:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une rencontre au détour d'un café

avatar




Invité
Invité
Mar 19 Jan - 15:30
J’ouvris les yeux, un léger voile transparent me cache la vue sur mon réveil. Il est 9h15 je ne peu plus dormir pourtant aujourd’hui je suis en repos. Je décide de me lever pour prendre ma douche en espérant que cela me donne un semblant de courage pour la suite de cette journée qui s’annonce de mauvais augures.

L’eau qui ruisselle le long de mon visage efface temporairement la fatigue. J’ouvre mon armoire pour attraper un pantalon et une chemise, je décide de prendre mon café à l’extérieur. Je sors de mon immeuble et c’est un ciel gris et chargé qui m’attend. Sur la route les gens semble courir dans tout les sens, ne cherchant pas à communiquer les un avec les autres. Que le monde est bien triste me dis-je.
Je décidé de passé par le parque ou je m’attarde sur la beauté d’un cerisier en fleur. Je continuais mon chemin pour finir par m’arrêter devant la porte d’un bar que je connaissais que trop bien, il s’agit du lieu ou je travail tout les soirs après mes cours. J’entre le patron me salua étonné de me voir ici et me lança une vanne.

« Hé Ame alors tu veux faire des heures supplémentaire, moi sa m’arrange, je peux partir alors ? »
«  Bonjour, à la place de me charrié  sert moi plutôt un café »


  Je regarde dans le vide, essayant de boire mon café bien noir, je me trouve au sein d'un bar aux murs de couleur taupe et aux cadres représentant  des gâteaux de toute sorte pour bien démontrer au client la spécialité du lieu pour des pâtisseries venues du monde entier. Je suis assit sur la banquette rouge du fond  à l'opposé de la porte d'entrée.

Le lieu m'en ivre de ses douces odeurs de pâtisseries juste sortie du four. Je pense qu'il s'agit de cake au chocolat mes préféré.  J'interpelle alors la serveuse qui est habillée d'une robe rose et d'un joli petit tablier en dentèle fuchsia. Je lui demande alors de me servir un petit cake.

Durant ce temps je  sortie de mon sac un catalogue d'annonce peu épais que j'ai récupéré dans une agence immobilière près d'ici. Sur la page de couverture est gravé «  trouvé le lieu de vos rêves on en fait  notre priorité ». Je cherche un appartement plus spacieux que celui que je possède actuellement. Mon regard ce tourne vers la première page à ma gauche pour regarder les appartements proposés à la location. Il me dirige alors à la quatrième page. Je recherche un appartement d'au moins 75 m².

Soudain un frisson me parcours le corps à la vue des loyers exigés par les propriétaires. Je ne suis qu'un  étudiant qui ne peut avec son simple salaire assumer un tel loyer. Au fils des pages mon cœur s'accélère de plus en plus comme pour un marathon. Je sens mon rêve s'éloigner de plus en plus et une boule dans ma gorge se forme.

La serveuse me servit mon cake. Je soufflais un bon coup et je croqué tendrement dedans, le goût du chocolat affola mes papilles et me remonta le morale, je replonge dans le catalogue tournant désespérément les pages à la recherche du bien tant convoité. Je finis par pauser mon regard sur un appartement situé en plein centre à 30 minutes en tramway de l'université et à 40 minutes en bus de mon travail. C'est presque parfait me dis-je et d’un geste de la main j’entoure en rouge l'annonce, le seul défaut encore une fois était le prix.

Je pris soudain peur en voyant l'heure, il fallait que je rentre chez moi pour réviser mes cours. Je range mes affaires en vitesse et je me dirige vers la porte. Oubliant le catalogue ouvert sur la page où j'avais entouré l'annonce qui me correspond.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Sam 30 Jan - 6:05
Soleil, ciel bleu sans nuage, douce chaleur, et avis d'expulsion. Voilà a quoi j'ai eu le droit en me réveillant d'une dure soirée ce matin. Adieu l'insouciance que me faisait vibrer et bonjour les emmerdes de la vie active et d'un doux quotidien. Je savais que l'immeuble dans lequel je vivais était plutôt réputer pour être insalubre avec ses murs qui perdent leurs crépis et les énormes fissures qui gonchaient de part et d'autres toutes leurs longueurs, son ascenceur datant au moins des années 70 et le côtés obscure des studios. Je l'avais choisi, bien sûr, non pour son «charme» mais pour son prix qui était plus qu'attractif. Je ne pensais pas que ce vieil immeuble allait finalement être détruit, surtout un mois après mon arrivée. J'avais enfilé un pantalon noir, assez simple je dois l'avouer, une chemise, elle aussi, noir et mon long manteau en coton avec mon écharpe bleue foncée. J'étais tellement pressé et sur les nerfs que je n'avais pas petit déjeuné. Je devais aller voir mon logeur maintenant pour avoir des explications. J'avais fait une avance sur mes trois prochains loyer, ce qui représentait une coquette somme. Il nous renvoyait  comme des mal propres alors il devait au moins nous rembourser !Arriver sur le palier du logeur, je me rendis compte que celui-ci avait déguerpis très vite, la porte de son appartement était ouverte et celui-ci était vide. Plus aucun meubles nulle part. Il ne restait que quelques cartons et bibelots par-ci par là. C'est à ce moment là que j'ai compris que je ne reverrais jamais mon argent. Je décidais de retourner dans ce qui n'allait bientôt plus être mon studio. Une fois sur le palier je regardais une fois encore l'avis d'expulsion accrocher sur ma porte. Il indiquait que je devais avoir vider les lieux avant un mois, si non, la police viendrait me déloger. J'arrachais violemment le papier et décida d'aller me calmer en allant prendre mon petit déjeuner à l'extérieur, mon estomac commençait a crier famine.

Une fois sortie de l'immeuble je pris une grande inspiration. L'air frais rentra dans mes poumons et me calma. Il faisait beau, donc valais mieux en profite. A Hiroshima la météo pouvait très vite changer. J'avais décidé de passer par le parc pour me dégourdir les jambes. Je ne savais pas où aller pour prendre ma collation. Je m'étais dit que j'irais là ou le vent m'emporterais. Après une bonne vingtaine de minutes j'avais enfin trouvé un endroit ou me poser. Un petit bar, ma foi, fort sympathique. J'allais rentrer quand je bousculais un jeune homme brun à la carrure très imposante. «Excusez moi» soufflais-je tout en restant impressionné par l'homme qui me faisait face. Celui-ci ne me répondis pas et continua son chemin. Quel culot il avait celui-là !

Après cette petite bousculade je m'installais près du bar à une petite table ou, manifestement, quelqu'un était déjà passé. En effet il restait sur la table une tasse de café, une petite assiette avec des traces de chocolats à l'intérieur et un magazine. Rien d'extraordinaire mais, en regardant de plus près le magazine, je vis que c'était celui d'une agence immobilière. «Ho ! Intéressant dit donc !». Je le pris pour commencer à le zieuté. Il était déjà ouvert à une page et un appartement était entouré. «Whaou ! Il est cool cet appartement !». En effet, il était situé à un endroit stratégique dans la ville et n'était pas très chère et assez spacieux. Je pouvais me le payer grâce au sous que gagner ma mère en peignant ses tableaux malgré son hospitalisation. Elle ne supportait plus de me voir et faisait tout pour m'éviter mais elle m'offrai quand même cet argent sans même que je lui en demande. C'était gentil de sa part mais, j'aurai quand même préféré qu'elle joue son rôle de «mère» avec moi et non qu'elle m'achète pour ne plus avoir à me voir.

Je continuais a regarder cette offre quand je fus interrompu par la serveuse qui me demanda ce que je voulais prendre. Je  lui répondi qu'un chocolat chaud me suffirait. Elle me sourit d'une façon très mignonne et se dirigea vers le bar. Je continuais à l'observait quand je vis le jeune homme imposant de tout à l'heure. Il semblait rechercher quelque chose quand je me rendis enfin compte qu'il se dirigeait dans ma direction.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mer 3 Fév - 15:14
Ma main atteignait presque la poignée de la porte quand soudain un jeune homme ouvrit la porte et me bouscula avec une telle fougue que je ne pus m'empêcher de faire un pas en arrière. Il avait un visage très pâle aux traits si fin et parfaitement dessiné qu'on aurait dit une poupée de cire. Il resta un moment à me fixer, comme s'il faisait face à une muraille infranchissable.  

Pour autant pris dans mes pensés je ne fis guère attention à ses excuses et continua ma route. Malgré tout son visage me resta un moment en mémoire  Je sorti du bar et entreprit  mon chemin. Le vent commençait à se lever et  mes cheveux bougé dans tous les sens, un frisson me parcouru et m'incita à traverser la rue pour faire face au soleil afin de me réchauffer. En face de moi une dame âgée et son petit chien orné d'un manteau  avançaient  non sans difficultés en direction du Parc.
« Qu'est-ce qu'il est ridicule ce chien avec son petit manteau en laine, il ressemble plus à un mouton qu'a un chien »Marmonnais-je

Je décidais finalement de m'asseoir sur un banc pour étudier l'annonce immobilière que j'avais entouré plutôt, tempi pour les devoirs je les ferais plus tard de toute façon je n'étais pas connu comme le premier de la classe.  J'attrapais mon sac à dos de couleur gris foncé pour en ouvrir la fermeture éclaire, qui était déjà ouverte et qui plus est en grand. Je cherchais désespérément mon catalogue mais  seul mon agenda faisait bonne figure dans mon sac.  

Un sentiment  de méprise à mon égard  m’envahit. Quel con où j’ai pu faire tomber mon catalogue. La journée avait assez mal commencé et elle n'était loin d'être terminé. Il me resté plus cas refaire mon chemin en sens inverse. Je me levais d'un bon ce qui fit aboyer le petit chien d'une voie rock qui me surprit pour un si petit animal.

Je me dirigeai vers la sortie du Parc  passant devant le cerisier en fleur pour la troisième fois de la journée. J'accélérais le pas en regardant de par et d'autre du trottoir. Je sentais tout mon être trembler d'inquiétude, car il était certain qu'un tel appartement ne resterait pas sans locataire bien longtemps et plus j'y pensais et plus il me fallait cette appart. Au fils de mes pas mon sac frappait mon dos  et la fermeture émettait un petit cliquetis incessant.  Je m'arrêtais nette devant la porte du bar, zieutent par la vitre pour voir si mon catalogue était parterre. Je ne voulais pas entrer pour entendre mon patron et son humour qui ne fait rire que lui.

Je finis par me décider à entrer dans le bar et par chance le patron c'était absenté. Je regardais dans la salle et je vis le jeune homme qui m'avait bousculé plutôt, assis à la même table que moi avec mon catalogue en main. Je pensais qu'il n'était pas gêné de s'être accaparé un objet ne lui appartenant pas. Je sentais mes pas devenir de plus en plus lourd comme pour me rappeler le poids sur mes épaules qu’avait provoqué une telle journée. Je me dirigeais vers le jeune homme qui m’aperçut. Je respirais un grand coup pour paraitre le plus aimable possible et je lui dis directement sans détour« Et toi, tu peux me rendre mon catalogue ».
Je sentis mon visage se durcir au son de ma voix. Le jeune homme resta à me fixer semblant surprit par ma réaction. Je savais que je n'avais pas été très cool, mais après une telle journée il était normal d'être un peu du moins énervait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Lun 8 Fév - 18:10
Le jeune homme fonça vers moi a tout allure. Je n'avais même pas encore eu le temps de réaliser ce qui m'arrivais qu'il m'agressa en lâchant un « Et toi, tu peux me rendre mon catalogue». Son visage était dur, et l'homme semblait vouloir me casser la figure. J'étais restébouche B devant cette «armoir». D'un seul geste il pouvait me balayer comme une vulgaire mouche. Son catalogue ? Il venait m'agresser pour un simple catalogue qui pouvait se trouver n'importe où ? Cet homme était-il réellement sérieux ?

«Calmez-vous ! Et puis ce magazine était déjà là quand je suis arrivé ! Je n'ai rien volé du tout et vous pouvez demander à la serveuse ! Et puis qui me dit qu'il est vraiment à vous ce magazine ?»

Sous le coup de l'énervement, mon calme légendaire avait laissé place à une colère noir et je m'étais lever de ma chaise pour faire face àce colosse. Ce n'était pas le moment de me casser les pieds pour un vulgaire catalogue ! Et puis la politesse n'a jamais tué personne ! Ce n'était pas parce qu'il était baraqué et plutôt classe qu'il pouvait se permettre de se croire au-dessus des autres !

J'étais tellement crispé que je sentais que mon visage viré au rouge et que mes veines se trouvant sur mon front gonflés au fur et à mesure du temps qui passé. La serveuse qui m'apportait mon chocolat n'osa pas interrompre cette confrontation et repartit en direction du bar tout en continuant à nous fixé d'un regard interrogateur. Le propriétaire du bar qui sortait de l'arrière boutique nous rappela a l'ordre.

«Hé vous là-bas ! Pas de bagarre ici ! Ame, est-ce que tout va bien ?»

J’arrêtais de fixer le brun pour détourner mon regard en direction du barman afin de le rassurer et pouvoir tirer les choses au clair.

«Tout va bien monsieur,  juste un petit mal entendu.»

Tout en disant cela j'avais fait glisser délicatement mon regard du barman au siens, à ce géant. Il s'appelait donc Ame ? Un nom plutôt banal je trouvais sur l'instant, mais bon, je dois avouer que l'énervement parlait plus en mon nom à cet instant.

Je repris finalement mes esprits et entrepris de me rassoir. Je joignis mes mains ensemble avant de les porter à mon visage et de les posait sur mon front. Je ne sais pas ce qui m'avais pris l'espace d'un instant mais je ne voulais pas recroiser le regard de brése de cet homme qui avait réussi a me mettre hors de moi, ce que je dois dire, n'est pas quelque chose de facile a faire !

Je jetais un rapide coup d'oeil au catalogue. L'annonce entourer en rouge m'interesser beaucoup et ce brun voulait juste récuper «son» magazine. Je pouvais donc lui demander de me le prêter juste quelques instants, le temps de noter toutes les coordonnées du précieux bien que je convoité.

«Je vais vous rendre votre magazine ne vous inquiétez pas mais juste avant permettez moi de prendre les informations sur cette appartement. Je vous en serais très reconnaissant.»

J'essayais d'arborer un ton calme et détendu mais ma voix était rauque et tendu.

Sans même attendre la moindre réponse de sa part, je sortis un stylo qui se trouver dans ma poche intérieure gauche ainsi que mon petit carnet noir et commença à tout écrire. Je ne savais pas si le colosse me fixais de son air hautain mais je m'en ficher. Il allait devoir attendre et ça n'allait pas lui faire de mal !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Mar 1 Mar - 14:22
La voix de mon patron raisonnait dans tout le bar, comme une alarme avertissant d'un incident imminent,  je sentais bien que j'étais allé trop loin cette fois. Son visage exprimait sa colère mais d'un autre côté comme une inquiétude, qu'il essayait d'enfouir au plus profond de lui.  Mais une part de fierté en moi me tenait sous pressions pour ne rien lâcher.

La première chose qui me vint à l'esprit était de rassurer mon patron. Je n'avais pas forcement envie  de le mettre en colère car,  il m'avait bien arrangé en m'offrant ce travail, de plus il était un peu comme un mentor pour moi, me poussant à toujours plus me dépasser surtout lorsque je vivais des moments difficiles. Lui et sa femme sont d'origine martiniquaise et il m'avait offert l'hospitalité le temps que je trouve un studio. Il était très impressionnant du haut de ses  1m 86, un véritable mur de muscle.

Oui Agile tout va bien, un simple malentendu  comme il l'a si bien dit !!

Bon, d'accord Ame, mais pas de bagarre ici ! Entendu ?

Je recentrais mon attention sur ce jeune homme, devenu rouge de colère en entendant ma réaction. Il s'était levé de sa chaise en trombe comme pour se donner de la contenance.
Il ne semblait pas vraiment comprendre ce qu'il lui arrivait mais pour autant, il ne se laissait pas faire, il devait avoir un fort caractère.  Petit mais nerveux le garçon.

Je sentais un rire nerveux se coincer dans ma gorge, en voyant ce jeune garçon me regarder d’un ère si sérieuse.  Je prenais une grande inspiration durant un instant afin de me calmer et de me recentrer vers une conversation bien plus civilisé. Il venait de soumettre son souhait de pouvoir  prendre les références sur l'appartement que j'avais entouré en rouge auparavant et cela sur un ton rauque mais, je ne pouvais le lui reprocher après notre interaction bien mouvementé.

J'étais sur le point de lui dire que j'étais moi-même intéressé par cette annonce mais qu'il pouvait tout de même en prendre connaissance et cela, c'était avant que je le surprenne entrain de  commencer à écrire  les infos avant même de connaître ma réponse.
Un sentiment me submergea  en une fraction de seconde sans que je puisse  vraiment contrôler les mots sortant de ma bouche.

Dite moi, on ne vous a jamais appris à attendre la réponse d'une personne avant de passer à l'action chez vous ?

Je savais que je devais tout de même rester correcte pour Agile, alors d'une voix  aussi calme que je le pouvais, en m'étonnant moi-même je lui  dis «  Je m'apprêtais à vous proposer de prendre ses informations malgré, le fait que j'étais aussi resté accroché à cette annonce. Malgré tout votre façon d'être me fait regretter mon enthousiasme à partager mes informations avec vous. »

Sans le vouloir vraiment, j'avais entendu m'a façon de parler qui raisonnait si faussement que j'en avais envie de vomir de dégoût. Qu'est-ce qui m'arrivait ce n'était pas mon genre de vouloir rester aussi  calme et posé, d'habitude, j'aurais relancé de plus belle le conflit afin d'obtenir ce que je voulais comme un enfant capricieux. Mais là ce jeune homme que je connaissais depuis seulement deux minutes m'avait surpris par son franc parlé et sa détermination.

Le jeune homme continuait à écrire dans sont petit carnet noir, en faisant mine de rien écouter  le regard rivait sur son stylo.  Il ressemblait à un enfant en train de bouder dans son coin.
Je ne savais pas pourquoi mais, je sentais soudainement mes membres se relâcher comme d'étendu. La situation me parut tellement cocasse qu'un rire m'échappait et je ne pouvais plus m'arrêter.

HA HA HA AHA AHA

Tout le monde me regarda sans vraiment comprendre mon raisonnement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Sucettes : 231
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 20

Your Identity Card
Âge: 20
Amoureux: Nope.
Présent/Absent: Heu... quand je pourrais ?
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Joshua Aika
[✘SEKE✘]
Mer 16 Mar - 16:50
J'étais en train d'écrire toutes les informations qui étaient à ma dispositions dans cette annonce. J'avais commencé par noter l'adresse, le numéro de téléphone du vendeur quand je fus, encore une fois, interrompu par ce géant insupportable. Si je n'avais jamais appris à attendre la réponse de quelqu'un avant de passer à l'action ? Ho si, je suis toujours d'une extrême politesse mais que avec ceux qui le mérite et cet homme en faisant délibérément pas partie.

Il continua à me faire des reproches d'une voix qui se voulait douce et calme mais qui en réalité sonnait faux:

«  Je m'apprêtais à vous proposer de prendre ses informations malgré, le fait que j'étais aussi resté accroché à cette annonce. Malgré tout votre façon d'être me fait regretter mon enthousiasme à partager mes informations avec vous

Je n'avais qu'une envie, lui mettre mon poing dans sa figure. Il était clairement en train de rabaisser mon éducation ! Il se permettait de me juger mais il ne se remettait même pas en question ! Il ne me connaissait pas, il ne connaissait pas ma vie, ni mon histoire !

Malgré tout je continuais à écrire sur mon carnet, les yeux rivés sur mon stylo. Je voulais absolument éviter son regard pour ne pas finir par le frapper.

Soudain un rire se fis entendre dans toute la salle. Les yeux levaient vers l'émetteur de ce fou rire, ma surprise fus grande mais en même temps, au fond de moi, je savais que c'était le brun qui rigolait à gorge déployer.

Toute la salle nous observer, se demandant quelle blague avait bien pu être dite pour déclencher ce genre de réaction. Malheureusement, moi non plus je ne connaissais pas la raison de se rire même si j'en avais une petite idée. Ce moquait-il ouvertement de moi ?

J'essayais de garder mon calme tant bien que mal. Je fis redescendre mes yeux sur l'annonce et continuais à finir d'écrire mes renseignements. J'étais en colère et, surtout, mal à l'aise. Je n'aime pas me faire remarquer et à cause de cette asperge sur pattes c'était fichu !

Finalement il s'arrêtât de rire au bout d'un long moment. Au point d'avoir fini d'écrire les informations qu'il me fallait.

Je levais la tête vers ce faiseur de trouble. Il s'était recroquevillé sur lui-même, se tenant les côtes, à force de rire. Mon regard croisa de nouveau ses yeux noisettes aux reflets rougeâtres. Quelle erreur n'ai-je pas fait ! Sa quinte de rires repris de plus belle !

Se retenir, oui, je devais me retenir de toutes mes forces pour ne pas déclencher une bagarre que ce mec faisait tout pour provoquer.
Je me levais de ma chaise, mis mon carnet dans ma poche intérieure, déposais un billet de cinq euros sur la table pour payer mon chocolat et commençais à partir sans dire un mot. Mais une fois arrivée à son niveau, il m'attrapa le bras. Se fus la goutte d'eau qui fis déborder le vase.

Mon poing droit se sera, mes muscles se raidirent, mon bras s'armât et, dans un sifflement, se retrouva sur la figure du géant qui perdit l'équilibre et lâcha mon bras gauche.

Wahou ! Ma main droite me faisait mal mais quelle sensation ! Je m'étais surpris ! Je ne pensais pas avoir la force et surtout le cran de faire ça. Si les gens que je connaissais me voyer me battre, surement ne me reconnaitraient-ils pas. Je n'étais pas de ce genre. Je n'étais pas comme mon père.

Quand je sortie enfin de mes pensées j'observais l'homme qui se trouvait à mes pieds. Qui regardait qui de haut maintenant ? Il ne faisait plus son malin, il était affalé par terre, la chaise entre les jambes. Son visage était emplis de sang à cause de son nez. J'avais dû le casser. Etais-je allé trop loin ? Peut importe. Je me préparais déjà à avoir une répartie du jeune homme. Je me mis en position de défense, poids en avant, les pieds bien reposer sur mes appuies, un regard de tueur. J'étais prêt !


_________________
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une rencontre au détour d'un café
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: