:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre entre deux paquets de lessive. [PV : Yato Matsuda]

avatar




Invité
Invité
Jeu 26 Mar - 0:09

Un amas de couverture. Des rayons de soleil traversant les stores cassés de l'appartement. Et de la musique... Allant à fond. Les couvertures bougèrent, et les chats se trouvant dessus  tombèrent vite sur leurs pattes, avant de regarder le lit avec un air furieux. Une main sortit des couettes pour taper contre le mur qui avait de multiples fissures. Ta voix se fit entendre, gueulant des mots incompréhensibles.

Oui. Tu avais le réveil difficile. Surtout lorsque tu rentres à quatre heure du matin après avoir accompli quelques "extras" pour un client t'achetant quelques dessins. Tu étais mort crevé, et le voisin qui commence à mettre la radio au volume maximum à onze heure du matin n'aider pas vraiment à te reposer. C'est en te débattant un peu que tu trouvas la sortie de ta boule de tissus, faisant office de grotte pour dormir.
Tu n'étais pas un ours certes, mais maintenant que tu avais ton chez toi, tu aimais prendre ton temps. Tu n'étais plus obligé de te dépêcher le matin à te laver et t'habiller chez tes partenaires d'une nuit pour retrouver l'air frais du dehors et essayer de trouver un domicile ou squatter pour le soir même.

Ton chez-toi n'était pas très accueillant il fallait l'avouer. Mais avec tes économies, tu ne pouvais t'offrir que ça. Un appartement miteux dans le quartier pauvre, là ou personne n'aimait aller, sauf les habitants ... Enfin, meme les habitants n'etaient pas vraiment rassurés. Tu n'avais qu'un matelas et le strict minimum pour vivre: une douche où l'eau froide était plus présente que chaude -va savoir pourquoi-, un frigidaire vieux des années quatre-vingt dix et d'occasion, un canapé , une table basse et une bibliothèque. Tu avais aussi recueillis tout ces chats qui te suivait dans la rue et avec qui tu partageais le seul repas de ta fructueuse journée. Tu avais donc cinq chats dont ce piteux confort était du grand luxe. Comme pour toi d'ailleurs.

Tu levas ton corps lourd hors du lit pour regarder l'heure de ta montre, posée par terre. Onze heure dix. Tu soupira et te traina vers la salle de bain, regarda la douche, retirant le seul vêtement que tu avais pour dormir: ton boxer. Tu entra dans la douche, et avec beaucoup d'appréhension, ouvrit les robinets. Tu esperas avoir une goutte d'eau chaude. Et ton rêve... Ne se réalisa pas. Eh oui, on est pas dans les contes de fée, même si je doute que les princes et princesses prient pour avoir de l'eau chaude.
Ceci dit. Cela t'as bien reveillé. Un peu trop même, d'un état comateux, tu passas à très actif. Tu étais frigorifié en même temps et tu cherchais une serviette en vitesse pour te réchauffer un peu.

Ton ventre grogna lorsque tu te préparais. C'est vrai que t'avais pas manger... depuis hier matin. Tu jeta un oeil aux chats, ils leur resté un peu de croquette. Pas grand chose. Tu irais au supermarché apres avoir toi-même manger. Tu pouvais te permettre d'aller faire les courses, ton loyer était payé et il te restait l'argent d'hier. Ta vie s'améliorerait au fil des semaines. Tu en avais, du moins, l'espoir.
La main sur la poignée du frigo, tu l'ouvras. Tu te figeas, pas de peur ni rien, juste que tu n'arrivais pas à tilter ce qui manqué. Ta douche froide n'avait pas vraiment marché au niveau du cerveau. Apres bien trois bonne minute tu le referma, bredouille.

Manger attendra... Les courses étaient une priorité. Maudit sois-tu. Tu oubliais toujours un truc et cette semaine c'était de remplir un peu ton garde manger. Miki, une jeune chatte en gestation, se frotta à toi. Tu lui sourias et t'accroupit alors, la caressant.

-Attendez moi, je reviendrais avec des croquettes et même de la paté.

Oui, tes chats étaient plus important que toi. Ils avaient été là pour t'épauler, là où tes soi-disant amis auraient dû être. Enfin, maintenant, tu t'en fichais pas mal. Tu pris tes clefs, ton portefeuille et un sac à dos.
Direction le centre commercial.

Peu de gens. L'heure de pointe était passé. Tu serais tranquille.
Tu promenas dans les rayons, prenant des boites de conserves et autres plats préparés, puis tu cherchas les boites de patés pour chats et croquettes.
Qu'est-ce qui te manquait... Reflechis... Tu devais faire des lessives! T'en avais encore de la lessive ou pas d'ailleurs? Non... Et bah voila, pour une fois tu n'etais pas tête en l'air. Tu filas dans le rayon adéquat .

-Bien entendu... La moins chère est en haut... Pff quelle plaie.

Tu soupiras un long moment. Essayant de grimper sur l'etagere. Tu choppa la lessive... En faisant tomber d'innombrable autre paquets... Et bien sur, c'était le bon moment pour que des gens viennent voir ce qu'il en etait du grand bruit qu'il avait dû entendre. "Et merde... J'me suis encore ridiculisé...". Tu regardas ces gens, qui, eux meme te fixaient avec un air bête sur la tête.

-Quoi? Vous avez jamais vu quelqu'un faire tomber des choses? J'suis pas une bête de foire! Y'a rien à voir, vous pouvez partir si vous voulez pas m'aider!

Bien sur, c'etait pas vraiment amical. Quand tu trainais dans la rue pour quelques piecette, ce regard qu'avait les gens, ce n'etait que de la pitié. Et c'était le même que tu retrouvais ici. Et puis, avec ton physique, tu étais une attraction vivante... Mais bon... Les gens partirent petit à petit.
Ouais... Les gens d'aujourd'hui n'ont pas une mentalité d'entraide... Le genre humain te desesperait royalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Jeu 26 Mar - 15:23
Rencontre entre deux paquets de lessive.

Satoshi Nai & Yato Matsuda






Le jour n'était pas encore levé qu'il roulait hors de son lit pour s'éclater le nez par terre, en toute connaissance de cause puisque c'était la seule manière de le réveiller. Poussant un juron des plus imagé, il se releva à demi pour se diriger vers la salle de bain, ignorant consciencieusement le miaulement aigüe du chaton ramassé dans la rue. Serviette. Douche. Eau chaude. Son cerveau fonctionnait par ordre simple, ordonnés et surtout sans aucune complication. Prendre le savon. Frotter. Ses cheveux aussi. Zut, il avait oublié de fermer la porte et un courant d'air frais pénétrait jusque sous l'eau, lui faisant augmenter la température. En sortant il seras une crevette rouge, mais aucune importance, pour l'instant il voulait simplement essayer d'ouvrir les paupières sans grogner contre le manque de sommeil qui se faisait ressentir. Habituellement il restait au lit toute la matinée, attaquant son travail de jour qu'en début d'après midi, il pouvait récupérer de la nuit. Cependant cette fois-ci ne serais pas aussi simple, son entraineur de batto do avait exigé sa présence au plus tôt, c'est à dire : Avant que le coq ne chante. Sortant de sous du jet chaud, il pris le temps pour se sécher, se baladant par là même en nudiste dans son appartement à la recherche de vêtement à mettre autre que son jogging de tout les jours actuellement au sale. Il Yato finit par mettre la main sur un vieux survêt' roulé en boule dans un coin et jamais mis car il était à rayures rose fluo. S'il se mettait à mettre les vêtements que lui envoyait son oncle il avait un besoin impératif d'acheter de la lessive, il commençait à s'approcher dangereusement de la ligne à ne pas franchir. La dernière fois il avait reçu une robe. UNE ROBE ! Non mais franchement, il avait une tête à s'appeler Yuki ? Le jeune homme résolu la question de lui-même en passant devant un miroir pour s'attacher les cheveux de façon à ce que ses mèches ne lui retombe pas devant les yeux pendant le sport. C'était une question idiote, il avait exactement le même visage que sa jumelle, sinon ils n'en serais pas. Finissant de se pomponner, il finis par se diriger de nouveau dans sa chambre pour attraper son katana toujours dans sa housse. Il ne put atteindre son objectif qu'une boule de poil noire déboula entre ses jambe afin de le faire trébucher, sa face rencontra de nouveau avec violence sans, heureusement, lui casser le nez, juste lui laissant un bleu sur le front. Iroshi disparut trois secondes plus tard dans une note brisée qu'il avait assez souvent entendu. Yato avait fini par assimiler ce son au rire dément du chaton psychopathe.

Arrivé à la cuisine sans plus de dégât, il commença à préparer son petit déjeuné en posant son arme sur le meuble de la cuisine. Chocolat au lait. Son petit déjeuné restait proche de l'enfance, un chocolat au lait chaud, un verre de jus d'orange et quelques tartines de pâte au chocolat afin de se donner de la force pour affronter cette journée. Il avait emménagé définitivement à Hiroshima, dans l'appartement délaissé de son oncle, vivant pour son plus grand bonheur dans une famille ayant pas mal de moyen, Yato pouvait se permettre une vie de roi sans toutefois en abuser. Il restait raisonnable dans ses dépenses car s'il ne payait pas l'appartement il fallait tout de même l'entretenir et son oncle ne lui passerait rien aussi proche soient-ils. Le jeune homme avait tout de même une préférence pour tout ce qui était sucrerie, aussi ses placards en étaient pleins malgré tout les conseils nutritionnels qu'on lui avait répété sans cesse, en ouvrant l'un de ses placards il découvrit qu'il était en manque de Kit kat et se le nota mentalement. Un bruit sourd le fit se retourner, Iroshi ayant poussé sur ses petites pattes afin d'être à la hauteur de son maître s'était rattrapé à la housse du katana, faisant glisser l'objet qui avait fini sa course au sol. O joie. La petite créature diabolique poussa un miaulement, parfaitement assise sur la table en le fixant de ses grands yeux admiratif et Yato se soumit à la demande de son chaton. Le nourrissant d'un morceau de poisson, il découvrit qu'il n'avait plus de friandise pour rendre obèse l'animal. Aussi, papouillant son museau, grattouillant son corps, il se dis qu'en plus de la lessive il lui faudrait un peu de gâterie au chat. Sortant enfin de chez lui, son katana sur l'épaule, il descendit de son appartement assez rapidement, commençant à s'échauffer sur le trottoir, il se mit ensuite à courir dans les rues en direction du dojo comme à son habitude. ça lui faisait garder la ligne et puis s'il arrivait en retard il se ferait remonter les bretelles sévère.

L'entraînement s'était plutôt bien déroulé. Il avait juste faillit se faire trancher la tête en deux et en résultait un énorme pansement lui bouffant toute la joue gauche. Un nouveau au dojo avait tenté un geste dangereux appris seulement lorsque l'on avait le niveau Chuden, niveau qu'il avait et pas l'homme imbécile ayant essayé de le tuer au lieu de découper son mannequin comme tout le monde. Il frotta le pansement en se tenant un peu perdu devant le centre commercial, il ne savait plus exactement ce qu'il devait acheter, les seules pensées cohérentes dans son esprit actuellement était du genre : "Et s'il avait réussit, jusqu'où aurait giclé mon sang ?". Ce n'était pas une réflexion des plus constructive, au final, pour se souvenir de sa liste mentale des courses. Puis haussant les épaules, Yato pénétra dans le grand bâtiment en se disant qu'il déambulerait dans les rayons jusqu'à ce qu'il se souvienne de ce qui lui manquait chez lui. Son attention fut aussitôt happée par une mère poussant d'une main un caddie pouvant nourrir tout un régiment de soldat affamé et tirant de l'autre main une gamine à couette hurlante, juste après un homme d'affaire relevait ses lunettes en le frôlant, les bras chargés de plats instantanés. Yato avait toujours eut une certaine fascination à observer les gens faire leurs courses, tous se dépêchaient dans les rayons en mettant le plus de produit consommable dans leurs caddies, bras, sac, sans jamais dépasser la vitesse piétonne autorisée. C'était un art qu'il ne maîtriserait surement jamais, et il ne s'occupa aucunement de cette fatalité en commençant à déambuler dans l'allée principale. Un fracas soudain dans l'un de ceux qu'il venait de dépasser le fit sursauter, retournant sur ses pas avec curiosité, il se pencha de façon à ce que juste sa tête dépasse dans le rayon afin d'observer si c'était un gamin ayant enfin balancé un litre de lait sur le dos de sa mère ou un homme ayant essayé de voler des tampons qui se faisait plaquer par un agent de sécurité. Ni l'un ni l'autre, le petit attroupement ne put l'aider à voir la situation, mais l'éclat de voix masculine le fit sourire. Moqueur, il remarqua que l'attroupement s'écartait, lui permettant de voir la scène. Un homme donc, lui tournait le dos et semblait agacé par la situation, surement était-ce lui qui avait fait tomber toutes ces boites de lessive. Un tilt parcourut son esprit quand il se souvint qu'il devait en acheter parce qu'actuellement il portait un survêtement rayé rose pour fille. S'infiltrant dans le rayon en mode ninjas, Yato remarqua que l'homme était blond si ce n'est que quelques éclats de couleurs dont il ne savait pas la provenance. Est-ce que des capsules s'étaient ouvertes et avaient dégoulinées sur les cheveux ? De dos il ne pouvait pas en dire grand chose de cet homme-là. Puis levant le nez, il remarqua que les lessives tombées étaient piles celles qu'il utilisait.

- Vous permettez que moi je vous aide ? Fit-il pour signaler sa présence en le contournant. Enfin, je suis peut-être un peu trop petit pour monter là-haut par contre.

Il afficha un sourire qui se voulait amicale alors qu'il s'accroupissait face à lui, posant une boite de lessive à coté pour la garder et commençant à rassembler les paquets sans réellement attendre sa réponse. A part le fait qu'il soit un homme et qu'il soit blond, Yato ne l'avait pas regardé, il jugeait que c'était mal poli de fixer une personne dans une situation gênante, ça pourrait être mal interpréter. Aussi se contenta-t-il de donner un coup de main sans savoir à qui il le donnait, se foutant légèrement que des passants murmuraient en, justement, passant devant le rayon.





Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Jeu 26 Mar - 21:03
Tu soupiras, commençant à ramener tous les paquets ensembles. Tu entendis des bruits de pas derrière toi pour te retourner. C'etait une femme. O..Ou un jeune homme. Tu savais pas vraiment, c'était dur. Puis vînt le moment ou tu entendis sa voix. C'était clairement un garçon, mais avec ce survet' rose et ses traits si féminin, tu avais douté. Heureusement n'avais-tu pas annoncé ta pensée avant qu'il parle. Ca aurait êtait une plus grande humiliation pour toi. Mais bizarrement, il te regardait pas, enfin, pas au niveau de ton visage. "Bizarre...". Tout le monde aimait te regarder, te défigurer. Et toi, t'aimait ca, c'était le but de ton look extravaguant.

Enfin tu haussa les épaules. C'était pas grave, y'avait un mec bien dans ce supermarché, t'allait pas piquer une crise car il ne te regardait pas. Puis tu étais assez de mauvais poil, et surtout tu avais assez faim pour ne pas faire un scandale comme tu aimes les faire.
Les gens regardèrent le garçon venir t'aider, peut être d'un mauvais oeil, tu ne savais pas, mais tu leur lança un regard assez froid pour les faire déguerpir du rayon.

"Je peux te faire la courte échelle pour... Nan oublie, je vais me débrouiller."

Tu sourias doucement. Oui, tu n'avais pas peur de le tutoyer, après tout, il était aussi humain que toi, et il était, surement plus jeune que toi de quelques années. Vouvoyer quelqu'un? Tu n'avais jamais fait ca, même avec tes profs. Tu leur avais même expliqué ton point de vue, sur cette égalité, mais il n'empechait pas que tu les respectais beaucoup.
Tu secoua la tête pour te sortir de tes souvenirs et prit des paquets de lessive plein les bras avant de les redisposer un à un avec quelques peu de difficulté. Malgré tes un metre quatre vingt, les rayons étaient encore assez haut. C'était vraiment du grand n'importe quoi.

Un soupir de soulagement vint parcourir tes lèvres. Tes bras n'en pouvait plus de ces litres et ces litres de lessive. Finalement tu en mis un dans ton sac à dos, galerant tout de même pour le placer, avec toute ces boites pour chat. Tu te relevas, et, car au fond de toi, tu n'étais pas si méchant que ca, tu lui tendit la main.

-Je m'appelle Satoshi. Enchanté d'avoir eu de l'aide d'un garçon si gentil et plein de bonté.

Tu fis une petite révérence à la japonaise. Oui tu étais toi même japonais, mais depuis ta rupture avec ton premier petit ami, tu te foutais de la politesse et des traditions de ton pays, mais bon, on ne change pas les habitudes qu'on a depuis l'enfance.
Tu comptas mentalement combien il te restait d'argent avec tes achats. Ca allait, c'était bien raisonnable. Il faudrait tout de même te depêcher à rentrer, Miki n'aimait pas être seule bien longtemps. Enfin... sans présence humaine.

-Pour te remercier, je tiens à t'inviter boire un verre, que ce soit du soda ou du jus de fruit, au café apres que tu ais finis tes commissions. Ce n'est aucunement un plan drague bien que je sois gay. Je suis juste reconnaissant des gens comme toi.

Oui tu étais plutot spontané. Et tu t'efforcais de déclarer haut et fort ta sexualité. Trop d'amis auxquels tu tenais se sont enfuis en le sachant, alors avant de lier quoi que ce soit avec les gens tu les prévenais du "danger" qui plane sur eux, s'ils trainent avec toi.
Tu lui souris alors de ton plus beau sourire. Il devait te trouvait soit drole soit flippant avec ton tatouage sur l'oeil. Mais tu te fichait de ça.

-Ca ne te dérange pas j'espere? Si tu refuse, je t'achete un autre pantalon au moins. Car t'es ridicule comme ça!

Oui. Tu étais décidement trop franc. Cela te perdras un jour.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Rencontre entre deux paquets de lessive. [PV : Yato Matsuda]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: