:: Other Words :: Archives des RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Merry X-Mas et joyeuses boules (Yaoi Midorima)[Abandonné]

avatar




Invité
Invité
Sam 14 Mar - 22:58
Bientôt Noël et comme tout un chacun, je vais être confronté au plus gros des casse-têtes : les fameux cadeaux de Noël...

Quand on connaît les goûts de ceux que vous aimez le plus, tout va bien...mais quand à la question «Machin aime quoi?» vous obtenez des disquettes du genre «Oh bah j’sais pas» ou encore «Prends-lui ce que tu veux, il a déjà tout...»... bah ça revient à dire creuse-toi les méninges pour trouver. Et moi me creuser les méninges...c’est pas trop mon truc et je trouve même que c’est une grosse perte de temps.

Bref, God merci bien, je suis en congés alors j’ai tout le temps de réfléchir sur quoi offrir à qui. J’ai bien fait le tour des boutiques en centre-ville mais malheureusement aucune idée bien précise ne m’est parvenue à l’esprit... Et puis avec toute cette foule dans les magasins...bon sang comment réfléchir correctement quand vous êtes bousculé toutes les 10 secondes par des pignoufs qui ne s’excusent même pas? Ce genre de situation m’avait déjà gonflé mais le pire ça a avait été ces fans qui se sont mises à se ruer vers moi en beuglant mon nom.

Résultat des courses : je me suis barré en courant le plus loin possible d’elles et je suis sorti en trombe de la rue commerçante. J’ai dû détaler encore comme un lapin sur plusieurs mètres et pour être certain qu’elles ne me suivent pas, je m’étais arrangé pour bien me mêler à la foule grouillante qui régnait sur la grande place. Quand j’ai été sûr et certain de les avoir semées, je commençais alors à observer avec un peu plus d’attention le décor qui m’entourait : un grand sapin tout bien décoré et des petites maisons à perte de vue... j’avais atterrit sur un marché de Noël...

*Cool, je vais peut-être avoir des idées ici* dis-je en humant les différentes odeurs qui se dégageaient.

Si les odeurs de marrons chauds et de pralines me donnaient sacrément faim, celle du vin en chaud me faisait, en revanche, tirer la grimace...heureusement qu’à côté il y avait celle des crêpes au Nutella. Les mains dans les poches et chantonnant, je déambulais dans les allées, regardant les différents stands présents et ce qu’ils vendaient en particulier. A bien y regarder, on y retrouve pas mal de choses : gravure de pendentif et porte-clés, thés aux senteurs diverses, coutellerie, bouffe, vêtements chauds et bonnets, jouets artisanaux... les trucs habituels en fait en dehors de stands de bouffe.

Cela dit, c’est pas plus mal car réfléchir me permet pendant quelques instants de ne plus penser à mon envie de sexe...à ma drogue pour être tout à fait exact. Pourtant, en me baladant, je remarque très vite un stand à l’écart des autres qui se démarque et je décide alors de m’en approcher... un stand sex-shop, à la bonne heure! Il n’en fallait pas plus pour réveiller ce que j’avais mis tant de mal à enfouir depuis le début de la journée: une furieuse envie de baiser quelqu’un ou de me faire baiser par quelqu’un.

J’étais en train de regarder quelques articles pour faire une petite blague à mon batteur en me disant qu’il fallait que j’en profite pour faire un autre genre de «course» : me trouver un mec avec qui passer quelques minutes ou quelques heures de bon temps de baise. Alors que j’allais me saisir d’un article pour le regarder en détail, je sentis un coup de coude contre mon bras, me faisant me retourner vivement pour la ramener...

«Oi, tu peux pas faire attention, non?!»

Le type en question est assez grand, les tifs verts assortis à la couleur de ses yeux, l’air complètement stoïque et coincé...et surtout bien monté d’après ce que je peux en voir, bref en un mot dans ma tête : baisable.

Je le fixe du regard sans un mot attendant une réaction de sa part mais rien qu’à le voir je sais déjà de lui que c’est le genre à baiser et à remonter son froc en fin du genre «C’était bien, on se rappelle et on se fait une bouffe. Salut»...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Sucettes : 99
Date d'inscription : 13/03/2015

Your Identity Card
Âge: 17 ans.
Amoureux: Ryôta Kise.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEME✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Shintarô Midorima
[✘SEME✘]
Dim 15 Mar - 14:18

Je détestais Noël. Plus que toute les autres fêtes, celle-ci, fêté par un bon grand nombre, puait les faux-cul mal lunés et les jaloux. Sincèrement, les gens vous offraient des cadeaux qui ne vous plaisent pas dans l'unique but d'en recevoir en retour. Les parents étaient obligés de monter le sapin, de le laisser se faire torturer par des enfants aux goûts décoratifs douteux pour ensuite dépenser des fortunes à payer ce que leur progéniture réclamait, pour peu qu'ils n'en avaient qu'un seul. Du coup, l'atmosphère hivernale pseudo-romantique et joyeuse me débecquetait.

J'étais simplement sorti faire les courses, mon frigo était si profondément vide qu'il créait des courants d'air dans l'appartement. Ca, c'était à cause des quatre autres imbéciles qui me servaient de coéquipiers qui s'étaient incrustés chez moi manger de la fondue. Logique. Et voilà qu'à peine mis le bout du nez dehors, je m'étais pris une bourrasque glaciale en pleine tronche suivit de couples dégoutants flirtant impudiquement dans la rue. Je me renfrognais, remontant le col de mon manteau marron, réajusta mon écharpe blanche avant de me diriger vers le supermarché le plus proche, en dehors des quartiers riches.

C'est en sortant du bâtiment qu'une irrésistible envie marrons chaud me prit. Sans attendre, je me mis à la recherche d'un stand, en cette période, les vendeurs de bouffe réchauffante fleurissaient à chaque coin de rue. Je tombais par hasard et pour mon plus grand malheur, sur un marché de Noël. Je le arpentais en long, en large et en travers, guidé par mon sens olfactif. Bientôt, j'arrivais à destination, payais et dégustais en prenant le sens inverse. Un abruti me bouscula allégrement alors que je grognais pour toute réponse, tandis qu'une voix claire s'éleva dans mon dos.

- Oi, tu peux pas faire attention, non?!

Je me retournais, voyant un roux aux sourcils froncés qui me fixait lui-même. Arquant un sourcil, de mauvaise humeur, je compris que sa phrase de politesse m'était adressé. Je plissais le nez de dégoût.

- Ah? dis-je simplement en le regardant méchamment.

Je soupirais avant de regarder le stand d'en face. Un genre de stand alors que l'endroit grouillait d'enfants, ça m’écœurait. Puis, ignorant royalement le type à côté de moi pour reporter mon attention sur ce qui semblait être des menottes spéciales Noël. J'en avais, à la pelle, mais celle-ci lui ferait peut être plaisir... Je les acheta sans même demander le prix avant de les ranger dans mon sachet de courses et tourner les talons pour sortir de toute cette foule.



Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Dim 15 Mar - 14:48
Dans la vie, quand on vous bouscule vous avez deux types de personnes : celles qui s’excusent et celles qui vous regardent de haut, genre «Ouais je t’aie bousculé et après?» , et qui ne prennent pas la peine de s’excuser. Pour parler plus vulgairement, ils pètent plus haut que leurs culs ne puissent le leur permettre et vous snobent complètement...exactement comme ce type aux cheveux verts qui se contente de me répondre un simple «Ah?» en me regardant méchamment. Le genre que je déteste...

...Et en plus ce grand guignol à lunettes est vraiment contradictoire aussi bien dans ses réactions que dans ses gestes. Un exemple concret de mes propos ? Cette mine de dégoût qu’il a dans le regard et sur le visage alors qu’il regarde le stand sex-shop. Sans doutes parce qu’il doit être en train de se dire qu’il y a des gosses présents au marché et que ce genre de stand est plutôt mal venu pour ne pas dire que ça l’écoeure...comme s’il pouvait vraiment se soucier des autres alors que moi je sens bien , juste à le regarder, que c’est le genre de mec qui s’en bat mais alors totalement et royalement les couilles de ce qui peut bien arriver aux autres.

La preuve est faite que Touffe d’Herbe Verte prend quand même une paire de menottes spéciale Noël...achat qui me fait bien marrer au passage tant sa réaction précédente me paraît tellement absurde et ridicule au possible. Putain, c’est vrai quoi! Pourquoi faire une mine de dégoûté si c’est pour acheter une paire de menottes de Noël. Alors que je regarde le type s’éloigner avant de reporter mon attention sur l’étalage, je me mets à être partagé entre deux réactions pluôt extrêmes l’une de l’autre : soit je lui courre après pour lui foutre mon poing dans la gueule, histoire de lui réapprendre les bonnes manières et que la moindre des politesses quand on bouscule quelqu’un c’est de s’excuser...Soit, je me fous tout simplement de sa gueule en rigolant et en le charriant comme c’est pas Dieu possible.

Sitôt mon vibro contrôlable via portable et mes deux lots de menottes de Noël rouges et vertes payés et emballés, je cours à la recherche de Touffe d’Herbe Verte avec qui j’ai bien envie de faire joujou ce soir. De visage, pour le peu que j’en aie vu, je le trouve assez mignon même si je trouve que l’air renfrogné et grognon qu’il doit afficher H24  va lui donner des rides avant l’âge et gâche son joli minois. Allez, pour un coup d’un soir, il ira très bien...Mignon et qui va me donner du fil à retordre, je ne demandais pas mieux.

Bousculant les gens autour de moi en m’excusant, je traçais le plus vite possible en essayant de ne pas perdre de vue Touffe d’Herbe Verte qui commençait de plus en plus à m’intéresser avec son air bougon...s’il était un des sept nains dans Blanche-Neige, il aurait le rôle de Grincheux direct ou même de Schtroumpf Grognon tiens! Une fois repéré, je le rattrape et me jette sur son dos ....

«Hey Touffe d’Herbe Verte! J’ai une proposition pour toi et malgré tes airs «J’ai un balai coincé dans le cul.» , je vois bien que tu serais pas contre un plan cul d’un soir. J’en recherche un justement et puis...»

Je marque une pause le temps de sortir mon vibro déclenchable par téléphone portable et le lui met sous le nez en me foutant royalement du monde qui nous regarde...

«...Et puis comme ça tu pourras tester ça sur moi...Tu me dois bien ça comme tu ne t’es pas excusé tout à l’heure de m’avoir bousculé. Si tu me baises, je passe l’éponge sur cet affront de ta part.»

La vache à m’entendre, j’ai vraiment l’impression d’être un dealer de cul ou une biatch en manque de fesses...et après tout c’est bien ce que je suis actuellement qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Sucettes : 99
Date d'inscription : 13/03/2015

Your Identity Card
Âge: 17 ans.
Amoureux: Ryôta Kise.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEME✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Shintarô Midorima
[✘SEME✘]
Dim 15 Mar - 15:37

Je traversais la foule, esquivant les gamins que les parents ne surveillaient surement pas tout en tentant de ne pas croiser les regards des personnes trop curieuse quant à ma taille. Insérant mes mains dans mes poches, je ne voyais plus le bout de tous les stands ; ils en avaient rajoutés ou quoi? Ça m'exaspérait au plus haut point car autant je savais parfaitement faire abstraction de ce qui m'entourait - l'entraînement oblige -, autant je n'aimais franchement pas être dans une masse de gens excités. Et les fêtes approchantes, ils étaient TOUS excités. Comme l'autre débile de tout à l'heure.

Au loin, une lueur d'espoir, le bout, la sortie de ce marché interminable. J’accélérais le pas lorsque quelque chose d'immensément vivant et lourd me percuta le dos de plein fouet. Et y restait, au passage. Je faillis perdre l'équilibre, mais me rattrapa dans une grande enjambée soudaine en serrant les dents. Il tourna la tête. Surprise, je suis le singe roux. Cette bonne blague. Il avait décidé de me coller, apparemment.

Plus le harceleur parlait, plus je me demandais s'il n'était pas fou. Il me poursuivait, non sans pudeur, mais aussi pour me faire une proposition. Et pas des moindres : une proposition de plan cul. Non pas que ça ne m’intéressait pas, mais faire ce genre de demande devant des gens -dont j'étais susceptible de connaître quelques uns d'entre eux- n'était franchement pas de mon goût. J'allais lui proposer dans parler vaguement dans une ruelle et plus si possible mais sa tirade fût plus longue.

Et plus idiot aussi. Utiliser une vibro à distance, bien que j'eus déjà l'application à disposition, je préférais l'utiliser en étant loin de mon partenaire ; c'était plus amusant. Et les jouets sexuels au lit, sans parler des menottes et des cordes, n'étaient franchement pas ma tasse de thé. Et... Et "passer l'éponge sur cet affront" ne plaisait guère plus. Je fronçais les sourcils en grognant, empoignant son bras pour le faire descendre de son dos en lui lançant un regard méchant.

- Te fous pas de ma tronche, avorton.

Je le tirais pour sortir de la foule qui s'était, au passage, arrêter pour nous dévisager. Entre un gars géant qui fait la tronche comme moi et un rouquin à moitié à poil dont le visage m'était encore plus familier de près, ça faisait un bon spectacle. Une fois sorti, je le lâchais en soupirant. C'était incroyablement chiant, ce genre de partenaire. Et comme souvent, soit j'allais devenir vraiment méchant, soit j'allais l'amener dans une ruelle sombre et le baiser malgré le froid juste pour qu'il me lâche les basques.

- Ton "affront", tu te le gardes.

Et je tournais les talons, irrité.


Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Dim 15 Mar - 15:50
Je saurais pas vous dire pourquoi mais ce type m’éclate...dans le genre snob j’aurais vraiment pas pu trouver mieux que lui. Vous vous direz sans doutes en me voyant lui courir après comme un dératé à travers la foule du marché , que je suis sans doute un gros taré qui va direct à la mort en insistant autant ...mais que voulez-vous?

Quand j’ai trouvé un bon baiseur, j’ai difficilement du mal à lâcher une aussi belle prise et il est hors de question pour moi de le laisser filer... un peu comme ce type : Touffe d’Herbe. Derrière son air snob complètement indifférent aux autres, je suis à peu près certain qu’il en a dans le caleçon et pas seulement parce que je l’aie brièvement maté devant le stand de sex-shop mais parce que je le ressens comme ça...Vous comprendrez mieux sans doute pourquoi je viens de me jeter sur son dos en lui faisant une proposition plus qu’indécente.

Honnêtement, niveau réaction, je savais tout de suite qu’avec lui ce serait quitte ou double avec lui: soit il m’enverrait bouler ou soit il accepterait...Seulement...Seulement voilà, il a plutôt deux réactions auxquelles je ne m’attendais pas vraiment. Toujours collé à son dos, je pensais qu’il m’aurait envoyé valser depuis longtemps...et de toutes façons, je me serais sans doutes accroché à son dos une seconde fois, chieur et con comme je peux l’être au possible quand je veux absolument quelque chose. Ceci dit j’allais apprendre à mes dépend que niveau susceptibilité et fierté, celui-là en avait une couche genre triple épaisseur.

Allez juste histoire de le faire chier un peu plus, je lui met sous le nez le joujou que je viens de m’acheter au stand pour adultes en lui disant que je veux bien passer l’affront qu’il m’a fait, s’il veut bien accéder à ma petite requête : je demande rien d’autre qu’un plan cul avec lui pour combler le manque que j’ai depuis quelques jours pour ne pas dire quelques semaines...alors autant vous dire que je suis prêt à tout pour parvenir à mes fins, quitte à passer pour un gros détraqué aux yeux du monde. Un peu comme là...je me fichais vraiment pas mal qu’on se trouvait au beau milieu de la foule mais je voulais être certain que ce grand dadet entende vraiment ce que j’ai à lui dire.

Finalement, Touffe d’Herbe finit tout de même par réagir un peu après m’avoir supporté sur son dos quelques longues minutes. Il me prend alors par le bras en grognant pour me faire descendre avant de me tirer hors du marché de Noël pour m’entraîner dans une ruelle, probablement gêné par les regards qui nous fixent sur notre passage alors que, moi, je m’en fiche royalement comme de l’an quarante... tout simplement parce que niveau cul, ceux qui se la joue coincés du fion en public ou prennent un air choqués comme certains que j’en vois autour de nous...ben généralement, ceux-là, ce sont vraiment les pires au pieu. Leurs petits côtés coincé, sainte-ni-touche...c’est juste un masque, du bluff pour mieux cacher leur côté pervers dans la vie privée.

Un peu comme lui qui me tient le bras en me traînant derrière lui...je le vois en Tsundere, je sais pas pourquoi et du genre à ne JAMAIS vouloir se mettre en dessous. Du moins, c’est ce que je me dis alors qu’il me lâche en soupirant une fois seuls...

-Ton «affront», tu te le gardes...

Et de tourner les talons, irrité... Mais je ne lâcherais pas l’affaire, non. Je n’aie pas fait tout ça pour que Monsieur Snob se taille en espérant s’en tirer aussi facilement. Je veux ma baise avec lui et je l’aurais...et tant pis si ça doit l’énerver car il a beau dire que je peux me garder mon affront et me traiter d’avorton , j’ai bien vu dans ses yeux que ma proposition semblait l’intéresser. Fourrant mes mains dans les poches, je décidais de le talonner en courant afin de rattraper cette grande courge à lunettes et me jetais une nouvelle fois sur son dos auquel je m’accrochais fermement.

-Je me garde l’affront, grande courge mais je VEUX ma baise avec toi et je lâcherais pas l’affaire tant que je n’aurais pas eu ma baise.

Je sais...je suis juste un grand suicidaire par moment...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Sucettes : 99
Date d'inscription : 13/03/2015

Your Identity Card
Âge: 17 ans.
Amoureux: Ryôta Kise.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEME✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Shintarô Midorima
[✘SEME✘]
Dim 15 Mar - 15:52

Au moins, j’en avais la confirmation. Ce type était juste complètement siphonné. J’avais à peine fait demi-tour pour reprendre l’une des rues adjacentes à l’allée principale qu’il se jeta à nouveau sur mon dos ; cette fois-ci, je ne titubais même pas. Mon visage devait surement être crispé, mimant l’agacement à la perfection. Il avait osé s’accrocher encore à moi sans pudeur, devant tout le monde, déblatérant des débilités chaque milliseconde qui passait.

Dans tous les cas, qu’il veuille ou non une baise ne me dérangeait pas, mais les surnoms de -200 de QI n’aidaient clairement pas le sex-appeal du garçon. Au moins, il avait compris le ton qu’il fallait avoir avec moi. Il n’allait pas à être docile, mais du coup, un dilemme m’apparu : je le prenais en pleine rue ou dans un hôtel de proximité ? En un sens, dépenser de l’argent pour un idiot qui passait par là ne m’enchantait gère, mais en même temps, faire ça dans la saleté la plus totale me révulsait. Après quelques minutes de réflexion, je choisis.

Poussant un soupire d’exaspération et de fatigue, je lui sommai de descendre de son perchoir et le fixai intensément en lui disant de me suivre. Je m’engouffrais alors dans une petit ruelle perpendiculaire, pour tourner de nouveau à gauche ensuite ; un petit dédale très peu fréquenté avec des immeubles rongés créant des ouvertures de parts et d’autres. Avec le rouquin de nouveau sur les talons, je lui indiquais une sorte de mini accotement avec une sorte d’escaliers qui menait à une porte blindé noire vers le bas. Une probable entrée de boite de nuit ou de salle de concert. Mais ce petit coin là était parfait car pas trop dégueulasse.

- Satisfait ?

Je me retournais vers lui pour planter mes yeux dans les siens, dédaigneux, croisant les bras. Il répondait, l’air malicieux. Il était clairement le genre de gars que j’avais du mal saquer, et pour cause ; c’était les plus prétentieux, les plus capricieux, les plus égoïstes et ça faisait d’eux de petits rebelles minable à baiser n’importe quand. Des prostitués, en d’autres termes.

Et pourtant, son visage me disait quelque chose. Je me surpris même à me demander si je ne l’avais pas déjà trouer ; mais je n’étais du genre qu’à oublier les partenaires qui ne m’avaient vraiment pas satisfait, et je n’ai aucun exemple à donner puisqu’évidemment, je les ai effacés de ma mémoire. Les mauvais coups, j’essaye de vite les supprimer de ma vie, même s’ils étaient rares : j’arrivais à bien les choisir la majorité du temps.

- Déshabille-toi.

Maintenant, il ne me restait plus qu’à préparer son petit trou pour m’accueillir bien gentiment avant de me casser et d’aller me détendre chez moi, devant un bon film biographique après avoir mangé une bonne potée de légumes et poissons frais. Rien de tel pour un Noël réussit ; calme, sérénité et surtout, solitude, ma grande amie.




Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité
Ven 20 Mar - 19:51
Quand je veux quelque chose, je fais tout pour l’obtenir et même si pour ça je dois me faire passer pour un gros chieur. Ok c’est en partie vrai, je suis un chieur mais ma persévérance finit toujours par payer.

Lui, par exemple, sur le dos de qui je me suis encore une fois accroché, depuis que je l’avais vu au stand sex-shop, j’avais quelques petites intentions à son égard que je voulais absolument accomplir avec lui...oh pas grand chose en vérité, juste une baise par ce temps glacial, de quoi nous réchauffer tous les deux.

Dans un premier temps, je le lui avais demandé en prétextant qu’il me devait bien ça vu l’affront qu’il m’avait fait en me bousculant et en ne s’excusant pas ensuite. Evidemment ça n’avait pas marché car tout ce que je me suis récolté, c’est un grognement suivi d’un «Ton affront, tu peux te le garder»...et môssieur avait tourné les talons, énervé. J’avais alors pris le risque de me jeter une seconde fois sur son dos alors qu’il sortait à peine de la foule du marché de Noël et avait insisté en montrant patte blanche...

-Je me garde l’affront, grande courge mais je VEUX ma baise avec toi et je lâcherais pas l’affaire tant que je n’aurais pas eu ma baise.

C’était aussi simple que ça. Je devais sans doute passer pour un gros débile à ses yeux mais c’était, en réalité, juste un rôle que je me donnais. Dans le fond je ne suis pas si débile et attardé que je veuille bien le montrer mais je préfère encore lui en laisser la surprise alors qu’il daigne enfin accéder à ma requête en soupirant d’exaspération et en me sommant de descendre de mon perchoir. Satisfait d’avoir en partie atteint mon but, je m’exécutais tandis que nous venions de nous engager dans une ruelle après être sortis de la foule et le suivais comme il me l’avait demandé.

Après avoir tourné sur la gauche je découvre un décor plutôt délabré et désert : pour la plupart, ce sont des immeubles bouffés aux mites avec des ouvertes assez béantes pour créer des courants d’air. Bref le genre de lieu que personne ne fréquente ou alors des gens louches genre dealers de drogues ou putes en guise d’un coin tranquille pour se faire prendre ou vendre de la dope. Je finis par suivre mon plan cul dans une espèce d’accotement où se trouve un escalier au bas duquel se trouve une porte blindée de couleur noire...entrée d’une boîte de nuit visiblement. Le coin parfait en somme, du moins c’est ce que je me dis en regardant un peu autour de moi tandis que Fâne de carotte me demande si je suis satisfait avant de se retourner vers moi pour me planter ses yeux dans les miens.

Autant de dédain dans son regard de jade, ça me ferait presque peur mais en réalité je m’en bats les couilles à un point qu’il ne peut pas imaginer alors que mes prunelles dorées lui renvoient un regard blasé. Sérieusement, s’il croit m’impressionner en me toisant comme ça et en croisant les bras, il peut se carrer son majeur là où je pense et bien profondément jusqu’à se toucher la prostate pour se faire jouir s’il le veut. Il me paraissait qu’il devait probablement me tailler un costard dans sa tête, juste en me toisant comme ça... si c’est ça, il risque d’être très surpris et s’il croit me faire flipper, il a un méga train de retard. En silence, j’attends, en le fixant, les mains dans les poches savoir lequel de nous deux va briser le premier ce silence de mort lourd et vraiment pesant.

-Déshabille-toi.

Oooh monsieur est autoritaire en plus d’avoir un égo surdimensionné. Je me contente de ricaner et de sourire en coin, tandis que je commence à me défaire de ma veste tout en le fixant. Le T-shirt, ma ceinture et mon pantalon suivent bientôt le même chemin que le premier vêtement. Ne me reste plus que mes pompes et mon boxer que je retire en prenant tout mon temps tandis que je continue de le fixer.

Environ deux minutes plus tard, je me retrouve à poil dans le froid à le fixer pour savoir quel programme Môssieur la Précieuse a prévu pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Sucettes : 99
Date d'inscription : 13/03/2015

Your Identity Card
Âge: 17 ans.
Amoureux: Ryôta Kise.
Présent/Absent: Présent.
[✘SEME✘]
Voir le profil de l'utilisateur



Shintarô Midorima
[✘SEME✘]
Ven 8 Mai - 19:43

Il ricanait et me défiait littéralement du regard ; il ne semblait nullement effrayé par moi, et si il l'avait été, il ne m'aurait pas collé à ce point là pour une simple baise. En plus de son air arrogant, il ne me plaisait pas dans sa façon d'agir, le genre rebelle et casse-burnes. Je les préférais plus dociles, mes cibles. Mais après tout, une baise restait une baise, qu'il en soit ainsi. Du coup, j'attendais simplement qu'il exécute mes ordres, il m'avait cherché, il m'a trouvé.

Suite à ma phrase claquante dans l'endroit paumé, crasseux et désert, il ricana comme moqueur, ce que j'ignorais totalement. Il se déshabillait sensuellement, en me fixant pour probablement m'allumer. Mais tout comme lui se voulait supérieur à moi, je lui tenais tête sans soucis aucun, étant tout à fait capable de contrôler mes ardeurs. Du coup, avec une cadence assez lente, il lui fallu presque deux à trois minutes pour être complétement nu.

Il me fixait en m'attendant. Je décroisais les bras en soupirant et retirait mon sac de mon dos pour aller le poser dans un coin, dans mon champs de vision évidemment, à un endroit pas trop sale ; j'allais devoir de toutes façons le laver en rentrant, du coup. Je n'allais pas retirer ma veste, surtout dans ce froid hivernal, mais je pouvais féliciter ce garçon pour oser le faire.

Je m'approchais de lui sans un mot en le regardant simplement. Déjà que l'endroit n'était ni classe, ni romantique, je ne voulais pas le prendre comme une bête, le plus sauvagement possible. Doucement, je glissais une main sur son flanc pour la remonter jusqu'à sa mâchoire et lui prendre le menton en une poigne. D'abord, je l'embrassa assez fortement, sans douceur pour ne pas non plus qu'il en profite pour me charrier et je plongeais ma langue dans sa bouche pour entamer un ballet de plusieurs minutes ainsi.

Suite à cela, je stoppais l'embrassade fougueusement où j'avais caresser langoureusement son corps et titiller accessoirement ses tétons de temps à autres et je le tournais en posant ses mains à plat contre le porte noire. Il était couvert de cicatrices, mais malgré ça, il était plutôt sexy, lui et sa cambrure. De plus, ses petites fesses rebondies étaient faites pour être prises mais il fallait que je me calme.

Donc doucement, mon index longea sa colonne vertébrale pour le cambrer au maximum avant d'aller tourner autour de son anus rosit, dévoilé par l'autre main qui empoignait sa fesse pour l'écarter. Je le regardais d'abord puis enfonça un premier doigt, simplement, en donnant de petits coups vers le haut. Celui-ci fût vite accompagné par un second, puis un troisième doigt. Les préliminaires, dans ce froid, n'allait pas tarder de trop.

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Merry X-Mas et joyeuses boules (Yaoi Midorima)[Abandonné]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Merry Christmas!!
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Edmond Mulet menace d'abandonner les haitiens à leur sort.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Yaoi RPG V3 :: Other Words :: Archives des RPs-
Sauter vers: