:: Salles de classe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I don't want to spend time with you. [ Pv: Yoite A. Nidô ]

avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Lun 16 Mar - 11:56

I don't want to spend time with you.



"Riiiiiiiiiiiiiiing"

Saleté de réveil, je l'assommais d'un violent coup de poing. Mes yeux restaient obstinément fermés. Comme quasiment toutes mes nuits je n'avais dormit que 5h ce qui n'était pas vraiment beaucoup et je peinais a l'idée de me tirer de mon lit. Après quelques minutes à réfléchir inutilement je saisis d'un geste ma table de chevet pour me redresser, mes mains soulevèrent doucement mes jambes pour les faire basculer le bord du lit en face de moi. Une fois fait je tendis les bras jusqu'à mon -chariot- et me hissais dedans. Mes gestes suivants furent des plus simples, douche, cachetons et tout le bordel matinal.
Attrapant bonnet et lunette je quittais mon appartement déjà en retard. La route fut comme d'habitude longue, fatigante et exaspérante. Passants, enfants, chien -merde de chien- , tout devenait un obstacle à ma progression. Après 30 mins à pousser comme un forcené j'arrivais devant l'enceinte, me déportant légèrement sur la droite pour être moins visible j'allumais mon habituelle cigarette.

Je jetais le mégot par terre passant ma roue dessus pour être sur de l'éteindre. Glissant à nouveau mes doigts le long des barres en métal j'avançais jusqu'à passer le portail qui se referma bien rapidement derrière moi. Prison. Je rejoins rapidement la rampe puis avançais dans les couloirs qui commençaient déjà à se vider. La sonnerie avait dû retentir vu le peu de monde qui était encore à l'extérieur. Accélérant la cadence je rejoins rapidement ma classe. Porte, déjà fermé, génial. Je pris une grande inspiration avant de toquer doucement puis d'abaisser la poignée.


- Désolé du retard Monsieur Nidô.

J'avoue que je n'étais pas vraiment désolé, à vrai dire je m'en fichais royalement. Sans attendre de réponse je passais devant le professeur pour rejoindre ma place, comme toujours un imbécile y avait remis une chaise. Je la poussais d'un geste las et exaspéré. Prenant enfin place derrière le bureau j'ouvris mon sac pour sortir mes affaires. « MERDE » pensais-je en grimaçant. Mon magnifique rangement maison venait de porter ses fruits, j'avais embarqué un sac vide. Aucun cours, aucune notes, rien.
Je levais la tête vers mon professeur, il allait être content de m'voir dis donc. En retard, oublie d'affaires. La prochaine ça allait être quoi ? Contrôle surprise ?. Je grognais en levant la main.


- Monsieur, j'ai oublié mes affaires. Mais vous avez l'habitude.

En un sens tant mieux j'avais mon excuse pour ne pas rendre les devoirs de la veille. Que je n'avais de toutes façons pas fait et que je n'avais jamais compté faire et ça mon professeur s'en doutait sûrement. Je ne comptais pas sur mes études pour me faire avancer dans la vie surtout que cette dernière était toute tracée et elle se résumé à mon fauteuil point barre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Jeu 2 Avr - 18:27

Bon, ok, j'avais abusé. Aujourd'hui, j'avais carrément dépassé les limites du zèle ; ça relevait de la maladie à ce niveau-là. Du week-end, j'étais passé du gros teufeur sur la trentaine au jeune professeur assidu au travail. Et oui. Je m'étais réveillé le dimanche matin chez un inconnu que j'avais croisé, en me réveillant, à poil devant sa cafetière. Il ne se rhabilla pas de la journée, ce qu'il, du coup, fut de même pour moi. Je n'avais donc pas corrigé une seule copie depuis une semaine et je devais tout rendre lundi à la première heure.

Quand je parlais de zèle, je parlais évidemment de mon heure d'arriver pour le premier jour. Soit aux alentours de cinq heures, cinq heures et quart du matin ; la nuit était encore bien présente et moi, je m'étais adossé au portail, clope à la bouche et sacoche aux pieds, attendant que le gardien ou le concierge vienne m'ouvrir le portillon d'entrée. Celui-ci était arrivé bien une demi heure après moi, pestant contre ma personne, trop sérieuse à son goût. Suite à cela, je m'étais confiné dans la salle des professeurs et avais entamés les corrections jusqu'à la sonnerie, à huit heures tapante.

A cette heure-ci, j'étais déjà au bureau de la salle des 3-B, ma classe principale. Je ne savais pas si j’avais réellement eu de la chance, mais j'avais surtout de jeunes garçons, et pas que des plus futés. Mais je ne m'en plaignais pas forcément. Je les regardais entrer, les jambes croisées, bavassant sur le dernier film sortit ou le match de l'équipe de foot d'hier soir. Je scrutait vaguement les alentours jusqu'au début du cours, en faisant l'appel. Deux élèves manquaient, l'un malade, d'après sa collègue, l'autre porté disparu.

Ou pas, car il arriva juste en retard. Masao-kun, monsieur Fauteuil-roulant. Il s'excusa vaguement en remettant sa mèche de cheveux derrière son oreille et refermant la porte coulissante. Je m'abstins de tout commentaire car je savais qu'il n'était pas vraiment désolé. Il était l'un des plus insolents, et ce serait mentir que de dire que je ne pensais que ça venait du fait qu'il était paraplégique ; son statut d'élève à mobilité réduite lui valait l'hypocrisie de beaucoup, surtout des professeurs. Mais il était mon élève et je le traitais comme n'importe lequel d'entre eux.

- Monsieur, j'ai oublié mes affaires. Mais vous avez l'habitude, avait-il répliqué avant que je ne l'autorisa à ouvrir la bouche.

- Bien, j'suppose qu'on va r'gler l'blème c'soir, à dix-sept heures trente, après les cours, mm?

En somme, je le collais, ni plus, ni moins. Je me levais afin de distribuer les copies des contrôles sur les bureaux, ponctuant le tout d'un commentaire. Le résultat général était plutôt bon, d'ailleurs ; sur une moyenne sur cent, la globalité de la classe tournait autour des soixante-douze. Une bonne moyenne, moyenne quoi. J'arrivais enfin à Masao-kun pour lui tendre sa copie.

- Trente-neuf sur cent. Peux mieux faire s'tu t'concentrais en cours et qu't'oubliais pas ton matos.

Et je passais aux autres.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Dim 19 Avr - 12:33

I don't want to spend time with you


Je m'approchais de ma place habituelle, près des fenêtres. Bien rapidement je me rendis compte qu'une fois de plus quelqu'un avait placé une chaise devant mon bureau. Je ne savais pas si c'était l'amusement de certains de mes -stupides- camarades de classe ou la personne responsable du ménage qui s'obstinait à toujours y replacer une chaise, mais quel qu'en soit la raison, elle était toujours là. Je soupirais alors que la voix du professeur venait de m'interpeller. Collé.... Super. Pas que ça me dérangé franchement, même si une part de moi était contente de ne pas être totalement seule ce soir. L'autre n'avait pas envie de rester au lycée pour travailler.

- Bien. Répondis-je simplement à son attention.

Voilà qui avait tout de même réussit à me mettre de mauvaise humeur. Une fois arrivé à mon bureau, j'attrapais la chaise pour la déplacer sous l'hilarité générale. Si une personne normale m'aurait surement aidée, mes camarades, eux, s'amusaient de voir comment je m'en sortais. Je pris alors grand soin de faire crisser les pieds de la chaise au sol, entendant quelques personnes râler, ce qui eut le don de m'arracher un sourire vainqueur.

Enfin, une fois que je fus installé et que mes affaires - du moins mon stylo- furent elles aussi sorties, M.Nidô entreprit de nous distribuer les résultats du dernier contrôle. Comme je m'y attendais la note n'était pas des plus prodigieuse. Après tout je n'avais rien fait pour qu'elle le soit. Je me fichais éperdument des cours, des professeurs, du diplôme et toute la compagnie alors pourquoi me fatiguer pour rien ? Les commentaires du professeur me passèrent largement au-dessus de la tête.


- Certainement. Si vous le dites. Dis-je en levant les yeux au ciel, exprimant bien mon je m'en foutisme.

Le reste de l'heure se passa sans encombres particulières. Je n'écoutais le cours que d'une oreille, sans pour autant le déranger, replaçant par moment et de façon discrète une mèche de cheveux.


_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Jeu 23 Avr - 17:56

Ce type, je n'arrivais clairement pas à savoir comme agir avec lui, en réalité. Pourtant j'en avais côtoyer, des gars dans son genre, mais son handicap rendait, évidemment, la tâche plus dure à gérer de mon côté. Il semblait dédaigneux, presque hargneux envers ses camarades de classe qui le lui rendaient assez bien d’ailleurs. Pire bande petit cons que j'eus jamais vu. J'allais devoir faire un speech là-dessus, le jour où ça dépassera le stade de "la chaise". Celà dit, me contenter de le traiter comme un élève normal me semblait la meilleure option.

Le cours se passait relativement rapidement, malgré deux ou trois personnes pas assez motivés pour suivre mes gesticulations bruyantes, que je ramenais vite à la réalité d'un lancer de craies bien placé. J'avais tendance à être très démonstratif pour capter mes élèves, je les faisais rire, leur donnais des exemples clairs et simple mais toujours dans l'humour ; cette méthode marchait bien dans l'ensemble, car la plupart des notes que je leur donnais était "tapé" par moi, du moins, comme je le pouvais.

Puis, la cloche sonna et je rassemblais mes affaires alors que les élèves se déplacèrent pour bavarder du dernier film et je-ne-savais-quel-autre-sujet entre eux. Je jetais un ultime coup d’œil à Masao-kun, lui rappelant que je l'attendrais dans cette salle au soir. Et comme j'avais croisé son regard, malheureusement pour lui, il ne pouvait y réchapper. Après tout, il avait la journée pour prévenir ses tuteurs légaux qu'il rentrerait tard.

La journée, en soi, fut longue et relativement chiante. Les élèves étaient tantôt méprisant à mon égard, les lèche-culs qui se la pétaient entre autres, tantôt s'amusait de l'heure que je passais avec eux, sans réellement participer mais en riant. Effet bénéfique, ils aimaient m'écouter et sentant, pour une partie, une figure de confiance que je leur envoyais. C'était peut être pour ça que j'avais, chaque semaine, des élèves qui venaient me parler de leur problème, aussi ridicule soit-ils.

Et j'en avais entendu. Ca pouvait passer de la simple histoire de couple à des choses bien plus grave. Il y avait deux ans maintenant, l'une des petites de la classe 2-C, Hotsuka-san, était venue se livrer à moi, tard le soir. D'ailleurs, elle m'avait déclarer sa flamme de façon romanesque avant de me demander de l'accompagner voir son père qui abusait d'elle. Le tout avait fini au tribunal, mais évidemment, elle tomba de haut à ma réponse négative face à ses sentiments, qu'elle avait cru réciproque.

C'est sur cette note peu joyeuse que je m'engouffrais dans la salle vers la fin de journée alors que déjà mon cher élève m'y attendait. Dans un soupir, j'installais mes affaires sans un mot avant de m'approcher de sa table pour lui déposer un texte sous pochette plastique, recto-verso, parlant du déroulement de la hiérarchie sociétale du Japon depuis les années quarante ainsi qu'une série de question en rapport avec le texte.

- T'as environ une heure et d'mi pour m'faire ça, dis-je en regardant vaguement ma montre. Si c'pas fini, tu s'ras en colle d'main aussi.

Et ça n'était pas une menace, juste une affirmation. Certains lycéens se la jouaient cools en se rebellant et ne faisant pas les devoirs imposés Ils déchantaient vite à force de les obliger à rester presque deux heures dans une salle sans ne rien faire, jour après jour. Car j'avais une patience hors du commun.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Mer 29 Avr - 16:03

I don't want to spend time with you


Comme prévu et comme d'habitude mes heures de cours furent longues et horriblement ennuyantes. Même lorsque j'essayais de me concentrer, histoire de travailler un peu , ça ne donné rien de bon. J'avais du mal à comprendre comment les personnes peuvent aimer les cours, aimer travailler. Oui tout simplement pour accéder au travail qui leur plaît. Alors expliquez moi l'intérêt que j'ai à travailler alors que je ne pourrais certainement jamais faire un métier qui me plaît réellement.

C'est enfin après une attente interminable que mon heure de colle arriva. Les élèves de ma classe se levèrent tous avant de quitter la classe, le professeur présent fit de même, me laissant seul dans la salle de classe. Quelques secondes plus tard M.Nidô faisait son entrée.

Il avait l'air aussi heureux que moi à l'idée de passer une heure ensemble. Autant dire, pas du tout. Je l'entendais soupirer pendant qu'il sortait ses affaires. Me redressant pour le laisser déposer le devoir sur ma table et à peine j'eus le sujet une moue blasée prit place sur mon visage. Sérieusement ? Fait chier !


- Ouais ouais. Grognais-je.

Tournant ma feuille vers moi ; ma main fit un tour dans ma trousse pour en sortir un stylo, puis approchant mon fauteuil du bureau je commençais à remplir le dit devoir. Je le fis sans vraiment m'y intéresser , répondant principalement aux questions que je connaissais sans me soucier des autres. Au bout de 45 bonnes minutes je « finis ». Coinçant ma feuille entre mes lèvres, je me dégageais de ma place. Roulant jusqu'à son bureau j'y déposais le devoir puis me reculais pour attendre la correction.

- V'la normalement c'bon.

Je trifouillais un peu mes cheveux en attendant la suite.


_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Sam 9 Mai - 14:35

Son ton insolent me fit relever un sourcil d’appréhension quant à sa réponse un peu trop... étudiante, quoi. Les gosses n'avaient plus aucun respect pour leurs aînés, c'était incroyable. Du coup, je posais mes fesses derrière le bureau en corrigeant quelques feuilles de contrôle, sans pour autant quitter des yeux mon élève. Malgré son air blasé, il semblait prendre avec plus ou moins de sérieux les exercices que je lui avais donnés ; il fallait que je lui parle un peu, à ce garçon.

Je reportais mon attention dehors. La masse d'adolescents s’agglutinait au portail pour sortir, prévoyant, surement, des karaokés, du shopping ou d'autres activités à la maison. Entre les dit sociables, qui attrapaient le cou de leurs mais en riant comme des fous et les dits amis qui n'étaient que des personnes normales, la faune ne pouvait être cliché ici. Pire que dans un shôjo de seconde zone.  Un énorme soupire m'échappa.

Un bruit me sortit de ma torpeur étrange, car il n'y avait tout simplement plus que les clubs qui passaient vaguement à travers mon champs de vision. Masao-kun arrivait vers moi non sans mal, feuille dans la bouche jusqu'aux abords de mon bureau pour l'y poser afin que je la corrige. Je pris donc ce qu'il me tendait pour y entamer quelques corrections.

Il n'avait pas répondu à toutes les questions, et, stylo rouge à la main, je pouvais facilement voir qu'il avait assez bien répondu mais, comme je connaissais mon élève, il ne se foulait tout simplement pas. Je le regardais avant de reporter un oeil aux réponses, lui semblant totalement désintéressé. Il lui restait un tableau à remplir, une petit frise à faire et encore trois questions. Rien de bien folichon, surtout pour quelqu'un de sa trempe.

- Il manque des réponses. T'as pas fait l'tableau, ni l'frise, aussi.

Je sondais l'écriture, lui expliquant d'abord les réponses où il s'était trompé, qui était, à noté, très rare, puis je lâchais enfin le papier pour le regarder lui, posant ma joue contre ma paume. Il avait du potentiel, ce gamin, mais ne l'exploitait pas pour une raison qui m'échappait. Je n'aimais pas forcer la main à mes élèves, je voulais cependant qu'il sache que s'il avait besoin de parler, j'étais à même de l'écouter ; en plus d'être son enseignant principal, j'étais un adulte en qui il pouvait avoir confiance.

- A part ça, c'bien, dis-je simplement. Masao-kun, pourquoi tu n'fais pas d'efforts en cours? J'sais que t'as les capacités pour être le meilleur d'mes élèves, pour n'pas dire l'meilleur des dernières années. Y'a que'que chose qui n'vas pas?

Il allait devoir rester encore pour finir ce devoir, mais si je pouvais alléger sa conscience ne serais-ce qu'un peu en l'écoutant, ça me soulagerais autant que ça pouvait le soulager lui aussi. Du moins, je l'espérais, ce serait du gâchis, un élève pareille avec tout les capacités en main, si ce n'est ses jambes... Et c'était surement ça, qui le bloquait.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Lun 11 Mai - 11:19
I don't want to spend time with you.
Feat Yoite A. Nidô
Il venait enfin de récupérer mon devoir, j'avais le petit espoir qu'il accepte ça tel quel et qu'il me laisse partir, mais comme bien souvent mes espoirs furent vain. Je le regardai prendre son stylo rouge, pensant déjà que j'allais devoir rester plus longtemps, je soupirai alors bruyamment, exaspéré d'avance. Bien sur, comme prévue ça ne manqua pas, quelques secondes après qu'il eut commencé à corriger il m'expliqua que je n'avais pas fais un tableau ainsi que la frise. Sans blague ? Avais-je envie de hurler. Je sais que j'l'ai pas faites ta foutue frise, ni ton tableau à la con. J'le sais et j'm'en fou ! Comme si ça allait me servir plus tard, c'pas ça qui allait faire que je sortirai de ce fauteuil de merde, donc ça n'a aucun intérêt réel à mes yeux, que ça lui plaise ou non. Jouant les élèves modèles, j’acquiesçai d'un simple signe de tête. Soyons réaliste je n'étais pas joyeux, vraiment pas du tout même. C'était doucement mais sûrement en train de me gonfler au plus haut point.

- Oui je sais, mais je ne connais pas les réponses.

Après tout c'était la vérité, je ne connaissais pas les réponses donc je n'allais pas les inventer. Malgré ce que je voulais bien montrer je savais que je n'étais pas un demeuré, au contraire j'avais -par chance- beaucoup de facilité d'apprentissage, principalement une mémoire photographique qui me permettait de retenir avec facilité ce que je lisais dans les -superbe- bouquins de mon prof. Malheureusement – pour moi – je restai d'avis que les cours ne m'aiderai pas à réussir ma vie, dans tout les cas je ne pourrais jamais vraiment faire le métier qui me plairais ni les activités voulut. Alors encore une fois, pourquoi se fatiguer pour que ça ne mène a rien ? Les mots qui sortirent ensuite faillirent m'arracher un grondement de colère que je pu retenir tout de même.

- Je travail comme tout le monde, je suis juste un peu moins bon.

Comme si j'allais lui raconter ma vie ! J'avais déjà du mal a aborder le sujet avec mon meilleur ami, alors ça n'est pas un inconnu et encore moins mon prof qui allait me faire déballer mes pensées. De plus les professeurs sont tous fourbes, ils pensent tous que j'utilise mon handicap pour les appitoyer alors pourquoi me demander après si quelques choses ne va pas ? «  J'suis en fauteuil a tout juste 18 ans, sans aucune perspective d'avenir, sans aucun ami a part le seul qui est toujours resté a mes côtés, mais tout vas pour le mieux bien sur ! ». Ironie, joie. Sans blague, comment quelqu'un peu penser que je tout vas bien dans ses conditions ? C'est tout simplement une question a ne même pas se poser, une question logique. Bien sur que ça ne va pas, quel jeune rêverai de cette vie ?

- Non M'sieur, tout vas bien. Grognai-je simplement avant de reprendre pour air détestable habituel. Je tendis alors la main vers ma feuille pour la récupérer, je la mis a la bouche puis glisser doucement mes doigts le long des rampes en fer froid. Regagnant ensuite ma place, je m'installais.

Chier... Alors que je venais de reprendre un  stylo dans ma trousse, je remarquais que mes mains s'était mise a trembler. Certainement l'effet des médicaments qui commençait a s’estomper plus la fatigue de la journée accumulée ça ne pouvait donner qu'un pseudo Parkinson désagréable. Sans en faire le commentaire je tentais de finir ce que le professeur venait de me demander.
FICHE PAR DITA | EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Lun 18 Mai - 18:58

Je l'écoutais répondre alors que je corrigeais ; je savais très bien qu'il ne les connaissait pas, même si je doutais que la flemme n'entre pas en compte dans le processus. Après tout, j'étais enseignant et seul avec lui, autrement dit, ma fonction "aide" était activé. Il n'était pas idiot, il le savait très bien, il n'avait juste pas envie. A force de côtoyer des adolescents, on finit par les connaître, quels qu'ils soient.

Sa voix voguait sur un ton pimenté d'un pointe de colère en fond mais il tenta malgré tout de se contrôler, ce qui m'arrachait un petit sourire. Mais alors que je lui lançais mon discours, il me répondait agressivement, en même temps sur la défensive pour reprendre la fiche que je lui remis en main propre. Sa réponse, elle, était totalement contradictoire avec son attitude. Oui, il avait un problème, et ce n'était pas dur de deviner lequel, surtout dans son état physique. Mais évidemment, je voulais lui poser la question, qu'il m'en parle lui même, sans le brusquer.

Aussi, lorsqu'il retournait à sa place, je ne répondis même pas, me contentant de le regarder afficher sa mine rageuse, se positionner derrière le bureau, sa feuille dans la bouche, et attraper son unique stylo d'une main prise de spasmes. Il n'allait pas bien, et même s'il n'avait pas envie qu'un adulte ne s'occupe pas de lui, je n'allais pas le laisser dans sa galère.

Sans un mot, je me levais en repoussant ma chaise pour la ranger, je jetais un petit coup d'œil à travers la fenêtre, puis à la monte, jugeant que nous aurions assez de temps pour finir ce putain d'exercices. J'attrapais donc une autre chaise en arrivant à sa hauteur, dégagea l'une des tables et me positionna sur le côté gauche de son bureau pour le regarder faire en me tenant le menton dans la paume, coude sur le bois poli.

- S't'arrives pas, poses-moi des questions.

Je lui souris, tentant d'être le plus chaleureux possible, même si je savais que mon sourire n'était, aux premiers abords, ni beau ni chaleureux d'ailleurs. A proximité de lui, je voulais le mettre à l'aise sans le presser, réduire la distance prof-élève que l'on avait en classe pour devenir une sorte de modèle. Bien sur, je ne tentais pas d'avoir une place dans son cœur, ou je ne savais quelle autre connerie, mais je voulais installer une confiance entre lui et moi, qu'il se sente capable de se confier à moi en toute sécurité si un problème survenait.

Mes yeux parcouraient donc les lignes de la fiche, quand je me levais pour aller chercher dans l'un de mes nombreux tiroirs une règle en plastique rose avec des petites fleurs que m'avait offert l'une de mes anciennes élèves et je revins vers lui en le lui posant devant lui.

- Pour la fr... commençais-je alors que mon regard fut happé par quelque chose de monstrueux.

Une abomination de la nature dont mon regard ne pouvait être détourné, une de ces choses volantes immondes et pire que toutes les espèces de cette bestiole existante. Il était là, posé tranquillement sur l'un des tableaux en liège en face de moi, à trois ou quatre mètres de distance de ma position, entre une frise chronologique des ères japonaises depuis ce millénaire et un tableau de chimie qui m'échappait.

Ce truc me narguait, provoquant des convulsions cachées pour ne pas m'afficher, alors que mes deux mains se portaient spontanément sur mon marteau bien planqué sous ma chemise - que je sortais alors, mais seulement la tête de celui-ci en prévention - et sur mon spray chargé à bloc, plein à craquer et à pulvériser ce machin... Cette atrocité, cette créature de l'enfer : un papillon.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Jeu 28 Mai - 11:30
I don't want to spend time with you.
Feat Yoite A. Nidô
Il souriait. Pourquoi il souriait comme un guedin ? Mon dieu... Mais avec quel prof j'étais tombé sérieusement ? Je le regardais en coin, ne pouvant pas vraiment m'empêcher de lever les yeux au ciel pour ne pas rire de son faciès assez comique. Et puis.. Il vint s'asseoir a côté de moi. Sérieusement ? Il le faisait exprès c'était pas possible. Pourtant j'avais tout fait pour qu'il s’éloigne le plus possible, mais non c'est a croire que plus je lui montré que je voulais être tranquille dans mon coin, plus il venait a ma rencontre. A croire qu'il le faisait exprès. Je n'avais besoin de personne, personne a par Barrett peut être et encore, même lui avait du mal a me sortir les vers du nez.

Je me décalais un peu, me sentant obligé de lui faire une place pour lui et son majestueux popotin de professeur principal sur-protecteur de-j'me-mêle-de-tout. Bon dieu que ça pouvait m'agacer, mais je ne pouvais rien dire ou faire. Alors je me contentais de serrer un peu plus fort mon stylo dans l'espoir de calmer ces tremblements de merde et reportais mon attention sur ma feuille. « S't'arrives pas, poses-moi des questions. ». «  Vous pouvez aussi retourner a votre place et me laisser tranquille si vous voulez, c'me dérange pas. » Hurla mon esprit alors que je répondais a son sourire par un autre plus crispé et faux que je ne l'aurais voulut. Je n'étais pas du genre a jouer les focus, mais je ne pouvais décemment pas envoyer promener mon professeur et au fond je savais que c'était simplement par sympathie qu'il faisait ça. Et je n'étais pas un assez gros connard pour l'envoyer chier.

Une... règle... rose avec des fleurs. En continuant d'observer sa super et magnifique règle, je pouffais discrètement. Quand tout a coup son comportement me fit presque sursauter. Il se crispa avant de porter la main a sa ceinture pour je ne sais quelle raisons. Je le fixais hébété pendant une bonne minute avant de lentement suivre son regard pour voir ce qui le perturbait au point de le faire stopper son cours. Et à ma grande surprise j'aperçue un... Gros et méchant... Papillon. Mon visage passa d'abord par la déception, me demandant pendant quelques secondes si ce n'était pas une blague pour finir par... L'hilarité. J'éclatais sans pouvoir m'en empêcher d'un rire sonore. Non sérieusement ? Mon professeur avait peur d'un papillon ? Lui ? C'était tout bonnement impossible de ne pas rire. Des larmes coulèrent sur mes joues alors que j’essayais de me reprendre tant bien que mal. Je retirais mes lunettes pour m'essuyer les yeux avant de les remettre et de sortir de ma place pour me diriger vers l'insecte. Arrivant devant le panneau en liège je récupérais le dangereux criminel sur mon doigt avant de m'approcher d'une fenêtre et de le ficher dehors.  

- Bon... Remettez vous de vos émotions... Monsieur Nidô.

Je pinçais mes lèvres pour étouffer un nouveau rire, sans le lâcher du regard.
FICHE PAR DITA | EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Sam 27 Juin - 19:43

Cette abomination vivante était là, tapie dans l'ombre, croyant que je ne la remarquerais pas à cause de son subtil camouflage ; tu ne m'auras pas, vile créature des enfers! Leurs techniques d'approche que personne ne remarque jamais, bourdonnant au dessus de nos têtes dans le plus silencieux vol, pour ensuite venir se poser sur vous comme un cheveu dans une soupe, sans préavis, effrayant toujours par la surprise, fier de son coup... Ignominie!

Du coup, mon avis était partagé, partagé entre l'envie d’éradiquer cette chose de la terre entière de mes propres mains et la peur qu'il ne bouge avant que je ne puisse agir ; après tout, la fourberie de ces insectes étaient encore un mystère, et bien que les nocturnes étaient plutôt réticent à trop se déplacer une fois posé, rien n'indiquait qu'il n'allait pas s'enfuit ou m'attaquer d'un battement d'aile.

Mm... Tapette électrique ou spray? Les deux étaient mes plus fidèles armes, et j'aimais leur manière qu'avait chacun d'eux de tuer les monstres. Tantôt les électrocutant en les écrabouillant, éventuellement les sonnant, pour massacrer les choses avec rapidité et efficacité. Tantôt les asphyxiant pour qu'ils souffrent et meurt lentement en agonisant sur le sol... Je serrais mes doigts autour de ceux-ci en contractant ma mâchoire.

Alors que j'allais enfin prendre mon courage à deux mains pour sortir la petite bouteille de liquide de poison, par préférence et stratégie, je me stoppais net, sursautant quelque peu, résultat du rire soudain et cristallin de mon élève qui ne se gênait pas pour se tordre de rire sur son fauteuil.

En effet, je suréagissais toujours dans ce genre de moment, sans avoir une once de self-control sur ma personne et actuellement, ça me faisait défaut. Ma surprise mêlée à ma peur m'avait envahi pendant que j'étais avec l'un de mes élèves, que je croisais presque tout les jours qui plus est ; il avait une raison de se moquer de moi à chaque instant pendant un bon moment, malheureusement. La phobie des papillons n'était pas quelque chose de très... prestigieux.

Mais après tout, pourquoi pas? Je ne pouvais me résigner à voir cela comme une bénédiction. J'aimais mes élèves, j'aimais qu'ils se sentent en confiance avec moi, et quoi de mieux que de leur montrer mon point faible pour qu'il se rapproche un peu plus de moi? Au moins, ça pouvait m'être bénéfique.

Par contre, qu'il aille attraper le truc là-bas ne me plaisait guère, d'un réflexe, je reculais vers les bureaux en trébuchant, fixant la petite entité vivante qui ne voulait pas mouver dans la paume de Masao-kun. Aussi, au plus il s'approcha de moi, au plus un grognement sur la défensive s'échappait de ma gorge alors que mes jambes, elles, prirent l'initiative de faire le tour pour aller derrière la chaise roulante du garçon qui lâchait l'animal avant de fermer la fenêtre.

Un soupire de soulagement m'arracha la gorge, mes fesses allèrent se poser au rebord de la table où il faisait au plus tôt son devoir. Merde, la trouille que j'avais eu..! Heureusement que je n'avais pas été seul, je 'aurais certainement pas pu approcher la porte de sortie, de peur que l'abomination ne me suive pour m'effrayer. Je n'allais plus m'approcher de ce côté de la salle pendant un moment...

- Bon... Remettez vous de vos émotions... Monsieur Nidô, disait-il en étouffant un rire très mal dissimulé, provoquant une moue boudeuse de ma part.
- C'bon, vas-y, bidonnes-toi une fois p'r toute, répliquais-je en fronçant du nez.

Évidemment qu'il avait envie de rire, à son âge, si le même genre de chose ridicule était arrivé à mon professeur et que j'en avais été témoin, je me serais tordu de rire sans retenu aucune, plus longtemps que lui d'ailleurs. Triste de vie.

Face à moi, il était innocent et j'avais envie de le punir, il m'énervait. Une veine devait apparaître sur ma tempe, mais je ne voulais pas céder à mes pulsions, pas encore une fois. Je réajustais mon costard qui avait perdu un peu de classe dans le processus de position d'attaque foiré de tout à l'heure avant de me décider à m'asseoir sur lui sans qu'il ne puisse rien à dire.

- 'rrêtes d'rire, p'tit insolent!

Mes sourcils fronçaient, je voulais l'écraser et l'embêter, je gigotais comme un enfant en bougeant les bras et les pieds sans le regarder. Puis, une once de culpabilité m'envahit : il m'avait aidé et j'étais un adulte responsable, pire, un professeur. Je me devais de montrer l'exemple. Je me calmais un coup après avoir bien gesticulé mon popotin sur lui pour me retourner, le fixer, sérieux.

- 'rci, p'tit gars.

C'était au moins ça. Du coup, je me relevais en soupirant, ramassant l'une des feuilles qui avait vraisemblablement volée jusqu'au sol pendant que la fenêtre était restée ouverte, pour la reposer où elle devait être. D'un signe de main, j'invitais donc mon élève à reprendre sa place.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Mar 28 Juil - 9:50
I don't want to spend time with you.
Feat Yoite A. Nido
Je ne me fit pas prier.  Au moment même pour mon professeur m'autorisa a rire je me plais en deux tout en riant aux larmes. Bon dieu qu'il avait put être ridicule en l'instant. Beaucoup de gens me qualifierait certainement d'immature en me voyant aussi moqueur, mais je me considéré comme un bon vivant capable de rire de beaucoup de situation et j'en étais fier !

Je tentais alors de me calmer en posant une main sur mon ventre alors que mes yeux fixaient toujours mon professeur, une lueur de malice dans le regard. Il était entrain de remettre son «  superbe » costume en place quand il me somma d'arrêter de rire, ce qui eut pour effet de redonner un coup de fouet a mon hilarité. J'avais l'impression d'être dans l'un de ses dessins animé totalement caricaturés.

- AHAHAHAH ! Vous étiez.. C'était magnifique ! Dis-je en essayant a nouveau de me calmer, essuyant des larmes aux coins de mes yeux d'un revers de manche.

Mon rire se stoppa net alors que mes muscles -du moins ce qui étaient actifs- se crispèrent. «  Mais qu'est ce qu'il fou ?!!! ». Mon prof venait de poser son royal fessier sur... Mes cuisses.

- HEY ! Qu'est ce que vous foutez ?! Beuglais-je alors que je le regardais faire totalement éberlué. Ce prof était décidément tordu ! Peu importe qu'il soit gentil ou pas, il avait un grain en trop ou en moins au niveau du vaisseau maire. Quelle idée de s'asseoir sur son élève ? Handicapé, qui ne sent pas ses jambes qui plus est... Finalement je crois que j'n'ai pas réagis. Que j'ai simplement gardé ce regard figé de surprise alors qu'il commençait -enfin- a lever son derrière de mes jambes.  D'un coup la réalité me revint en tête, mes jambes.. Il avait osé s'asseoir sur.. MES JAMBES ?!

- Ne touchez plus jamais cette partie de mon corps.. Grognais-je de façon agressive, histoire d'être sur que le message passe bien.

Bon dieu que je haïssais que l'on me touche les jambes et pourtant les gens s’obstinaient a s'asseoir dessus, a les toucher et pour certains à les regarder nues. A croire que les défauts attirent les curiosité bordel de merde... Je déglutis bruyamment avant de hocher la tête pour répondre a son remerciement par un « de rien » a peine audible.

Et bien sur, en tant que tout bon professeur qui  se respecte, il m'invita -si on peut appeler ça une invitation- a rejoindre ma place pour finir mes cours . Je ne me privais pas de lâcher un soupire de désespoir en reprenant mon emplacement, recommençant immédiatement a travailler dans l'espoir de partir d'ici au plus vite. Plein le cul des heures de colles.
FICHE PAR DITA | EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Mer 2 Mar - 18:07

Il eu un petit temps de surprise ; et "petit" était un bien grand mot, car il resta bloqué pendant un bon moment avant de se renfrogner en ronchonnant quelque chose. "Ne touchez plus jamais..."... Complexé par ses jambes, hein? Bah, je pouvais le comprendre.

J'avais déjà fait plusieurs recherches là-dessus, sur les personnes en fauteuil roulant, par le passé. J'avais pu rencontrer un mafia pour qui s'était le cas : une voiture lui avait roulé dessus en guise de représailles. Il le vivait plutôt bien malgré le mauvais état de sa jambe gauche, complétement coupée, et de sa jambe droite ultra maigre car pas stimulé.

Et ça devait aussi être le cas de Masao-kun. Lui n'était qu'un adolescent en phase de reconnaissance, il découvrait la vie de là où il pouvait la découvrir, et malheureusement, il était déjà parti avec une difficulté dans la vie. Je détestais avoir pitié, mais je ne pouvais pas non plus faire comme si je ne voyais rien. J'avais beau traiter ce petit con comme n'importe quel autre petit con, il n'en était pas moins certainement mal dans sa peau. Ah...

Par contre, il paraissait de plus en plus docile sitôt que je le remerciais ; c'en était presque louche. J'arquais un sourcil, pas trop convaincu, en le regardant gratter le papier. J'étais toujours un peu sur mes gardes ; les abominations des Enfers ne devaient pas être loin, surtout en temps de nuit... Du coup, c'est en lançant des regards hagards de tous les côtés tout en surveillant mon élève.

Sauf que mauvaise surprise, au fond de la salle, derrière Masao-kun, sur les casiers à peine éclairés par la douce lumière abaissante du coucher de soleil, il était là. Le suppôt de Satan, tapi dans l'ombre à attendre le moment propice à son attaque afin de nous ensorceler de ses mouvements diaboliques.

Ma main se portait doucement sur mon spay alors que je continuais de fixer derrière. Des gouttes de sueur de panique perlaient mon front, je ne voulais surtout pas que mon élève me voit ENCORE en cette situation, c'était vraiment la honte.

Mais les phobies, ça se contrôle franchement pas. J'arrive certes à maîtriser mon corps pour ne pas partir dans tous les sens, mais je n'arrivais juste pas calmer mes tremblements de plus en plus violent. Ma main ganté agrippa la manche de jeune étudiant. Je ne le regardais pas, mais le seul fait de savoir que je n'étais pas seul me rassurait un peu - quand bien même celui-ci fût diminué physiquement.

- 'tain de merde...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 221
Sucettes : 263
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 21
Localisation : Chez Barrett ?

Your Identity Card
Âge: 19
Amoureux: Chirurgien kidnappé
Présent/Absent: Quand j'ai le temps 8D
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Nikola A. Masao
[✘SEKE✘]
Jeu 24 Mar - 10:53
I don't want to spend time with you.
Feat Yoite A.Nidô
Quel con.. Beugla mon esprit complètement affolé. J'avais beau tenter de me penser à autre chose, de me concentrer sur mon devoir rien ne venait et je me contentais de crayonner nerveusement ma feuille pour lui donner l'impression que j'accomplissais le foutu travail de merde qu'il m'avait demandé. Je tournais en rond, vraiment en rond. Et je ne cessé de ressasser l'image de son putain de cul posé sur moi. Sensation bizarre. Je commençais alors a tirer machinalement sur mon jean, tout en essayant de rester discret. J'étais d'ailleurs tellement absorbé par ce qui se passait en moi que je ne remarquais pas un seul instant la panique qui avait prit possession de mon  prof'.

Appuyant fermement ma main contre mon front je fermais les yeux quelques secondes en essayant de me calmer, même si ça ne marché pas franchement. Avant même que l'information n'atteigne mon cerveau toujours aussi embrumé par des pensées de moins en moins catholique, M. Nidô avait saisie ma manche. Je ne manquais pas de sursauter alors que mon appuie-tête venait de m'être retiré, manquant presque de m'éclater la gueule sur le bureau en imitation bois affreux. Haussant un sourcil je tournais la tête vers lui. Je ne pu retenir un sourire en le voyant ainsi. Tremblant comme un chiot, suant comme un bœuf et aussi horrifié que s'il rencontrait le diable en personne. Lui ne me regardait pas certes, mais je pouvais bien sentir les soubresauts de son corps. De plus j'entendis sa voix, presque inaudible lâcher quelques injures.

Me tournant à demi sur mon fauteuil j’aperçus le petit insecte, cette petite bestiole inoffensive qui aurait certainement plus peur de sa tête de tueur à gage que lui d'elle. Enfin, me retournant vers ma feuille je remerciais silencieusement cette bestiole de son intervention. Elle avait au moins réussi a détourner mes pensées..

Rapidement, excédé et toujours aussi gêné, je plongeais ma main dans mon sac accroché à mon fauteuil. Je sortis alors  mon énorme manuel datant certainement de l'année dernière et que j'avais du oublier depuis le temps. Le déposant sur mes genoux je me dégagé de sa prise avant de glisser mes doigts le long des barres de roulement en inox froid de mon fauteuil, effectuant un demi tour rapide je me dirigeais vers le fond de la classe. Arrivé a la hauteur de la dite « créature » je l'observais quelques instant avant de tourner à demi mon visage vers mon prof.

- Sérieusement.. Il ne vous mangera pas vous savez ? Et comme pour confirmer mes paroles – que j'avais lâché sur un ton plus que blasé- j’écrasai l'insecte entre mon fameux manuel et les casiers de classes.

J'observais calmement mon manuel, le cadavre y était joliment incrusté. Je revins sur mes traces et décollais le petit cadavre avant de le lâcher juste devant mon prof. - C'pour moi c'est cadeau. Je souris alors de toute mes dents en attente de sa réaction.
FICHE PAR DITA EPICODE

_________________

Mes cadeaux. :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Sucettes : 313
Date d'inscription : 13/03/2015
Age : 22

Your Identity Card
Âge: 32 ans.
Amoureux: Personne, mais on verra.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEKE✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Yoite A. Nidô
[✘SEKE✘]
Lun 16 Mai - 13:31

Mes yeux ne pouvaient plus se décoller de la forme diabolique à quelques mètres de moi. Les doigts se dirigèrent doucement, comme machinalement vers ma tapette électrique ; comme un chasseur près à bondir sa proie, mais dans l'autre sens, voyez?

C'est alors que mon cher élève modèle retira son bras de mon emprise, maugréant dans sa barbe. Je lui jetais un coup d’œil un peu affolé mais me reprit aussitôt, car je ne devais certainement pas me montrer aussi faible, aussi vulnérable devant un jeune, l'un de mes élèves. Imaginez les rumeurs qui courraient dans le lycée? Ces gosses avaient beau m'apprécier, ils n'en restaient pas moins des petites fouines perfides prêtes à n'importe quel coup pour humilier leur professeur. Urk.

Je notais que Masao-kun s'était armé d'un gros livre de cours pour faire face à la bête féroce et, après une réplique cinglante pour me faire littéralement passer pour un idiot, il claqua la couverture contre les casiers et acheva le monstre. Et non, je ne dirais jamais le nom de cette chose, j'en étais incapable.

Un soupir de soulagement m'échappa. Il allait falloir que je ferme ses fenêtres une bonne fois pour toute. Je repris de la contenance.

- J'suis pas débile, 'rci, répondis-je à sa réplique. Là n'est pas l'problème. C'peut s'poser sur toi et c'est vraim-.

Je m'interrompais brusquement en voyant le cadavre écoeurant gisant devant moi, sur la table. Mon corps se figea, je me bloquais. Quel malin. Il était fier de lui, mm? Il ne se rendait pas compte à quel point ça pouvait être horrible pour moi? Trop, trop près. C'était trop près. Et je n'arrivais pas à bouger.

Il devait m'aider, et il n'était pas prêt, sans compter que je retenais des larmes de panique mêlées à celles de rage de couler ; et ça devait pas être discret. Mes doigts se crispèrent à nouveau et, comme un regain d’énergie, je me levais d'un bon, la voix rauque et la respiration saccadée.

Et spontanément, pour éviter tout problème, je me précipitais derrière le fauteuil du garçon en poussant la table qui me faisait obstacle. Instinctivement, je posais mes mains, presque mes avant-bras sur ses épaules, le serrant un peu, pour me rassurer. Au revoir Yoite-sensei, bojour Yocchan, le p'tit gars qui se blottissait dans le dos des gens dès qu'une des ces ignominies apparaissaient.

- Vas l'jeter, s'te'p'..! dis-je, un peu à son oreille. Fais le et j'te laisse partir pour c'soir!

Si je ne faisais que lui demander, il aller forcément continuer. C'est comme ça qu'ils fonctionnent, les p'tits merdeux, et pour le coup, je n'avais pas du tout l'avantage. Je ne pouvais qu'être pitoyable, à m'accrocher à Masao-kun en me collant à lui tout en lui proposant un marché.


_________________


Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I don't want to spend time with you. [ Pv: Yoite A. Nidô ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Salles de classe-
Sauter vers: