:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sous les néons, dansent, dansent, les papillons !

avatar




Invité
Invité
Mar 25 Aoû - 9:56

feat Ibiki Shirokawa

& Tsubaki Asahina

「 Sous les néons, dansent, dansent, les papillons ! 」
Mollement étalé sur son canapé, Tsubaki était pensif.
Aujourd'hui, c'était samedi et, comme tout samedi, il était fermé. Cependant, ce n'était pas pourtant qu'il n'avait rien à faire. Posséder un commerce floral, c'était signé pour ne plus avoir réellement de vacances ou de journée à ne rien faire. Car, si des fleurs se trouvaient invendues, il fallait bien s'en occuper. Il n'allait pas les jeter après tout. Bien qu'il savait que certain autre commerçants le faisait, lui se rebutait à le faire. A quoi bon acheter des fleurs pour les vendre si c'est pour qu'elles terminent dans une poubelle? Ce n'était juste pas professionnel et puis surtout, il y perdait plus qu'il n'y gagnait. Du coup, il avait passé toute sa journée à s'occuper de ses fleurs, vérifiant au passage ses stocks et recommandant des livraisons pour la semaine qui allait venir si besoin.
Ainsi se retrouvait-il maintenant là, étalé sur son canapé, observant d'un œil absent le soleil se couchant par sa fenêtre. Se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire maintenant, il se laissa aller à écouter son estomac qui lui criait famine.
Un coup de fils et un flirt de livreur de pizza plus tard, le fleuriste assouvissait sa faim avec une pizza extrêmement pimentée et une bouteille de coca. Ayant allumé la télé, il avait zappé jusqu'à tomber sur un film à peu près potable. Ce fut en le regardant qu'une idée pour égayer sa soirée germa dans son esprit. Terminant son repas, il fila sous sa douche puis, enroulé dans sa serviette, le corps encore trempé, il s’arrêta pensivement devant sa penderie.

Après une heure de réflexion intensive, l'androgyne finit par se mettre d'accord sur une tenue qui lui allait pour ce qu'il comptait faire. Ainsi, vêtue d'un jean et de chaussures vernies noires rehaussé par un haut de couleur rouge bordeaux ample, il se regarda dans le miroir, plutôt content de lui. Sa tenue n'avait rien d'extravagante en soit, mais c'était suffisant pour le confondre aisément avec une femme et c'était ce qu'il voulait. Il adorait ce genre de petit jeu après tout alors pourquoi s'en priver ? Il était jeune, autant en profiter pleinement ! Et pour parfaire le tout, rien de tel qu'une coiffure un peu alambiquée. S'emparant d'une longue barrette surpiquée de fausses fleurs de lys rouge, Tsubaki ramena ses cheveux en un chignon, en coinçant une partie dans la barrette, laissant le reste pendre sur son épaule. Se regardant une dernière fois, tout heureux du résultat, il prit simplement une pochette contenant son porte-feuilles et ses clefs et referma la porte de son appartement en chantonnant.

Errant joyeusement dans les rues, Tsubaki marcha tranquillement jusqu'à quitter le centre-ville pour aller vers le sud. L'avantage, quand on habite au centre d'une ville, c'était que l'on pouvait aller partout à pieds. Et ça, c'était un truc que le jeune homme adorait. En quelques minutes et pas mal de raccourcis, il arriva finalement à ce lieu qui serait son terrain de jeux pour cette nuit.
Le quartier des boites de nuit.
L'objectif ? Aucun, si ce n'était de s'amuser au maximum.
Après une inspection rapide de chacune des boites, le jeune homme se décida pour l'une d'entre elle et se mit à faire la queue. Offrant à l'un des videur son plus joli sourire, celui-ci, le prenant pour une jeune femme, le laissa passer sans payer. L'avantage de passer en boite avant minuit et de faire croire que l'on était une fille était, dans ses moments là, incroyablement jouissif.
Se frayant un chemin jusqu'au bar, Tsubaki commanda un cocktail, observant les gens se trémousser sur la piste de danse. Avec son regard acéré, il cherchait une proie potentielle, un nouveau jouet en somme. Mais non, rien ne semblait attirer son attention pour le moment. S'intéressant donc plus à son verre d'alcool qu'on venait de lui servir, il se mit à le siroter tranquillement, observant avec amusement la piste de danse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mar 25 Aoû - 11:41

SOUS LES NÉONS, DANSENT, DANSENT LES PAPILLONS !
« Let's Party Hard ! »

Tu t'ennuies, Ibiki. Ça crève les yeux. Étendu sur ton lit, que tu n'as pas vraiment quitté de la journée, puisqu'on est samedi et que tu as pu faire la grasse mat' (bien méritée), tu lis vaguement quelques fils d'actualité sur un des nombreux réseaux sociaux où tu es inscrit. Pas grand chose d'intéressant. T'as passé ta journée à rien foutre et en plus ton frère est parti à l'airsoft, donc t'as même pas pu profiter de le voir. Il a pas voulu te réveiller, mais il aurait dû, tu te serais amusé à aller faire la pom-pom girl sur le terrain. Et puis, ça t'aurait sorti. Le soir arrive que t'as vraiment rien fait de constructif du tout, alors que t'aurais pu aller faire les boutiques, ou squatter chez une des tes amies. Manque de bol, la plupart ne sont pas libres, et puis t'avais un peu la flemme, aussi.

Puis tu te rends compte que tu pourrais sortir. Samedi soir, les bars, les boîtes, tout le quartier Sud de la ville est en effervescence. Même si tu sors seul, ce sera toujours l'occasion de faire des rencontres, et qui sait, tu trouveras peut-être quelqu'un avec qui passer la nuit. Cette idée te motive, alors tu vas faire réchauffer les restes des soba que tu as préparés ce midi, tout en en laissant un peu pour Yuu-Yuu. Il ne devrait pas tarder à rentrer, d'ailleurs. Tu lui avais aussi fait un bentou pour ce midi, parce qu'il est pas foutu de cuisiner et que tu préfères qu'il mange sainement plutôt que des nouilles instantanées à chaque repas. Tu avales donc rapidement ton repas, et passes à l'une de tes parties préférées de la journée : l'habillage.

Comme très souvent lorsque tu sors, tu décides de devenir une fille. Perruque blonde et bouclée,  chemise bleue pastel avec un petit noeud sur le col, lentilles tout aussi bleues, mini-jupe plissée noire à pois blancs, bottes en cuir marron, et aussi une petite veste noire avec un col assez haut, te voilà fin prêt. N'oublions pas le maquillage : tu en as mis juste assez pour faire ressortir tes yeux et affiner tes traits, de sorte à les rendre plus féminins. Ton portefeuille et ton portable dans la poche intérieure de ta veste, une jolie montre ainsi qu'un bracelet doré au poignet, et tu es prêt à partir ! Tu laisses quand même un mot à ton jumeau pour qu'il ne s'inquiète pas de ne pas te voir avant— avant très tard dans la nuit. Ou tôt demain matin, ça dépend du point de vue.

D'humeur très joyeuse, tu te rends sans trop te poser de questions à la boîte habituelle, bien décidé à danser et à t'éclater. Tu as aussi envie de te faire remarquer et même pourquoi pas aborder, voire draguer. Même si c'est que pour une soirée, ça reste un jeu pour toi, et tu ne t'en lasses jamais, car tu sais que tu es beau, et rien ne te fait plus plaisir qu'attirer l'attention des gens — que ce soient des hommes ou des femmes. En arrivant, tu te fais d'ailleurs payer l'entrée par un mec à qui tu as fait les yeux doux dans la queue. Qu'il est gentil. Mais il n'est pas à ton goût, et après avoir dansé un peu avec lui (il t'a payé l'entrée, quand même), tu cherches un moyen de t'éclipser.

Le bar. En voilà une bonne idée ! Tu profites d'un moment d'inattention de sa part pour t'y faufiler discrètement, tu arrives près d'une très jolie fille, que tu avais vue fixer la piste de danse depuis un certain temps. Elle comprendra certainement ton choix de la rejoindre ici plutôt que de rester avec ce type un peu trop envahissant, alors tu lances, avec un sourire plein de malice : «Un vrai pot de colle, ce type !» Et puis tu regardes son verre : un cocktail coloré à peine entamé. «Oh, bon choix !», ris-tu. Et tu commandes le même, tout joyeux, et motivé à sympathiser avec cette fille, que tu prends le temps de détailler. Des cheveux d'un superbe noir, impeccables, avec une coupe qui lui va à ravir, surtout cette barrette à fleurs rouges. Un joli corps aussi, subtil et androgyne. Très, très agréable à regarder, cette fille. Tu ne te prives donc pas.

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH' mais bidouillée par moi ahem
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mar 25 Aoû - 12:42

feat Ibiki Shirokawa

& Tsubaki Asahina

「 Sous les néons, dansent, dansent, les papillons ! 」
La musique suintait en tous sens et les danses se succédaient les unes après les autres. Les gens faisaient de même. Ils allaient et venaient, tantôt en groupe, tantôt en duo, couple ou non, ce n'était pas la question. Les rires et les regards fusaient en tous sens et, alors que Tsubaki sirotait avec lenteur son verre, un homme tenta une approche.
Un rapide coup d’œil de la part de l'androgyne fut suffisant : ce type n'était clairement pas à son goût. Il l'ignora donc royalement. Après trois tentatives aussi infructueuses que misérables pour essayer de s'accaparer l'attention du brun, l'homme repartit vers la piste de danse et se perdit entre les silhouettes dansantes.
Continuant à observer la salle, son regard se posa sur une longue tignasse blonde bouclée. Ce n'était pas commun et assez agréable à regarder en plus. Derrière la crinière jaune, Tsubaki put rapidement admirer un joli visage fin, légèrement maquillé, surplombant un corps tout aussi fin et gracieux. Cette fille est vraiment mignonne pour le coup.
Un fin sourire se dessina sur les traits du brun avant que son regard ne change de nouveau de proie. Cependant, à son grand étonnement, ce ne fut pas lui qui reposa son regard sur les boucles dorées qu'il avait vu danser. Car, bien que les femmes ne l'attiraient pas le moins du monde, il ne pouvait s'empêcher d'admirer leur beauté et leur grâce. Rien d'envieux ni sexuel là dedans, juste le plaisir de regarder quelque chose de beau. Comme si le corps féminin et ses multiples parures n'était qu'une œuvre d'art fugace laissé à l'appréciation de celui qui voulait bien prendre le temps de le contempler.

A demi perdu dans ses pensées, Tsubaki en fut rapidement tiré en sentant une présence près de lui. Et quelle ne fut d'ailleurs pas sa surprise en se rendant compte que c'était cette Boucle d'Or des temps modernes ! L'androgyne ne put s'empêcher de s'étonner sous la taille de l'inconnue. Même si on lui retirait ses talons, elle devait bien faire 10 bons centimètres de plus que lui. Grande pour une jeune fille tout de même. Ou alors c'était lui qui était petit. Ce qui était également vrai en faite.
Lui offrant son sourire doux et amical, il ne fallut pas longtemps à la demoiselle pour entamer la conversation, se plaignant joyeusement de son précédant compagnon de danse avant de finalement commander le même cocktail que celui de l'androgyne.
Amusé par cette visible pile électrique, Tsubaki décida de se laisser aller au jeu après tout, il verrait bien ce qui se passerait. Et au pire, si ça tournait au drame, il s'éclipserait rapidement et en silence.

Laissant sa compagne du soir le détailler du regard -en profitant pour en faire discrètement de même au passage- le jeune homme reprit une gorgée de sa boisson hochant la tête, conservant son sourire doux.

- Ha ça ! C'est toujours chiant de tomber sur un type collant ! Au pire, s'il revient, je peux te servir d'alibi si tu veux !

Il ponctua la fin de sa phrase d'un petit air amusé et d'un clin d’œil malicieux. Outre le fait qu'il n'aimait pas spécialement voir des filles se faire emmerder sur les pistes de danse, ce petit filet était surtout là pour voir si la blonde allait répondre à son invitation ou non. Si c'était oui, le jeu pourrait continuer. Mais si c'était non, il lui suffirait de trouver un nouveau jouet.
Mais vu comment elle l'avait aborder, il doutait qu'elle lui réponde par la négative.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mar 25 Aoû - 19:30

SOUS LES NÉONS, DANSENT, DANSENT LES PAPILLONS !
« Let's Party Hard ! »

Au milieu de cet amalgame de musique, de rires, de danse, de gens et d'alcool, tu vois que cette jolie fille prend le temps de te détailler elle aussi. C'est discret, mais tu le sais, tu le sens quand on te regarde, puisque c'est l'une des choses qui te font vraiment le plus plaisir. Et en effet, qu'elle pose les yeux sur toi te fait très plaisir. Ça ne fait qu'agrandir ton sourire. Elle semble amusée de ta présence et de ce que tu viensde lui raconter, et tu te dis que c'est bien, que ça va aider à sympathiser. Parce que oui, si elle t'avait fait la gueule dès le début, tu aurais certes insisté, mais pas longtemps. Alors que là, ça ne te donne qu'une envie : apprendre à la connaître mieux.

Tu bois une ou deux gorgées de ton cocktail -bien frais, c'est agréable-, et regardes un peu la piste de danse, espérant que ton pot-de-colle ne te repère pas et n'essaie pas de revenir. Honnêtement, tu ne sais pas ce que tu ferais s'il revenait. Tu déclinerais certainement, mais et s'il insiste ? Tu n'as pas vraiment envie de te battre ou quoi que ce soit. Eeeeh. «Ha ça ! C'est toujours chiant de tomber sur un type collant ! Au pire, s'il revient, je peux te servir d'alibi si tu veux !», qu'elle dit, te souriant, avec un clin d'oeil, l'air plein de malice. Intéressant. Très intéressant, même. Une proposition qui ne manque pas de te faire sourire encore plus, et tu laisses échapper un petit rire, tout mignon, digne de la fille que tu es ce soir. Elle accepte donc que tu l'aies abordée, et te propose même d'aller déjà assez loin. Quelle plaisante jeune fille !

«C'est avec plaisir, et tu me sauverais.», dis-tu joyeusement. Ça te paraît comme un jeu, qui peut se révéler très amusant si cette proposition s'avérait être plus que pour simplement t'aider. Tu serais pas du tout contre faire plus ample connaissance avec elle, et qui sait, peut-être que ça deviendra un vrai alibi. Mais ne tire pas trop vite de conclusions, laisse aller, laisse couler, et profite, surtout. Tu reprends une gorgée, lui accordant ton plus beau sourire. «Tu peux m'appeler Ibiki. Ce serait bête de ne pas savoir nos noms s'il revient, tu ne crois pas ?», fais-tu remarquer. Votre crédibilité en pâtirait. Beaucoup. Ce serait dommage, car vous êtes belles toutes les deux, en plus d'embêter ce type ça pourrait faire des jaloux. Et toi, ça t'amuserait.

Ce qui t'amuserait encore plus, ce serait de vraiment jouer le jeu et d'aller danser avec elle. Histoire de vous montrer, de faire en sorte que les gens se méprennent, et d'en rire intérieurement. C'est assez pernicieux, mais tu t'en fiches. La situation pourrait devenir amusante, vraiment, si vous faisiez ça. tu espères juste qu'elle aime danser, car tu ne vas tout de même pas la forcer. Mais rien ne coûte de demander. «Que dirais-tu d'aller danser un peu, après ce petit verre ?», proposes-tu, avec un regard qui laisse transparaître toutes tes idées. Faut en profiter, vous êtes jeunes, insouciantes et belles, c'est le moment pour s'amuser.

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH' mais bidouillée par moi ahem
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Jeu 27 Aoû - 14:22

feat Ibiki Shirokawa

& Tsubaki Asahina

「 Sous les néons, dansent, dansent, les papillons ! 」
La réponse de son interlocutrice ne se fit pas attendre. Elle lui répondit presque du tac au tac et cette réactivité ne fit que faire d'autant plus sourire Tsubaki. Quelque chose lui disait que le jeu de ce soir allait être particulièrement amusant. D'ailleurs, la suite des événements ne tarda pas à lui donner raison, de nouveau sous la voix agréable de la blonde. L'androgyne aurait bien voulu embrayer sur une présentation de sa personne -ce qui était la moindre des choses après tout- mais l'herbe lui fut de nouveau coupée sous le pied. Ainsi donc, Boucle d'Or s'appelait Ibiki. Le jeune homme grave la prénom dans un coin de sa tête avant de se présenter, toujours armé de son sourire amusé.

- Ca serait assez gênant en effet ! Tsubaki, enchanté !

Tout en formulant sa réponse, il alla faire cogner légèrement le bord de son verre contre celui d’Ibiki avant d’en prendre une gorgée. Appréciant la liqueur dégoulinant dans sa gorge, il se remit à observer distraitement la piste de danse. Ibiki. Un nom tout aussi asexué qu’était le sien, ce qui ne manqua pas de l’amuser. C’est futile, un détail, mais ce genre de chose avait le don de le divertir grandement. Comme quoi, les petits plaisirs sont souvent les meilleurs.
Il ne put cependant pas s’attarder bien longtemps à quelques réflexions intérieures futiles que son interlocutrice le ramena à la réalité.
Son regard sans équivoque fit rire légèrement le jeune homme. Ce n’était pas un rire moqueur ou dénigrant, mais un de ces rire francs et joyeux que peuvent avoir les enfants par moments. La franchise de la blonde ne fit qu’amplifier l’envie de jouer qui taraudait l’androgyne. Lui coulant un regard aussi intéressé qu’amusé qu’il ne prit pas la peine de voiler, Tsubaki termina son verre et, se décollant du bar, il tendit la main vers la jeune femme, l’invitant à danser sans avoir besoin de le formuler.

La trainant sur la piste de danse au son d’une musique joyeuse, le jeune homme se mit à danser, sourire charmeur aux lèvres. Après tout, il n'allait pas se priver d'un petit jeu de drague. Quand bien même la chose ne déboucherait sur rien, l'exaltation du jeu était toujours le même. Et puis, sa compagne du soir semblait fort demandeuse alors autant lui faire plaisir autant qu'il prenait plaisir à danser ainsi. Quand à la suite, il verrait bien ce qu'il adviendra!
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Sam 29 Aoû - 18:33

SOUS LES NÉONS, DANSENT, DANSENT LES PAPILLONS !
« Let's Party Hard ! »

Tsubaki. Voilà un bien joli nom, aussi joli que la personne qui le porte. Et ça te fait rire intérieurement de penser ça, vraiment, tu t'amuses, sans arrière pensée, tu t'amuses simplement. Elle aussi a l'air de s'amuser. De quoi, tu ne sais pas, mais ce n'est rien. Peut-être qu'elle se fout de toi, mais tu ne penses pas. Elle n'en a pas l'air. En tout cas, ça te détend, autant que ça te fait plaisir. Vous risquez de passer une agréable soirée, et c'est tout ce que tu recherchais en venant ici. Tu finis donc tranquillement ton verre, tout content, et prends le temps de savourer ce cocktail fruité. C'est super bon, après tout !

Et puis, après avoir fini son verre elle aussi, elle répond à ta proposition en te tendant la main, véritable invitation à aller danser. Tu ne t'attendais pas à ce qu'elle te tende ainsi la main, comme un chevalier à sa princesse, mais ça te fait plaisir. Agréable surprise, dira-t-on. Tu lui fais ton plus beau sourire et prends sa main sans plus attendre. Vous marchez vers la piste, et tu sens comme une sorte d'excitation monter en toi. Danser avec cette belle jeune femme, au milieu de tout le monde, de l'effervescence, danser simplement, gracieusement, ça te plaît bien. C'est un moyen de vous rapprocher — aussi bien au sens figuré qu'au sens propre. Tu sens cette atmosphère incertaine, typique pour ce genre de rencontres, presque comme si c'était dangereux, parce que tu ne sais pas ce qui va se passer après. Mais pour le voir, il faut jouer. Et tu as bien envie d'y jouer, à ce jeu de la drague.

D'autant plus qu'elle aussi semble montrer de l'intérêt envers toi. Tu ne sais pas encore à quel degré, mais tu comptes bien l'attiser — tout comme ça attise le tien. Tu aimes ressentir tout ça, se faire désirer, se rapprocher doucement, doucement, mas sans s'arrêter… Jusqu'à ce que ça devienne ambigu. Mais c'est là que c'est le plus intéressant. C'est donc physiquement que tu te rapproches d'elle, subrepticement, ce qui pourrait tout à fait s'expliquer par le fait que la piste est pleine de monde. Et tu danses, tu danses, tout simplement. Tu profites, tu bouges ton corps au gré des musiques, et tu ris, parce que tu adores danser, Ibiki.

Voilà un moment que vous dansez, plusieurs musiques déjà, et tu t'amuses comme un petit fou. Sauf que tu ne passes pas inaperçu — mais en même temps c'est ce que tu recherchais ! Ton ancien compagnon t'a retrouvé, on dirait bien. Et on dirait aussi qu'il a bu. Aaah, c'est ennuyeux tout ça ! Voilà qu'il t'aborde, il dit qu'il «t'a retrouvée», que «tu lui manquais». Mais ce n'était pas réciproque. Il est gênant… Tu soupires et viens donc t'accrocher au bras de Tsubaki, que tu préfères largement à ce mec. Plus élégante, plus subtile, moins… Moins rustre. Ce type n'est définitivement pas pour toi. Tu lui dis donc gentiment : «Ah, désolé, désolé, mais je n'ai pas très envie qu'on soit interrompus ! Tu comprends ?» Et tu lui fais ton sourire le plus mignon, à ce type, pour qu'il te lâche les basques, tout en lui lançant un regard lourd de sens. Tu te rapproches encore un peu de la brune, pour que ça devienne assez ostensible pour que n'importe qui se méprenne sur votre situation. En un sens, et même si ce type t'embête, tu t'amuses. Tu aimes ça, oui, c'est agréable.

HRP:
 

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH' mais bidouillée par moi ahem
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Sam 29 Aoû - 20:40

feat Ibiki Shirokawa

& Tsubaki Asahina

「 Sous les néons, dansent, dansent, les papillons ! 」
L'amusement et l'excitation montent tranquillement, gentiment, presque de façon candide. Les musiques et danses se succèdent pour le plus grand plaisir de l'androgyne. Le brun trouvait décidément cette soirée fort agréable et il ne put s'empêcher de se féliciter pour ce trait de génie qu'il a eut. Enfin, il devrait plutôt féliciter ce feuilleton débile qu'il regardait pour s'occuper. Mais bon, dans tous les cas, ça revenait en soit à la même chose.
Profitant donc du moment sans se poser de questions, entrant volontiers dans le jeu de sa partenaire, son plaisir se voit cependant vite assombrit par le retour du type qui collait cette dernière un peu plus tôt. Cependant, cette situation ne le dérangea pas bien longtemps en soit, son agacement face à l'homme se changeant vite en un amusement joyeux en voyant sa compagne du soir lui prendre le bras et s'y presser de façon pour le moins ambiguë. La laissant docilement faire, il ne se préoccupa pas du fait que, si elle se serrait un peu plus contre lui, elle se rendrait bien compte du torse plat et masculin que possédait l’androgyne. En soit, l'idée qu'elle se rende compte qu'il était un homme ne le dérangeait pas du tout. Après tout, il ne lui avait pas mentit, n'ayant pas clamé sur les toits qu'il était une demoiselle. Alors, si elle devait râler ou se reprocher quelque chose, elle était la seule en tord. Ce qui lui retirait une épine du pied. Il espérait juste qu'elle ne lui ferait pas toute une scène pour ça. Mais bon, pour le moment, il y avait un autre jeu auquel jouer.

Son côté joueur largement émoustillé par l'arrivée de l'homme alcoolisé et la réaction de la jeune femme lui donnèrent une idée. Une idée stupide, casse-cou, mais tellement amusante! Cependant, pour se faire, il aurait besoin un petit coup de pouce de la part de l'élément perturbateur. Coup de pouce qui arriva bien vite.
Les jolis yeux de la blonde et son ton enjoué ne suffirent pas à arrêter l'homme qui, bien qu'il s’arrêta momentanément en les regardant, se mit à marcher vers eux, bien décidé à reprendre sa "copine" comme il la nommait lui-même. Mais, avant qu'il ne les atteigne, Tsubaki se baissa rapidement.
D'un geste vif, il se mit dos à l'homme, cachant le visage de la demoiselle -et non sans se mettre sur la pointe des pieds- le jeune homme, le regard rieur, dirigea ses lèvres vers celle d'Ibiki... Avant de les arrêter net, à quelques centimètres des siennes, la gratifiant d'un large sourire de gamin amusé et d'un clin d’œil polisson. S'il ne l'embrassait pas, de là où se trouvait l'homme, leur position évoquait largement celle d'un couple s'embrassa. Attendant encore quelques secondes, l'androgyne se retourna finalement, tirant la langue à l'homme bouché bée avant d'entrainer de nouveau à sa suite la grande blonde.

Se frayant un chemin à travers les corps dansant, lorsqu'il jugea qu'ils se trouvaient suffisamment loin de l'homme, Tsubaki lâcha la main d'Ibiki qu'il avait prit par réflexe, se retournant vers lui, éclatant d'un rire enfantin et joyeux.

- Désolé, mais j'ai pas eue d'autre idée pour qu'il te lâche. J'espère que je ne t'ai pas trop fait peur!

Bien évidement, il n'était pas désolé du tout. Au contraire. Il s'était amusé comme un petit fou. Et continuait bien continuer sur cette lancée là!

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Dim 27 Sep - 7:03

SOUS LES NÉONS, DANSENT, DANSENT LES PAPILLONS !
« Let's Party Hard ! »

Eeh, on dirait que ce type n'a pas envie de te lâcher, malgré tout ce que tu as fait pour lui faire comprendre qu'il ne t'intéressait plus ? En un sens, ça te flatte, ça ne fait que vanter tes charmes, mais… Mais non. Tu veux qu'il te lâche. Il devient très embêtant, là. Tu pourrais lui faire une scène ? Comme il est bourré, c'est lui qui serait en tort — et ce serait qu'à moitié faux. Parce que, bien sûr, tu l'as charmé, tu as joué avec lui, mais il avait qu'à pas se laisser faire. Nah. Puis il se serait sûrement enfui à toutes jambes en sachant que tu es un mec, de toute façon. Même pas drôle ! Toi, tu es ouvert à tout, au moins.

Trêve de tergiversations, il faut agir ! Et ta compagne l'a tout aussi bien compris que toi, aussi, elle s'interpose… D'une manière qui dissuadera certainement l'autre type. Oui, oui, vous êtes placés de façon à ce qu'il croie que vous vous embrassiez. Très bonne idée, ça. Tu te penches un peu pour aider Tsubaki, parce que bon, tu es quand même d'une taille bien supérieure à la moyenne, quand tu es une fille. Le sourire qu'elle t'offre t'amuse énormément. Il est très joli, d'ailleurs ! Tu le lui rends, t'empêchant de rire pour rester un tant soit peu crédible. Et tu en profites pour admirer de plus près son joli visage. Elle a des traits fins, et pourtant un peu… Androgynes ? Hm, pas plus que les tiens, en fait. Ça ne fait qu'en rajouter à son charme. Tu la préfères largement à l'autre ours qui te colle un peu trop.

Cet ours, d'ailleurs, il n'en revient pas. Sa «copine» comme il le dit si bien, est lesbienne ? Ah, s'il savait, s'il savait… Ça te ferait encore plus rire que son expression actuelle, s'il savait qu'en fait tu es un travelo qui se fait passer pour une lesbienne. Moqueur, tu lui envoie un joli sourire et un clin d'oeil, avant de te laisser embrasser par Tsubaki qui a pris ta main sans prévenir. Mais oui, autant partir, avant que ça ne devienne complètement n'importe quoi. «Désolé, mais j'ai pas eue d'autre idée pour qu'il te lâche. J'espère que je ne t'ai pas trop fait peur !», dit-elle en lâchant ta main. Tu aimais bien ce contact, mais peu importe, la soirée ne fait que commencer.

Alors tu hausses les épaules en riant un peu, léger. «J'y aurais pas pensé, mais c'était une excellente idée !», souris-tu avec malice. Tu retrouves d'ailleurs cette même malice dans son regard, et tu sens bien que si c'était à refaire, elle n'hésiterait pas. Ça t'amuse beaucoup, car tu sais que toi non plus, tu n'hésiterais pas. Vous vous êtes bien trouvés, sur ce plan-là. M'enfin, tu dois avouer que ça t'aurait pas dérangé si elle t'avait vraiment embrassé. Mais comme tu te le disais à l'instant, il reste encore beaucoup de temps.

Voilà que tu as une idée. Que tu n'hésites pas à mettre en place, tu n'es pas timide pour un sou. Doucement, tu poses une main sur sa joue, tes doigts se mêlant à ses cheveux soyeux, et tu te penches à nouveau, comme à l'instant, avançant tes lèvres vers les siennes. Tu agis assez lentement pour faire monter une certaine tension, et puis… Et puis au dernier moment, tu dévies et embrasses sa joue. «Merci beaucoup, ma jolie. ~», souffles-tu en te redressant et en enlevant ta main de son visage, un sourire taquin aux lèvres. C'est rien, ce que tu viens de faire, mais ça suffit à t'amuser. Tu te demandes bien comment elle va réagir, mais pour peu que tu la connaisses, tu sais que ça risque de te plaire.

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH' mais bidouillée par moi ahem
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Dim 27 Sep - 9:02

feat Ibiki Shirokawa

& Tsubaki Asahina

「 Sous les néons, dansent, dansent, les papillons ! 」
Encore tout amusé qu'il était, Tsubaki se disait que son excuse sonnait tout de même drôlement faux. Pourtant, il n'en tint pas rigueur, après tout, il ne doutait pas que sa compagne du soir avait bien comprit son petit jeu. Et puis, il n'était pas là pour s’embarrasser de quelques bonnes manières. Il était là pour s'amuser après tout !
D'ailleurs, ce fut la blonde qui repartit pour un second round.
Après l'avoir remerciée, la grande jeune femme s'était approché de lui et, ayant posée sa main contre sa joue, avait commencé une descente dangereuse en direction de ses lèvres. En temps normal, l'androgyne se serait dérobé élégamment mais pas cette joie. L'amusement et l'envie de jouer lui embuait la tête aussi, se laissa-t-il faire. Durant un quart de seconde, il pensait réellement qu'elle allait l'embrasser. Mais elle dévia au dernier moment.
Quelque peu étonné, il se reprit bien vite en éclatant d'un rire joyeux et amusé. Tout ça était si délicieux et, en un sens, leur petit jeu lui amenait une bouffée de fraicheur juvénile clairement appréciable.

L'écoutant murmurer à son oreille qu'elle le remerciait, le brun n'attendit pas qu'elle se détache de lui pour lui déposer, aussi rapidement que délicatement, trois petits baisers dans le cou, rehaussant le niveau du jeu à un palier supérieur pour le coup. Il était à peu près sur qu'elle lui répondrait de façon tout aussi amusante et il savait qu'il risquait de se retrouver dans un engrenage difficile à défaire. Pourtant, il s'en foutait. Il était juste bien là, à jouer de son androgyne pour cette charmante plante. Et haut fond, son côté gamin l'empêchait de raisonner comme il l'aurait fait en temps normal. Mais qu'importe au final. Car tout ce qui l’intéressait maintenant était ce qui allait suivre. Ça passait ou ça cassait.

- Tout le plaisir est pour moi...

Tsubaki avait murmuré cette phrase, d'une voix presque sensuelle, avant de se relever finalement, se détachant quelque peu de la blonde, lui offrant son sourire amusé. Il se rendit d'ailleurs compte à ce moment là que leurs corps se retrouvaient aussi proches que lorsqu'ils dansaient, si ce n'était plus. Pour peu, la jeune femme n'avait qu'à tendre la main ou coller son corps au sien pour se rendre compte de son torse plat, dénué de courbes féminines. Mais ça aussi, le concerné s'en foutait. Après tout, le jeu en valait clairement la chandelle. Et puis, ça ne serait pas la première fois qu'il se retrouverait giflé par une femme furieuse.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sous les néons, dansent, dansent, les papillons !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ! [Ming Yue]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ✩ Jeremiah le snob ♥ + LIBRE aux élèves
» Sous le soleil de Dorne, les araignées dansent !
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: