenant. C'est très malin, tout ça. un jour, tu réfléchiras avant d'agir, mais ce jour ne sera pas aujourd'hui. Et risque de mettre du temps avant d'arriver. Ahem.

Tu le vois qui te fixe, longuement, en rapprochant bien son visage du tien, et sans rien dire pour te faire encore plus culpabiliser. Et ça ne manque pas, à chaque seconde qui passe tu t'en veux un peu plus, tu te dis «Je l'ai vexé», «Il ne m'aime plus», «Je dois m'excuser sinon c'est la fin», enfin tout plein d'idioties comme ça. Quelque peu euh gêné ? tu recules légèrement, avec un sourire maladroit, tu sais pas trop quoi lui dire et tu commences sérieusement à avoir peu d'avoir tout gâché. Raah, t'es nul, Ibiki !

«Tu me soûles, Ibiki...», dit-il en se déturnant. Oh non. Oh nooon. C'est la fin, ça y est, il va te faire la tête. Qu'as-tu fait, grande folle. Va falloir t'excuser, et vite, sinon il va vraiment t'en vouloir, ou vouloir rentrer, ou, ouuu, ouuuu— Très vite, tu commences à te rapprocher en balbutiant un : «Eeeh Yuu-Yuu, je suis vraiment désolé, te fâche p—» interrompu par… Euh, wtf ? Avant que tu comprennes comment ou ce qui vient de se passer, te voilà de nouveau entièrement sous la flotte. Tu captes alors qu'il essaie gentiment de te couler, et qu'il t'en voulait sûrement pas vraiment. Encore un de ses trucs de pseudo tsundere ? Probablement. Toi, ça te soulage, mais à un point…! Qui eût cru qu'un jour tu serais soulagé qu'on essaie de te noyer.

Ton soulagement ramène immédiatement ta bonne humeur, tu as déjà oublié tout ce qui te tracassait il y a à peine cinq secondes. Mais il n'y a pas que ça qui refait surface (*tousse*), ton côté joueur se retrouvant totalement mis au défi par cette attaque surprise ! Tu es bien décidé à riposter, et si t'étais pas sous l'eau tu rigolerais en criant vengeance. Tu commences par te redresser, ta tête dépassant tout juste de la surface. Prenant une grande bouffée d'air, tu te mets donc à rire de façon enfantine, très très amusé. Yuu-Yuu ne va plus pouvoir fuir, maintenant…! Rapidement, tu vas chatouiller sa taille sous l'eau, juste au-dessus des hanches, tu sais très bien que c'est un point sensible — et tu n'as ni honte ni pudeur à aller le chatouiller comme ça.

Tu profites du fait que ça le fasse rire et gigoter pour le pousser sous l'eau à ton tour, plein d'énergie. Tu le coules sans perfidie d'une main sur sa tête, n'en gardant qu'une seule pour le chatouiller encore. Vaut mieux pas trop le faire souffrir, sinon tu risques de t'en prendre plein la tronche après, alors tu fais tout ça assez doucement, pour lui laisser la possibilité de remonter s'il n'a plus d'air. Tu voudrais pas le faire suffoquer, loin de là ! Le pire, dans toute cette histoire, c'est que toi-même tu ris comme un petit fou, alors que personne ne te chatouille. T'es toujours le même idiot.

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Utopiosphere | PV Ibiki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: