:: Commerces :: Boutique de fleurs Hanami Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tout en fleurs et en fracas (ft Kenji Takahiro)

avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Lun 4 Jan - 18:28
En ce beau jour du 4 Janvier je m'étais dit que j'irais voir ma mère à l'hôpital. Cela faisait un moment que je ne lui avais pas rendu visite. Elle devait surement m'attendre. Du moins, c'est ce que j'essayais de me convaincre. Pour elle je lui rappel trop de douloureux moments mais elle reste tout de même ma mère et je n'ai plus qu'elle à présent. Avant de lui rendre visite je voulais lui acheté des fleurs, ces préférés, des  Dahlias rouges et violets. Elle n'a jamais pu choisir entre ces deux couleurs. Pour elle, le Dahlia est la représentation même de l'amour, avec toutes ces différentes facettes et toute sa complexité. J'aime cette comparaison, c'est pour cela que je les lui offre, pour lui transmettre l'amour que j'éprouve envers elle malgré le dégoût que je peux lui faire ressentir à présent.

Je m'étais dirigé d'un pas certain vers le centre-ville pour rejoindre le fleuriste. Je commençais à connaitre Hiroshima à force de m'y baladé et cette ville était vraiment faite pour moi. Une fois arrivé devant la boutique je ne perdis pas mon objectif de vue. Une fois la porte passer je sentie le doux parfums des fleurs s'engouffraient en moi. J'aime cette odeur. Je ferma les yeux l'espace d'un instant pour apprécier ce moment. Cet endroit me donner l'inspiration pour mes futurs écrits. Quand je rouvris les yeux je découvris l'endroit. C'était une boutique faite toute en longueur, elle avait du choix et semblait vraiment spécialisé dans les fleurs traditionnelles et la composition florale. Enfin ... Je pense que toutes les boutiques de fleurs sont spécialisés là dedans mais c'était la première fois que je voyais des bouquets aussi joliment fait. Me promenant dans la boutique, je cherchais désespérément les précieux Dahlias qui pourraient plaire à ma mère. Ne les voyant pas, je me dirigea vers le comptoir pour demander au vendeur des renseignements.

Le vendeur, un petit blond aux grands yeux bleus, était en train de préparer un de ces bouquets que je trouvais tout à fait réussie. La façon dont il le travaillait était tout simplement merveilleux, il y mettait tout son coeur pour le rendre unique, ce qui me toucha beaucoup. Je n'osais pas perturbais ce moment, mais je devais me dépêcher, l'heure tournait et je ne pourrais pas aller voir ma mère si je rêvassais ainsi.

-Heu excusez moi ...

Tout en me déplaçant vers le comptoir, je glissa dans une flaque d'eau, ce qui m'envoya dans le décors. Quand je rouvris les yeux, j'étais allongé sur un tas de fleurs et de verres. J'avais massacré, et le mot est faible, au moins une vingtaine de bouquets avec au moins 5 vases.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 276
Sucettes : 487
Date d'inscription : 24/06/2015

Your Identity Card
Âge: 18 ans
Amoureux: ///
Présent/Absent: Présent
[✘UKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Kenji Takahiro
[✘UKE✘]
Lun 4 Jan - 19:48
4 janvier, quatrième jour du mois de janvier, premier mois de la nouvelle année. Encore une journée qui s'annonçait d'une morosité et d'une banalité incroyable. Elle n'allait sans doute pas être exceptionnelle, loin de là, sans doute ressemblerait-elle encore à toutes les autres que le jeune homme à la chevelure blonde avait pu vivre ces temps-ci ? Depuis qu'il travaillait dans la boutique de fleurs Hanami, dans le centre-ville d'Hiroshima, il rencontrait tous types de personnes, qu'elles soient intéressantes à ses yeux... Ou non. De toute manière, que retenait-il de ses journées ? A part que la plupart de ses clients étaient des hommes, que les plus âgés n'étaient pas forcément les plus réservés et que certains étudiants qu'il connaissait de l'université venaient acheter des fleurs. Ils avaient parfois l'air très gênés, surtout en tombant sur Kenji. Mais quel mal pouvaient-ils bien trouver à acheter des fleurs ? On peut acheter des fleurs pour n'importe qui. Une femme, un parent, un conjoint ou une conjointe, un membre de la famille, une amie, pour toutes les occasions... Plaisir d'offrir, un anniversaire, un mariage, un baptême, un enterrement, une visite à un ami, un dîner... Les occasions ne manquaient pas, et pour une raison bien précise. La signification du langage des fleurs. Le langage des fleurs est sans doute le moyen d'expression le plus puissant de tous. Il dit avec des couleurs et des senteurs ce que l'on ne peut pas exprimer avec des mots. Alors parfois, au lieu de parler et de se lancer dans des discours alambiqués ne menant à rien... Offrir une fleur est la solution la plus judicieuse. Laisser parler tout ce qu'elle pouvait dégager au lieu de dire quelque chose qui pouvait, au fond, se révéler parfaitement inutile. Fallait-il déjà ne pas être allergique aux fleurs pour pouvoir les apprécier.

Dans un léger soupir, Kenji laissa sa main droite venir attraper une orchidée, commençant à réfléchir sur la prochaine composition qu'il devait faire. Il avait la liste des fleurs tout près de lui, il avait tout ce dont il avait besoin à portée de main, ne lui restait plus qu'à tout assembler en faisant attention aux couleurs, à l'apparence générale, à ce qu'il pouvait rajouter, la disposition... Chaque détail se révélait des plus importants. Le blond venait à peine de commencer ce travail, cela faisait quelques semaines qu'il essayait de commencer à gagner sa vie avec ce petit boulot. Il n'allait pas aller bien loin, mais le patron était relativement sympathique. Du moins, c'est ce que trouvait le jeune homme aux yeux bleus. Il n'allait pas non plus faire son difficile, pour une fois que quelqu'un voulait bien l'embaucher sur une courte durée et en faisant attention à ne pas chevaucher les horaires, entre le boulot, l'université, et le temps de travail personnel qu'il se réservait chez lui. Si il travaillait ici, c'était uniquement pour se faire de l'argent, il n'allait pas se mentir. Ce n'était absolument pas parce qu'il était passionné par les fleurs, ou même par l'univers du travail en lui-même. C'était simplement pour aider sa mère à boucler les fins de mois et payer son studio en ville. Si ça n'avait tenu qu'à sa mère, il aurait directement arrêté les études pour se consacrer pleinement au travail et se trouver quelque chose à plein temps. Mais même si il était relativement obéissant et qu'il n'aimait pas trop défier l'autorité maternelle, il était grand, il pouvait faire ce qu'il voulait ! Il avait envie de continuer à étudier encore un peu pour réussir à obtenir un diplôme et avoir plus de chances sur le marché du travail. Finir comme fleuriste ? Très peu pour lui.

Alors qu'il était en train de composer, et qu'il avait déjà achevé une bonne partie de son travail, la petite clochette à la porte indiqua que quelqu'un venait de pénétrer dans la boutique. Le blond ne put s'empêcher de doucement détacher son regard de son œuvre inachevée, venant observer la personne arrivée il y a quelques instants. Un homme. Plutôt bien habillé, chevelure noire, une petite vingtaine d'années à l'œil, ou peut-être un peu plus jeune. Un étudiant ? Peut-être, peut-être pas. Il ne l'avait jamais croisé, ni dans les rues ni à l'université, ni même dans la boutique. Il ne savait pas s'il était déjà venu ici, il n'en avait absolument aucune idée. Son regard remonta jusqu'à son visage. Clairement, il était beau, comme la majorité des personnes qui passaient ici. Enfin, beau... C'était bien subjectif. De toute manière, le blond aux reflets roses n'allait pas se rappeler de lui. Il passait, il venait prendre un bouquet ou demander des conseils avant de repartir vivre sa vie sans que l'étudiant n'en sache jamais plus. Après tout, c'était le but d'un client. Acheter ce dont il avait besoin avant de repartir vivre sa vie comme si de rien n'était. Ils étaient des dizaines et des dizaines à passer ici dans la journée, il était difficile de mémoriser des visages. Encore moins des noms, puisqu'ils n'étaient donnés que pour des réservations. Finalement, le regard du blond trouva les yeux de cet homme, qui se baladait dans la boutique, sans doute à la recherche d'une espèce en particulier. On pouvait lire sur son visage qu'il avait souffert. Pas tant sur son visage, réellement... Mais dans ses yeux. C'était très particulier. Au bout de quelques secondes, le blond arrêta de le fixer et se remit au travail, simplement. Il était là pour vendre, pas pour faire la causette ou essayer de comprendre le pourquoi du comment sur la vie des autres.

Finalement, au bout de quelques minutes, Kenji avait terminé sa composition et sentait un regard étrangement planer sur lui. Est-ce qu'il était en train de le regarder ? Sans doute. Tant pis, ça ne le dérangeait pas. Il était loin d'être un professionnel dans son art, il avait toujours été dans les derniers dans les cours d'ikebana. Mais depuis qu'il avait reçu une formation un peu plus complète, pour pouvoir travailler ici en tant que vendeur et faire des compositions à partir de modèles déjà travaillés, il s'était amélioré. Il n'était pas devenu excellent, il était simplement devenu bon. Il savait réunir les couleurs qu'il fallait, arroser les plantes, parfois conseiller les clients quand ils avaient besoin d'aide sur une espèce en particulier ou pour un bouquet entier. Le blond retira doucement sa main de la fleur qu'il était en train de tenir, la toute dernière fleur placée dans son œuvre éphémère, pour venir observer l'homme qui venait tout juste de l'apostropher. En même temps, il ne connaissait pas son nom... Normal. Mais ce qui était moins normal était qu'il venait soudainement de perdre l'équilibre. L'étudiant écarquilla légèrement les yeux. Il avait arrosé les plantes un peu plus tôt, il restait de l'eau par terre mais il ne pensait jamais à dire aux clients de faire attention. Sûrement son point faible parmi tant d'autres. Le grand fracas qu'il entendit ne lui disait sérieusement rien de bon. Rapidement, faisant rapidement à ne pas glisser sur le sol mouillé, il vint se rapprocher de l'homme pour s'agenouiller à ses côtés. C'était bien son jour... Un nouveau client, une composition à peine achevée et voilà que ce client venait d'écraser des centaines et des milliers de yens de recettes. Si le patron apprenait ça... C'était de la faute du blond, allait-il perdre son travail pour ça ? Mise en danger de la vie des clients et mauvais procédés de travail ? Il n'en savait absolument rien, mais l'idée de se faire remercier si tôt ne lui plaisait pas du tout.

Eh, ça va ?! Désolé, le sol est très glissant, surtout après l'arrosage des plantes... J'espère que vous n'avez rien ! Pour les fleurs, euh... Pour les fleurs et les vases, ce n'est pas grand chose ! Bon sang, faut regarder où on met les pieds, aussi...

Plus près de l'homme, il pouvait maintenant l'observer un peu plus en détail. Chevelure noire, il ne s'était pas trompé, c'était de toute manière évident. Ses yeux... Il ne s'était pas trompé non plus, il avait bien vu. Sur sa tenue, rien à redire non plus, à part qu'elle était maintenant trempée et que plein de bouts de verre étaient éparpillés un peu partout. Le blond espérait surtout qu'il ne verrait pas de sang apparaître à travers les vêtements de l'homme, mais après la glissade qu'il venait de faire, en atterrissant dans les vases et les bouquets de fleurs... On pouvait clairement voir que l'étudiant était à la fois inquiet et un peu en colère. C'était de sa faute, mais il était un peu en colère contre cet homme. En tout cas, il voulait lui demander quelque chose quelques secondes plus tôt, avant qu'il ne fasse un vol plané pour atterrir avec les fleurs. Mais le plus important, pour le moment, était de savoir si l'homme allait bien ou pas. Il n'attendait que sa réponse. Un peu embarrassé, le blond détourna le regard en venant poser sa main droite à l'arrière de sa nuque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Mar 5 Jan - 18:14
Après mon incroyable vol plané, le jeune vendeur vint à ma hauteur, à la fois inquiet et embarrassé. Il s’excusa de ne pas avoir essuyer avant la flaque d’eau qui m’avait mise dans le décor, mais je ne pouvais pas lui en vouloir, j’aurais dû mieux regarder où je marchais. Finalement je vais vraiment devoir investir dans des lunettes à force, même si c’est ce que je voulais éviter à tout prix.

-Ho ça va ne vous inquiétez pas, la chute était impressionnante mais il semblerait que je n’ai rien.

Tout en disant ça j’essayais de me relever et le jeune blond m’avait proposer sa main pour m’aider. Ce que je ne refusai pas a cause de tous les morceaux de verres qui se trouvaient par terre. Une fois relevé je m’aperçus que mon avant bras droit avait été légèrement entaillé et je sentis quelques coupures dans mon dos. Sur le moment, tout ce a quoi je pensais étaient mes vêtements. Ils étaient neufs et achetés spécialement pour rendre visite à ma mère, et maintenant ils étaient ruinés. J’eus un long soupir. En plus de mes vêtements j’avais ruiné la boutique. Il y en avait pour au moins quelques milliers de yens. Sur le coup je me demandais comment je pourrais bien rembourser tous les dégâts que j’avais fait. Je portai ma main gauche à ma tête et me grattai ce qui me restait d’oeil gauche. Après avoir regardé le désastre que j’avais causé, je me mis à observer le jeune vendeur, il semblait blasé et encore le mot était faible. Ses cheveux blonds aux reflets violets que je n’avais pas vus au début étaient tout ébouriffés. Son regard osciller entre la peur, l’angoisse et l’abandon.

-Je suis désolé, je n’aurais surement pas assez d’argent pour rembourser les dégâts que j’ai commis.

J’étais très gêné. Je ne savais pas quoi faire pour me racheter. J’allais l’aider à tout remettre en ordre, ça c’était certain, mais après je ne savais pas quoi faire.

Au même moment le jeune blond sorti d’un placard un balai et une pelle. Quand je voulus prendre le balai il hésita, sûrement se disait-il qu’il ne pouvait pas faire travailler un client, blessé qui plus est. Finalement, je lui pris le balai des mains, non pas d’une façon brutale loin de là. Ses mains étaient chaudes et douces, les miennes devaient être froides vu le frisson qui traversa le jeune homme. Ou était-ce autre chose?

Une fois le balai en main, j’avais rassemblé les morceaux de verres et les fleurs dans des petits tas. Il ne manquait plus qu’à les ramasser. Je m’étais plutôt bien débrouillé pour nettoyer le petit bazar que j’avais mis. Et puis, tout d’un coup, j’eus une idée. Pourquoi ne pas travailler à la boutique bénévolement pour éponger ma dette ? Il fallait que je voie avec ce jeune homme.

-Dites moi, je ne peux pas rembourser ce que j’ai pu casser et abimer mais, si vous le voulez bien, je pourrais venir travailler ici le temps qu’il faudra pour rembourser ma dette ? Bien sûr je ferais ça de manière bénévole.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 276
Sucettes : 487
Date d'inscription : 24/06/2015

Your Identity Card
Âge: 18 ans
Amoureux: ///
Présent/Absent: Présent
[✘UKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Kenji Takahiro
[✘UKE✘]
Ven 8 Jan - 20:15
Main posée doucement à la base de sa nuque, Kenji continuait d'observer le jeune homme à la chevelure noire. Si il avait regardé où est-ce qu'il mettait les pieds, aussi, ils n'en seraient pas là à ce moment précis... Même si le blond avait une part relativement importante de responsabilités dans cette affaire. Si le patron, Tsubaki Asahina, l'apprenait... Il serait sans doute dans de beaux draps. De très beaux draps. Est-ce qu'il aurait encore de quoi se nourrir dans le mois ? Est-ce qu'il aurait l'argent nécessaire pour continuer à payer le loyer ? Sans doute, il n'était pas au bout du rouleau à ce point là, s'il venait à perdre son travail. De toute manière, l'arrêt de travail resterait sans doute temporaire, il se débrouillerait pour retrouver autre chose... Si quelqu'un voulait bien de lui. Sortant de ses pensées, le jeune homme semblait un peu perdu. Et s'il s'était blessé, l'autre maladroit ? Par sa faute ? Ca allait sans doute lui coûter encore plus cher, pourrait-il même retrouver un travail avec un tel passé professionnel ? Si seulement il avait pensé à bien vérifier que le sol était sec, si il avait fait son travail correctement et si cet homme à la chevelure noire avait pensé à regarder où il mettait les pieds, ils ne seraient décidément pas dans ce type de situation embarrassante, oh non.

L'homme attrapa finalement la main libre du jeune blond, l'aidant ainsi à se hisser sur ses pieds, alors qu'il était entouré de morceaux de verre de tailles différentes, ainsi que de pétales de fleurs, de roses pour être plus précis. Une des variétés dans laquelle il était tombé était la Baby Romantica. Une bonne vente qui ne coûtait pas extrêmement cher, mais elle était plutôt recherchée dans les alentours, sans trop que le blond comprenne réellement pourquoi. Quand le noir commença à observer son corps un peu plus en détail pour avoir une idée des dégâts éventuels, le blond continua de le regarder d'un air légèrement plus inquiet. Il voyait bien que les vêtements de l'homme étaient maintenant abîmés, pour ne pas dire ruinés. Vu l'état général de ses habits, il y avait une chance pour qu'il soit blessé, mais il ne semblait pas dire un mot à ce sujet. Peut-être en faisait-il simplement abstraction en trouvant que ses habits étaient plus importants que l'état de son corps ? Il n'en avait aucune idée. Mais une chose était parfaitement sûre, du dégât avait été causé à l'intérieur de la boutique et cela ne se rembourserait peut-être pas facilement. Le jeune étudiant blond n'avait pas de quoi éponger la dette de cet homme aux cheveux noirs. L'observant porter sa main gauche à son visage pour venir se gratter l'œil, le blond détourna finalement le jeune homme en lui répondant.

Mouais... Tant mieux si vous n'avez rien, alors. Pour cette histoire de remboursement, on voit ça après, il faudrait d'abord remettre la boutique en état avant de penser à ça... Si le patron débarque maintenant, on va se faire lyncher.

Pendant que l'homme semblait réfléchir sur une manière de rembourser les dégâts causés, le blond alla rapidement dans le placard chercher de quoi nettoyer le tout, un balai et une pelle. Ce n'était que du verre, des fleurs, et de l'eau... Cela n'allait pas être très difficile, à part peut-être pour ramasser tous les petits bouts de verre traînant çà et là dans un rayon d'un mètre environ. Si un autre client arrivait, il risquerait sans doute de se demander s'il n'y avait pas eu une bagarre dans la boutique. Le jeune étudiant se devait donc de tout nettoyer et prier pour que personne d'autre ne vienne dans la pièce tant qu'il n'aurait pas nettoyé tout ce qu'il y avait par terre. Mais alors qu'il commençait à s'atteler à la tâche, l'homme à la chevelure noire dont il ne connaissait même pas sembla étendre sa main en direction du balai pour venir le prendre. Il hésitait, devait-il le laisser faire ou non ? En tout cas, quand il sentit la main de l'homme se poser sur la sienne, un frisson parcourut son corps tandis qu'il détourna soudainement le regard. Elles étaient froides... Si seulement il n'avait pas frissonné, cet homme ne commencerait pas à s'imaginer des choses étranges ? Etait-il au moins en train de penser à autre chose d'autre que le nettoyage ?

Je ne suis pas censé vous laisser faire ça, mais si vous insistez... Je suppose que je n'ai pas tellement le choix. Il y a du verre un peu partout, maintenant, par contre... Il va falloir tout bien rassembler et ramasser, sinon je risque d'avoir des ennuis. Imaginez qu'un client tombe là-dessus... Mauvaise idée, pas vrai ?

Il resta un peu en retrait en l'observant faire jusqu'à ce qu'il reprenne finalement la parole, parlant de travailler ici bénévolement dans le but d'éponger sa dette. Il ne pouvait pas payer en liquide, donc payerait en nature par son travail, son dur labeur. Le blond resta silencieux quelques secondes, sensiblement perturbé, se demandant s'il pouvait le laisser faire ça ou pas. Cela ne dépendait pas de lui, au final... Mais si le noir devait travailler ici, cela voudrait dire que Kenji serait forcé de parler de cet évènement au patron ? Il n'avait pas réellement envie de perdre son travail, encore une fois... Mais vu la somme d'argent que venait de coûter cette chute... Il serait sans doute forcé de s'en rendre compte sans même qu'on ait à lui dire. Finalement, au bout de quelques secondes de réflexion, le blond laissa échapper un léger soupir, venant une nouvelle fois placer sa main derrière sa nuque, dans un léger embarras.

Et bien, euh... Je suppose qu'il va falloir en parler au patron, nous n'avons pas tellement le choix, ce n'est pas moi qui dirige ici... Mais sinon, je suppose que c'est faisable oui. Enfin, j'espère... Enfin, c'est pas moi qui gère les comptes et les stocks mais voilà. Sinon, puisque vous allez peut-être un peu travailler ici, je peux connaître votre nom ? Et au fait, vous êtes sûr que vous n'avez rien ?

Le jeune étudiant regarda une nouvelle fois cet homme à la chevelure noire. Il n'était pas réellement énervé contre lui non plus... Il ne savait pas trop quoi penser des évènements récents. Cet homme dont il ne connaissait rien, à part qu'il était sans doute un peu maladroit et qu'il venait de ruiner une partie de la boutique, venait de demander s'il pouvait travailler avec lui pour rembourser les dégâts causés par sa propre personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Lun 11 Jan - 17:23
-Et bien, euh... Je suppose qu'il va falloir en parler au patron, nous n'avons pas tellement le choix, ce n'est pas moi qui dirige ici... Mais sinon, je suppose que c'est faisable oui. Enfin, j'espère... Enfin, c'est pas moi qui gère les comptes et les stocks mais voilà.

Je voyais bien que ce petit blondinet avait peur des conséquences qui allaient tomber sur lui. Mais il était hors de question que je dise que c'était de sa faute car après tout c'est moi qui ai détruit ces fleurs et ces vases par ma seule maladresse. Il n'y était pour rien.

- Sinon, puisque vous allez peut-être un peu travailler ici, je peux connaître votre nom ? Et au fait, vous êtes sûr que vous n'avez rien ?

C'est vrai que je n'avais pas vraiment eu le temps de me présenter avec tout ce qui s'était passé en si peu de temps.

-Ah oui bien sûr, Je m'appele Joshua Aika mais tu peux me tutoyé tu sais. Je ne suis pas si vieux que ça. Et en ce qui concerne mes blessures, et bien, vous avez une trousse à pharmacie ici ? Il va surement falloir me mettre quelques bandages et désinfecté ces plaies.

En effet mes coupures commençaient sérieusement à saigner. Si mes vêtements n'étaient pas encore tout à fait ruiné à cause de ma chute, là ils l'étaient à cause du sang qui dégouliné de mes plaies béantes. Soudain je me demandais, peut être que cette charmante petite tête blonde ne supportait pas la vue du sang ? Il n'aurait vraiment pas de chance s'il se retrouvé lui dans les fleurs.

-Tout va bien ? La vue du sang ne te dérange pas au moins ?


Je lui teins le bras au cas où il ne s'évanouisse. Sa peau était douce et chaude. Elle était très agréable a touché. J'aimais son contact, elle me donnait des frissons de plaisir. D'un coup je me sentis gêné d'avoir ce genre de penser, surtout envers un homme même si, à la place d'un homme cela avait été une femme, j'aurais surement réagit de la même façon. Je me rends compte que je n'avais jamais éprouvé ce sentiment de « gène» avant avec une personne. C'est étrange je ne sais pas ce que cela veut bien pouvoir dire. En sentant une chaleur montée au niveau de mes joues je décidais de lâchait le jeune garçons qui ne devait même pas avoir la vingtaine. Je baissa les yeux l'espace d'un instant avant de remonter mon regard vers le siens. Je le regardais avec insistance pendant quelques secondes qui parurent des heures pour moi. Finalement, je détourna mon regard pour de bon, et chercha une chaise sur laquelle je pouvais m'asseoir. Mon regard se porta sur un petit tabouret qui se trouvait derrière le comptoir. Je mettais mis dos à lui. Pour le moment je ne voulais pas recroiser son regard. Je ne voulais pas encore être plus mal à l'aise que je ne l'étais déjà. Peut être que lui aussi été mal à l'aise ? La façon dont je l'avais fixé lui avait peut être paru bizarre et puis, avec mon oeil crevé, soutenir mon regard pouvait paraître difficile pour certain.

Mes blessures me sortirent de mes pensées. Elles commençaient à me faire mal et les bouts de tissus qui frottaient contre ma chaire scindait n'aider pas a calmé la douleur. J'hésitais un petit moment a enlever mon pull mais je ne pouvais plus tenir et puis une chaleur étouffante s'engouffrait en moi. J'avais l'impression de brûler.
Je croisais mes mains et les mis de par et d'autre sur mon pull pour pouvoir le retirais en essayant d'éviter au maximum le contact du tissus avec ma chaire. Je soulevais délicatement le vêtement et laisser découvrir petit à petit mon dos meurtris ainsi que mon frêle torse.

J'essayais d'observer les dégats mais je n'y arrivais pas, sans miroir c'était impossible. Je pouvais quand même observer mon bras gauche qui avait, lui aussi, subi les frais de ma maladresse. L'entaille était net, s'étalant sur une dizaine de centimètres mais paraissait peu profonde malgré le sang qui y coulais. Par réflexe je mis mon pull en dessous pour éviter de mettre ce liquide rougeâtre partout dans la boutique. Je ne voulais pas rajouter du travail supplémentaire à ce jeune qui semblait déjà assez blasé comme ça.

Mais quand je repense a toutes les roses que je venais de mettre en l'air cela me dégouttais. Je n'aime pas voir la nature se faire détruire de la sorte. Moi qui l'a fait reine dans mes récits, je l'ai mise a terre dans la réalité. Je poussa un léger soupir. Assez fort pour que même les passants puissent l'entendre. Je n'avais pas pu le retenir.


-Je ne suis vraiment qu'un boulet ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 276
Sucettes : 487
Date d'inscription : 24/06/2015

Your Identity Card
Âge: 18 ans
Amoureux: ///
Présent/Absent: Présent
[✘UKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Kenji Takahiro
[✘UKE✘]
Mer 13 Jan - 20:06
Le jeune blond n'était sans doute pas préparé à tout ce qu'il s'était passé et tout ce qui était sur le point d'arriver. Quand il rencontrait des clients, la relation restait très brève et éphémère. Il les rencontrait, leur souriait quand ils étaient assez aimables pour le faire en retour, leur donnait ce dont ils avaient besoin avant de les remercier de leur passage et de leur confiance, les laissant repartir mener leur vie ailleurs, vaquer à leurs occupations un peu plus loin, rentrer chez eux, aller au travail... Ce qu'il se passait après la visite d'un client ne concernait plus le vendeur. Quand un étudiant venait lui acheter des fleurs en disant que c'était pour les offrir, le blond ne demandait pas à qui et se contentait de faire son travail avec une certaine bonne humeur. C'était son gagne-pain, il ne pouvait pas cracher dessus, il en avait indubitablement besoin pour payer son studio, quoi qu'un peu miteux, dans le centre-ville d'Hiroshima. Pour en revenir à l'idée principale, le jeune homme n'était pas prêt. Ce client qu'il venait de rencontrer allait sans doute passer plus de temps avec lui en tant que collègue de travail. Chose qui n'arrivait quasiment jamais, voire jamais. Fallait-il déjà que le patron soit d'accord. Et qu'il ne le renvoie pas en apprenant les dégâts.

Quand l'homme à la chevelure noire se présenta enfin, trouvant finalement le temps de le faire, l'étudiant apprit qu'il répondait au nom de Joshua Aika. Son nom lui disait étrangement quelque chose mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il n'avait jamais vu son visage auparavant, mais ce nom lui disait quelque chose... Peut-être que quelqu'un qu'il connaissait portait aussi ce nom de famille, quoi qu'un peu déformé phonétiquement ? Il n'arrivait pas à s'en souvenir, mais cela ne le dérangeait pas tellement. Ce Joshua Aika là, pour sûr, il ne l'avait jamais croisé dans la boutique auparavant. Il ne l'avait jamais vu traîner dans les rues d'Hiroshima. Il ne l'avait jamais vu en classe, à l'université. Sinon, il s'en serait souvenu. Un homme à la chevelure noire comme celle là, avec un seul œil à la couleur si étrange et captivante, avec des traits de visage si juvéniles... Si il l'avait connu, il l'aurait reconnu au premier coup d'œil sans doute. Mettant ses pensées de côté, se demandant tout de même pourquoi ce nom lui paraissait familier, le jeune blond se reconcentra sur la conversation qui se jouait en ce moment entre les deux.

Quand il parla de désinfecter et bander ses blessures, demandant si la boutique possédait une armoire à pharmacie, le jeune blond prit quelques brèves secondes pour réfléchir à la question avant de légèrement acquiescer pour lui-même. Oui, ils avaient une armoire à pharmacie dans l'arrière-boutique. Il la connaissait plutôt bien. A ses débuts, le temps de se remémorer ses cours d'ikebana et apprendre à gérer tous types de fleurs, il en avait souvent eu besoin. Il ne comptait même plus le nombre de coupures qu'il avait eu, tous les pansements qu'il avait porté au niveau de ses doigts, toutes les incisions faites par erreur au sécateur et aux ciseaux. Ses mains avaient souffert, mais pour gagner sa vie, le blond n'avait pas trouvé mieux que de vendre des fleurs en attendant de pouvoir se trouver un vrai travail en rapport avec ses études. Son regard vint doucement observer le corps de l'homme, restant immobile pendant quelques secondes en le fixant, un peu mal à l'aise. Il était couvert de sang. La fabrique de son costume commençait à s'en imprégner, un peu plus au fur et à mesure que le temps passait. Alors qu'il était perdu dans ses pensées, une main se posa sur son bras, accompagnée par une question.

Si la vue du sang le dérangeait ? Oh, il ne s'était jamais trop posé la question. Il prenait les choses comme elles venaient. Peu de choses l'insupportaient réellement. Le sang n'en faisait pas partie. Même si il n'avait pas peur du sang en soi, la vision des habits ensanglantés de l'homme ne le chamboulait pas trop, il n'aimait pas la vision des coupures et autres blessures en tout genre. Même si il s'était coupé les mains de nombreuses fois, il se sentait simplement mal quand les blessures étaient très superficielles. Quand elles étaient un peu plus profondes, il tombait parfois simplement dans les pommes et se reprenait un peu plus tard. La vue du sang ne le dérangeait pas mais dès que les choses étaient plus graves à ses yeux, il avait du mal à tenir et finissait généralement par trembler comme une feuille avant de s'éteindre pour quelques dizaines de secondes. Il détourna doucement le regard en sentant l'homme relâcher son bras. Le contact... N'avait pas été désagréable. Il avait les mains froides, ce qui était surprenant au premier abord, mais quand on s'y faisait, ce n'était pas si mal que ça.

Non, ça va, le sang n'est pas ce qui me dérange le plus. Je suis peut-être une chochotte, mais pas au point de m'évanouir pour ça, du moins je pense. Je pense que tu es quand même un peu plus vieux que moi... J'ai dix-huit ans, même pas encore parfaitement majeur, j'étudie encore à l'université, ce n'est qu'un petit boulot ici. Faut bien gagner quelque chose pour casser la graine et se loger dans les alentours, ça coûte quand même bonbon... Bien, assez parlé. Je vais chercher tout ce dont on a besoin tout de suite. Je n'en ai pas pour longtemps, prépare-toi.

Le jeune homme à la chevelure brune prit ainsi la direction de l'arrière-boutique sans un mot de plus, ne regardant pas l'homme à la chevelure noire dans les yeux avant de repartir. Cette entrevue rapprochée avait été quelque peu gênante. Il l'avait tenu pendant si longtemps, comme si il avait eu peur qu'il tombe à la vue du sang, à la vue de son costume imprégné de son liquide rougeâtre qui allait le tacher à jamais. Le jeune étudiant devait se calmer. Au fond de sa poitrine battait chaotiquement un cœur, sans aucune raison. Sans doute appréhendait-il seulement ce qui allait se passer ensuite ? Il prit une grande inspiration en entrant dans la petite pièce isolée de la boutique, ouvrant la porte sans la refermer derrière lui. Pourquoi est-ce que son cœur battait aussi vite ? Il avait l'impression que ses joues commençaient à irradier d'une certaine chaleur. Avait-il augmenté le chauffage dans la boutique, sans s'en rendre compte, dans la matinée ? Il ouvrit l'armoire à pharmacie qui se trouvait tout juste devant lui, entendant la voix de l'homme dans l'autre partie de la boutique.

Si... Si ça peut te rassurer, tu es peut-être un boulet mais tu as au moins la politesse de t'excuser et proposer tes services quand tu casses quelque chose. Certains ont tendance à s'enfuir comme des voleurs ou simplement cacher les bouts de verre, comme si ils n'avaient rien fait. Certes, ta chute était surprenante et ça n'aurait pas pu passer inaperçu... Mais voilà, tu n'es pas tellement un boulet, dans un sens. J'ai trouvé ce que je voulais, j'arrive.

Le jeune blond prit sur lui-même avant de quitter la pièce et retourner dans la salle principale de la boutique, celle qui était accessible à tous les clients et où se trouvaient une grande partie des spécimens de fleurs et de plantes disponibles dans la boutique, là où se trouvait la caisse et là où le jeune homme à la chevelure blonde manipulait les fleurs pour en faire des bouquets et des compositions. Compresses de gaze, désinfectant, de quoi panser les blessures du jeune homme, en soi. Il avait trouvé tout ce qu'il cherchait et allait maintenant pouvoir s'occuper de ses blessures. Il allait devoir être fort. Il ne savait pas encore à quoi elles ressemblaient mais déjà, l'étudiant avait un mauvais pressentiment. Ca n'était pas rien, sinon le sang n'aurait pas imprégné ses vêtements de cette manière. Il arriva dans la salle avant de venir doucement se placer devant le tabouret et lui faire face. La première chose qu'il vit fut son torse nu. Tout le haut de son corps était nu. Alors que ses joues commençaient à prendre une couleur un peu plus rouge, il se concentra sur les blessures du jeune homme à la chevelure noire.

Bon, voyons voir... Tu ne t'es pas raté, c'est tout ce que je peux dire pour le moment. On dirait presque que tu en voulais à ces pauvres vases, ahahahahaha... Puisqu'on en est à faire un peu les présentations, tu voulais acheter des fleurs en arrivant ici, non ? Ne me dis pas plus que ce que tu veux mais, pour qui est-ce que tu voulais les prendre ? Tu avais déjà une idée de spécimen ? J'aime bien pouvoir essayer de savoir ces informations là, pour faire de belles choses qui seraient en mesure de plaire. Et en l'occurrence, de plaire à la personne à qui tu voudrais offrir ces fleurs... Mais je divague, ahah...

Qu'est-ce que tu racontes Kenji ?!
T'as pas l'air idiot du tout, comme ça, à essayer d'entamer une discussion avec lui...
Il doit souffrir comme pas possible et tu lui parles comme si de rien n'était ?
Ou c'est juste parce que tu as vu ses blessures et que ça te met mal à l'aise ?
Tu culpabilises, hein ? C'est ça ?

Et puis, je pense que c'est une bonne idée de faire un peu connaissance, puisque tu veux essayer de bosser ici pour éponger un peu ta dette... C'est une bonne chose... Je ne vais plus bosser tout seul si c'est ça, c'est intéressant quand on est plusieurs à bosser dans un même endroit... N'est-ce pas...

Mais qu'est-ce que tu fais, idiot ?!
Tu continues de t'enfoncer, tu n'avances pas, tu rames terriblement !
On dirait une vieille technique de drague, en plus !
C'est un client, même si il vient de saccager une grande partie de la boutique !
Respire un grand coup et essaye de te calmer, bordel !

A... Attends... Désolé, je crois que... J'ai l'impression que je vais tourner de l'œil... J'ai le cœur qui bat à cent à l'heure, j'arrive pas à me calmer, je crois qu'il va me lâcher, comme mon estomac... Désolé, c'est pas que j'ai peur du sang mais... Tes blessures m'effraient un peu... Un peu beaucoup même... Je suppose que tu as mal, désolé, je vais essayer de me reprendre... J'ai la tête qui tourne, encore mieux avec ça, ahaha... J'ai l'impression que je vais mourir de chaud en plus... Pourquoi est-ce que je te raconte tout ça ?... Putain, je tremble comme une feuille...

Les yeux fermés, la tête baissée, tremblant, le blond n'osait plus du tout le regarder. Il s'était sans doute surestimé pour le coup. Il pensait que ça allait passer, mais apparemment pas. Il se retrouvait agenouillé par terre, presque fébrile, une main fermement plaquée sur la bouche en espérant simplement ne pas régurgiter le contenu de son estomac. Il avait chaud... Il mourrait de chaud. Ses joues étaient rouges. Inconsciemment et secrètement, il espérait presque que les mains froides de ce fameux Joshua seraient là pour le sauver de la combustion intégrale. Pourquoi est-ce que son cœur continuait de battre aussi vite et qu'il n'arrivait pas à le calmer ? Il n'aimait pas ça. Cette sensation désagréable, il avait l'impression que son cœur battait à tout rompre et qu'il allait bientôt sortir de sa poitrine. Il laissa un très fin soupir échapper de ses lèvres entrouvertes, bloqué par la main qu'il avait fermement plaqué sur sa bouche pour éviter tout problème de ce côté là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Lun 18 Jan - 13:56
Alors que je soupirais encore de mes bêtises, une douce voix, quelque peu timide, c'était fait entendre de l'arrière boutique, elle confirmait le fait que je sois un boulet. Cette confirmation ne me vexa pas, au contraire, elle me fit doucement rire. Le pauvre jeunet essayé de se justifier en me racontant ce que ces clients faisaient d'habitude dans ce genre de situation. Même si aucun client n'avait encore jamais fait une telle cascade comme la mienne. C'est sûr que, niveau discrétion, j'avais encore des progrès a faire. L'entendre essayait de me rassurer me fit plaisir, même si cela était très maladroit. Je ne pus m'empêché d'esquisser un sourire. Puis, en l'entendant arriver avec la trousse t'en recherché depuis au moins cinq minutes, j'enleva de mon visage ce petit sourire nié que j'avais pris pour reprendre tout mon sérieux. Une fois sortie de la petite pièce se trouvant à l'arrière du magasin, le jeune homme porter un petit plateau ou se trouver compresse et désinfectant. Rien que de pensais au contact du désinfectant sur mes plaies ouvertes me faisait tremblé d'avance. J'allais souffrir, ça, c'était certain. Mais la douleur était une étape incontournable sur le chemin de la guérison.

J'avais détourné le regard du jeune blond l'espace d'un instant mais quand je releva mon seul oeil valide vers lui je le trouva pâle. Il avait l'air d'hésiter à me soigné. Il avait eu beau me dire qu'il ne craignait pas le sang, il s'était stoppé net en voyant mon pull emplis de mon liquide rougeâtre. Heureusement que je cachais la plaie de mon bras gauche grâce à ce même pull. Je le sentais mal, il allait s'évanouir, j'en étais sûr. Puis, je le vis reprendre son parcourt et se poser devant moi. Il semblait gêné de me voir torse nu vu ses joues qui se teintaient, au fur et à mesure qu'il observer le haut de mon corps, de rouge. Cela ne me dérangeait pas le moins du monde, t'en que ça pouvait lui faire penser a autre chose que le sang. Puis, surement en voyant que je le fixais, il détourna son regard pour en revenir sur mes blessures. En se mettant à l'action il n'arrêtait pas de me parler de choses plutôt banal. Il me fit rire en me demandant si j'en voulais a ces pauvres vases. Je ne sais pas si c'était moi qui en voulais à ces vases ou bien le contraire vu ce qu'ils m'ont rendu pour les avoirs briser. Puis ces questions se faisaient de plus en plus personnel. Pour qui voulais-je acheté des fleurs ? Quoi que je fasse, ma mère revenait toujours me hanter, je ne voulais plus penser a elle. Je sais que je voulais aller la voir, mais pour me faire rejeter encore une fois, non merci. Autant rester ici, en charmante compagnie, et qui plus est, qui m'accepte malgrés les dégâts que j'avais causé. Ces gestes étaient asser approximatifs. Il tremblait. Il me faisait mal en appliquant le désinfectant sur mon bras. Je le regardais d'un air perplexe. Il continuait a me noyer de questions sans même attendre la moindre réponses de ma part. J'aurais bien voulu répondre a ces questions mais je n'en avait pas eu le temps. Je le voyais s'agenouillait sous la pression, m'annonçant qu'il ne se sentait pas très bien. Cela se voyait, la pâleur l'avait repris. Je mis ma main sur son front pour lui maintenir la tête pour qu'il ne puisse pas basculer en avant. Il était brûlant et tremblé de tous ces membres. Je ne savais pas qu'on pouvait faire une telle réaction fasse à une phobie.

- Hé petit ! Tu m’entend ?

Ah ! Pourquoi ne lui ai-je pas demandé son nom avant ? Je le voyais plaquait sa main contre sa bouche et poussait un soupir. Allait-il vomir ? Là, maintenant ? Ho non ! Je cherchais dans toute la boutique un endroit où je pourrai l'allonger pour qu'il se remette de ces émotions. Je pris l'initiative de le porter. Il me semblait qu'il était surpris. Qui ne l'aurait pas été si un parfait inconnu, rencontré à peine quelques minutes auparavant, nous porter ? Il était plutôt léger. Je n'eu aucun mal à le soulever. Il sentait très bon, une odeur de fleurs mélangé à une odeur fruité. Je regardais encore une fois son visage. Très fin et bien proportionné. Sa main était toujours plaqué contre sa bouche. Je détourna le regard pour ne pas faire une autre bourde. Je ne voulais pas le blesser. Sa peau si frêle ne mérite en aucun cas une quelconque cicatrice. Il parait si innocent. Je suis presque jaloux. Il devait être aimé par tellement de personne.

Je m'étais dirigé vers l'arrière boutique et, a ma plus grande joie, se trouver une banquette. J'y avais déposé le plus délicatement possible le jeune blondinet. Je m'étais agenouillé auprès de lui. Il avait les yeux fermés et semblait encore crispé de dégoûts. Je m'étais relevé délicatement. Je cherchais d'un coin de l'oeil ce qui pourais servir de couverture. Il faisait plutôt froid dans cette pièce et je ne voulais pas qu'il tombe encore plus malade qu'il ne l'était déjà. Finalement mes recherches portèrent leurs fruits et me dirigèrent vers un manteau plutôt long. Il devait surement appartenir au jeune homme. Je le recouvris du tissu avec beaucoup de délicatesse. Je l'avais regardé encore quelques secondes avant de me dire que ça serais pas mal que je m'occupe de mes entailles. Je ne pouvais malheureusement pas compté sur ce mignon petit vendeur. Dommage, sentir encore le contact de sa peau contre la mienne ne m'aurait pas dérangé. Mais a quoi suis-je en train de penser ? Je me grattais frénétiquement les cheveux pour m'enlever ces pensées pour le moins... gênantes.

J'avais finalement réussi a me déssider de m'occuper de mes blessures. Je m'étais réinstallé dans la pièce principale, la ou se trouver tout le nécessaire pour me soigner, et avait entrepris de désinfecter une à une mes plaies. Les plus difficiles fût celles qui se trouvaient dans mon dos. Elles étaient difficiles a atteindres mais  malgré tout j'avais réussis à faire le plus gros. Le saignement c'était arrêté. J'avais commencé a bander mon bras quand je réalisa qu'un morceau de verre était encore resté planté dans ma chaire. Un minuscule petit bout de verre, mais suffisamment gros pour qu'il me rappelle des mauvais souvenirs. Pourquoi fallait-il que cette journée revienne dans mon esprit systématiquement ?  Prudence ... Elle me manquait tellement.

Je pris finalement le minuscule bout de verre entre mes doigts et le sorti délicatement de ma peau, non pas sans esquisser une grimace de douleur, et le jeta dans la poubelle qui se trouvé sous le comptoir. Finalement je fini d'emballer mon bras dans la bande. Après avoir fait cela, je m'étira un bon coup, mes muscles étaient tout endoloris a force de rester dans la même position. J'entrepris de remettre mon pull quand je m'aperçu que les troues s'étaient élargie et que, malgré le fait que le pull soit noir, on voyait de grosses auréoles de sang. Et merde, comment j'allais faire ? Je n'allais tout de même pas rentrer comme ça ? Peut être que le magasin avait des t-shirt de dépannage que je pourrais éventuellement empreinté ? De toute façon il fallait que j'en prenne un.
Je me dirigea de nouveau vers l'arrière boutique. Le jeune homme était toujours là, allonger. Cela me fit sourire.

Finalement je me remis a recherché un t-shirt dans le grand placard qui se trouvais là. Ma joie fût grande en trouvant ce qui était pour moi le Graal. Je l'enfila vite tout en faisant attention a ne pas touché a mes blessures. Quand il fu mis je me redirigea vers le blondinet. Il semblait dormir. Je posa délicatement mes doigts sur ses cheveux et les fi se balader sur son visage. Je m'agenouilla finalement prêt de lui et posa ma tête sur mon bras droit tout en continuant à le frôler de mes doigts. Je pouvais sentir sa douce respiration sur mon visage tellement j'étais prêt de lui. Il était si mignon.

La première chose que je ferais, quand ce prince aux bois dormant se réveillerait du sommeil que je lui ai lancé, serais de connaitre son nom. Après tout, on allait surement bosser ensemble non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 276
Sucettes : 487
Date d'inscription : 24/06/2015

Your Identity Card
Âge: 18 ans
Amoureux: ///
Présent/Absent: Présent
[✘UKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Kenji Takahiro
[✘UKE✘]
Mar 1 Mar - 17:24
Le jeune homme à la chevelure blonde ne se sentait réellement pas bien. Tremblant, une main fermement plaquée sur la bouche, sans doute pour s'empêcher de vomir au cas où des nausées le prendraient soudainement, il semblait même avoir de la fièvre tant son corps brûlait. Ce n'était pas la toute première fois qu'une chose pareille arrivait, son corps et son esprit n'avaient jamais été très braves face aux blessures en tout genre. Quand il se blessait, il prenait sur lui-même pour rapidement se soigner avant que les choses s'aggravent, mais cette fois... Il pensait pouvoir gérer et aider le jeune homme à la chevelure noire, mais il était plus un boulet qu'autre chose, sur le moment. Il pensait qu'il allait pouvoir le supporter, mais il n'avait sans doute pas vraiment pris conscience de l'ampleur des blessures de cet homme, et surtout de l'effet qu'elles pouvaient causer sur sa propre personne. Il n'aimait pas ça, il n'aimait vraiment pas ça. Cela faisait bien longtemps que cela ne lui était pas arrivé et il fallait évidemment que cela arrive maintenant, face à ce jeune homme dont il ne connaissait rien. Dont il ne savait rien. Est-ce qu'il était au moins fiable ? Il n'en avait strictement aucune idée. Tout ce qu'il avait pu remarquer était qu'il avait un rire relativement plaisant. Il n'avait rien d'un dérangé, d'un psychopathe, ce qui se révélait même rassurant.

Pour le moment, le jeune homme à la chevelure blonde n'avait décidément pas la tête à réfléchir à quoi que ce soit. Il n'avait pas envie de penser, ne pouvait pas vraiment penser. La seule chose qui arrivait à le calmer un tant soit peu était la main de Joshua qui retenait sa tête pour ne pas qu'il tombe en avant. Elle lui semblait tellement froide... Tellement plaisante, dans un sens. Quand il lui parla, lui demandant s'il l'entendait ou non, il bougea dans un semblant de hochement de tête, main toujours plaquée contre sa bouche, empêchant ses lèvres de s'ouvrir plus. Ce n'était pas réellement le bon moment pour parler. Il se sentait nauséeux, et il savait que même sans parler, simplement en ouvrant la bouche, il aurait sans doute encore plus envie de vomir qu'auparavant. Il préférait donc ne pas tenter le diable, même pour le jeune homme à la chevelure noire à ses côtés, qui avait la gentillesse de rester auprès de lui et s'inquiéter à son sujet. Au moment où il le prit soudainement dans ses bras, sans difficulté aucune, le jeune blond s'en voulut d'être dans un tel état de faiblesse, le forçant à le porter ainsi. Il devait quand même avoir mal... Ses blessures n'étaient toujours pas traitées, après tout. Il le connaissait à peine et était déjà si attentionné... Le blond se disait que ce jeune homme devait réellement être différent de tous les autres. Son apparence ? Son comportement ? N'y avait-il que ça ? Il n'en avait clairement aucune idée. Et pourtant, sa présence n'était pas désagréable. Il devait avoir un sacré charisme, au fond. Le genre de type qu'on apprécie facilement. Rassuré, mais surtout mal, il ferma les yeux, crispé.

Il sentit l'homme avancer en direction de ce qui semblait être l'arrière-boutique, si le jeune blond se souvenait du chemin. Il était tout de même un peu désorienté, ce qui ne rendait pas les choses très faciles pour se repérer. De toute manière, il n'avait pas à s'en faire, dans les bras du noir, il n'allait rien tenter. Enfin, sans doute... La main fermement plaquée sur sa bouche l'en empêchait. Et puis même s'il venait à tomber dans les pommes, ce qu'il n'allait sûrement pas tarder à faire, cela le dissuaderait de tenter quoi que ce soit, un peu plus. Il replia légèrement sa jambe droite contre lui, son pied glissant contre la matière du sofa, sans pour autant ouvrir les yeux. Pouvait-il être plus mal que ça ? Il n'en avait pas l'impression. Il n'avait pas vraiment touché le fond non plus, mais quand même... Il sentit quelque chose s'étaler sur lui, quelque chose de chaud, presque comme une couverture. Peut-être un manteau ? Le blond se souvenait qu'il était venu avec un manteau relativement long, c'était peut-être ça... N'ayant plus la tête à réfléchir depuis bien longtemps déjà, il commença réellement à sombrer. Ses paupières déjà closes se firent encore plus lourdes qu'auparavant. Au bout de quelques secondes, rassuré sans doute par la présence de quelqu'un dans la boutique en qui il commençait à avoir confiance sans même réellement le connaître, il s'endormit. Il n'y avait rien de mieux pour le calmer et faire baisser la fièvre qui s'était emparé de lui.

Sans savoir combien de temps était passé depuis qu'il s'était endormi, le jeune homme à la chevelure blonde émergea doucement. Il se sentait déjà mieux et se demandait combien de temps s'était écoulé depuis qu'il avait perdu connaissance. Réprimant un baillement du mieux qu'il le put, les yeux entrouverts, il entendit des bruits de pas dans la direction de l'arrière-boutique. Il referma les yeux par précaution, faisant semblant de continuer à dormir. C'était encore l'homme à la chevelure noire, apparemment... Enfin, c'est ce qu'il espérait. Il n'aurait pas aimé qu'un inconnu s'introduise dans l'arrière-boutique ainsi. Il rouvrit sensiblement les yeux pour voir qu'il lui tournait le dos. Quand il en fut absolument certain, il ouvrit entièrement les yeux pour venir observer le buste de l'homme. Il avait pris soin de ses blessures, c'était une bonne chose. Devant ses yeux se produisait une scène peu commune. Un homme qu'il connaissait à peine était en train de changer de haut devant lui. Bon, il était de dos et le blond était encore à moitié endormi, mais cette action réussit à faire prendre à ses joues une teinte encore un peu plus rouge, alors qu'il avait réussi à se calmer. Mais quand il se retourna et commença à avancer en direction du canapé, il referma les yeux sec et fit comme s'il dormait. Il contrôlait sa respiration du mieux qu'il le pouvait, tentant de rester le plus calme possible. S'il était découvert, il prétexterait un cauchemar... Alors qu'il était plutôt dans une sorte de rêve éveillé, à ses yeux. Il le sentait, si près de lui, ses doigts qui dirigeaient ses cheveux sur son front... Si près... Il était si près...

Oh bon sang, oh bon sang, oh bon sang...
Si je me redresse, c'est limite si on s'embrasse... Il est tellement près...
Je pourrais ouvrir les yeux et le regarder pour connaître les détails de son visage mais...
Euh... C'est un peu étrange... Trop étrange, même...


Prétextant qu'il était endormi, encore une fois, il bougea sensiblement dans un très léger soupir, accompagné d'un gémissement d'expression à peine perceptible. Sa tête bascula légèrement sur le côté, sa jambe se replia un peu plus dans sa direction, sa main droite glissant du côté du canapé pour ne plus être couverte par le manteau et être en dehors de la zone d'appui offerte. Mais au bout d'une longue dizaine de secondes, il n'arrivait plus à tenir. Il rouvrit légèrement les yeux, faisant comme si il venait tout juste de se réveiller, avant de sensiblement s'étirer en refermant les yeux. Décidément, il allait mieux. Beaucoup mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Mar 12 Juil - 17:45
Je continuais à caresser ces doux cheveux d'un blond de jet quand le jeune garçon poussa un léger soupir. Il replia sa jambe vers lui et dirigea sa main hors de porter de la veste. Avait-il chaud ? Il commençait à bouger de plus en plus, me décidant a retirer ma main, je me sentais obliger de m'éloigner de lui. Je ne voulais pas perturber son réveil.

Je m'étais relevé, et avait fait demi-tour. Mes pas m'avaient conduis devant la porte de l'arrière boutique. Mon regard était toujours porté sur lui. Ces gestes étaient de plus en plus fréquents. Il allait se réveiller c'était certain.

Le jeune blond ouvrit finalement ses grands yeux bleus puis les refermât pour enfin s'étirer de tout son long. Il en profita pour envoyer valsé la pauvre veste qui lui servait de couverture de fortune. Il avait l'air d'aller beaucoup mieux, j'en étais rassuré.

Je me surpris à sourire en voyant le doux visage de ce jeune inconnu. Ça ne m'étais jamais arrivé auparavant et sûrement pas pour un garçon. Rien quand pensant à ça, mes joues ont commencés à se teinter de rouges. L’embarra me submergeât, cela faisait un long moment que je n'avais pas ressenti ce sentiment. La gêne eu raison de moi et mon regard se détourna du jeune blond. Ma main vain se glisser sur mon visage à hauteur de ma bouche. Elle y resta un petit moment avant de monter vers mon oeil gauche pour enfin finir par le masser. C'est fou comme un oeil mort peut être aussi dure a entretenir qu'un oeil valide. Je restai un petit moment comme ça avant de finir par découdre mes lèvres.

«J'es... J'espère que tu vas mieux ... Pardon, c'est ma faute si tu es tombé dans les pommes

Je me comportais vraiment comme un enfant qui aurait fait un bêtise ... C'était navrant ...
Il devait vraiment me prendre pour un fou ce ... Heu ... Son nom ? Quel est-il déjà ? Arg ! Je savais que j'oubliais quelque chose ! Il fallait que je lui demande maintenant !

«Ah ! J'ai oublié de te demander ! Comment te nommes-tu ?...»

Au moment où je posais ma question, le bruit de la clochette du magasin, que je trouvais douce auparavant m'avait interrompu brutalement, signe qu'un client venait de rentrer et attendait sûrement qu'on le serve.Je baissa la tête. J'étais dégoûté qu'on me coupe ainsi. Ne saurais-je donc jamais le nom de l'homme qui me fait ressentir des sentiments totalement nouveaux ? Je poussais un léger soupir avant de jeter un coup d'oeil à celui que je considérais comme «mon petit protégé». J'asseyais de lui lancer un sourire le plus doux possible. Il ne fallait pas qu'il bouge pour le moment, il me semblait encore trop faible pour pouvoir se lever. Je mettais donc mis en tête de m'occuper moi-même du client le temps que le jeune blond se remette sur pied. Bonne ou mauvaise idée ? La réponse était forcément «mauvaise idée» mais j'étais du genre débrouillard et je me sentais prêt à relever le défis.

«Reste tranquille pour le moment, je m'occupe du client. Si j'ai besoin d'aide je t'appelle d'accord ?»

Je n'avais pas attendu sa réponse que mon corps avait déjà dépassé le seuil de la porte menant de la réserve à l'avant de la boutique, là où était entreposé toutes la marchandise.

L'homme qui me faisait face devait avoir une cinquantaine d'année. Il devait sûrement se rendre dans un endroit chique avec son costume trois pièces bleu marine.

«Bonjour monsieur, puis-je vous aidez ?»

L'homme se retourna vers moi, il semblait gêné et désorienté.

«Ah oui je ... Aujourd'hui, ma femme et moi, fêtons nos vingt ans de mariage et je ne sais pas quoi choisir comme fleurs ... J'aimerais quelque chose de moins commun que les roses et qui exprimerait autant l'amour que je lui porte ... Oui je sais ma demande est un peu bizarre ...»

Tant de timidité et de pureté chez un homme, de cet âge qui plus est, c'est assez rare mais très touchant.

« Ne vous inquiétez pas, je vais trouver ce que vous cherchez, si vous voulez bien patienter en attendant.»

Je m'étais courbé pour le remercier d'attendre et je scrutais à présent les rayons de la boutique pour trouver ce qui pourrait correspondre au mieux à la demande du client.

Malgré sa petite taille, la boutique offrait beaucoup de choix. Il y avait des roses, rouges, roses et blanches, des orchidées, en passant par de tulipes et des jacinthes. Tellement de fleurs pour signifier une seule chose : l'amour. Je ne savais toujours pas lesquels choisir quand je trouvai enfin la bonne : l'azalée.

« Tenez monsieur, je pense que cette fleur feras l'affaire. Elle représente à merveille l'amour tendre et heureux et en plus de ça, elle est très jolie avec cette couleur mauve.»

Je tendais la fleur au vieil homme. Il avait l'air content de ma trouvaille.

«Elle est très jolie, et cette couleur, c'est celle que ma femme préfère ! Je vais vous prendre un bouquet d'au moins quinze de ces fleurs s'il vous plaît !

-Ah oui bien sûr ! Tout de suite !»

Je me dirigeais de nouveau vers le vase où était entreposé les fleurs et je commençais a former le plus beau bouquet que je pus faire. Mais le plus difficile était de les maintenir ensemble avec du jolie papier. Je ne savais vraiment pas comment faire, les fleurs étaient entrain de tomber de part et d'autre. Je ne voulais vraiment pas les abimés mais je ne savais pas du tout comment m'y prendre ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Tout en fleurs et en fracas (ft Kenji Takahiro)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Commerces :: Boutique de fleurs Hanami-
Sauter vers: